Accueil Skoda Essai Skoda Superb : trop plein de confort

Essai Skoda Superb : trop plein de confort

911
13
PARTAGER

La Superb veut être une berline habitable, pratique, familiale et confortable. Ce dernier critère prend une place prépondérante dans le caractère de la voiture. Peut être un peu trop.

<<<LIRE LE DEBUT
Introduction
Présentation générale
Style extérieur
Equipement
Modularité/habitabilité

Châssis, confort et comportement

La Superb a beau partager sa base technique avec d’autres modèles du groupe Volkswagen, et en premier lieu sa cousine et rivale directe la Passat, elle répond au cahier des charges Skoda pour son comportement. Pour elle, place au confort.

La version qu’il nous a été donné d’essayer était dotée de l’amortissement piloté, qui permet de choisir entre les modes Confort, Normal, Sport et Individuel. Le mode Confort pourrait sembler répondre parfaitement au cahier des charges, mais nécessitera une route en bon état. Sur une voie plus bosselée, la Superb aura plutôt un comportement de voiture américaine à l’ancienne, avec d’amples mouvements de pompage. Gare au mal de mer, et gare aux percussions de suspensions si le rythme s’accélère…

Face à ce constat, les modes Confort et Sport semblent les plus recommandables, avec un mode Sport qui n’est nullement excessif dans sa fermeté. Dans tous les cas, la direction reste assez précise, mais la Superb reste très sensible à la prise de roulis.

2015_Essai-Skoda-Superb_31

Moteur et transmission

Le coeur des ventes sera assurément le 2.0l TDI de 110 kW / 150 ch. Un moteur bien connu et associé à une boîte manuelle, ou à une unité double-embrayage à 6 rapports est également disponible. Le même choix sera proposé sur la version 140 kW / 190 ch de ce moteur, que nous avons essayé.

Un démarrage plutôt bien insonorisé à bord, assez nettement audible à l’extérieur, pour cette version, dont le fonctionnement sera lui aussi très sensible au sélecteur de modes. Dans tous les cas, sa gestion privilégie le confort, et même en mode Sport ses accélérations sont certes franches, mais en rien brutales. A tel point que l’on se demande parfois si l’on a bien 190 ch et 400 Nm sous le capot. Enfin, sauf lorsque l’on jette un œil sur le compteur dont l’aiguille grimpe allègrement…

Sonore au démarrage, ce moteur s’avère par la suite relativement discret, et assez peu enclin aux vibrations. L’étagement de la boîte destiné à réduire les émissions de CO2 (106 g/km) à l’homologation a pour effet de rendre les reprises à bas régime très lentes. La consommation s’avère en revanche plutôt raisonnable eu égard au gabarit de l’engin. Notre essai s’est soldé par un 7,1 l/100 km. Les 4,1 litres annoncés en homologation semblent utopiques, mais les 6 litres largement envisageables.

Parlons argent

La gamme débute avec la finition Active, à partir de 23 790€ en essence (1.4 TSI 125 ch, seul moteur essence), et 26 990€ en diesel (TDI 120 ch). Une version de base qui propose un équipement « de base » : climatisation manuelle, régulateur / limiteur de vitesse, radio MP3 avec écran 5 pouces et fonction Bluetooth, prise USB, jantes acier 16 pouces avec enjoliveurs…

La version Ambition complète avec un accoudoir central arrière, une climatisation régulée, des jantes alliage 16 pouces, allumage automatique des phares et des essuie-vitres, rétroviseurs intérieur et extérieur électrochrome, système de navigation « Amundsen » intégrant une fonction MirrorLink de réplication de Smartphone, tapis de sol, les fameux parapluies dans les portes. Elle est facturée 2 700€ de plus et débute en essence avec le 1.4 TSI 150 ch à 28 190€ et en diesel à 29 690€ (TDI 120 ch).

2015_Essai-Skoda-Superb_23

La version Style (notre modèle d’essai) est plus généreuse avec l’accès / démarrage mains libres, les phares bi-xénon, les capteurs ultra-son avant-arrière pour le stationnement, la sellerie cuir et alcantara, le siège conducteur à réglage électrique, les sièges avant chauffants et les jantes 17 pouces. Elle est facturée 3 600€ de plus que la version Ambition, soit à partir de 31 790 € en essence (1.4 TSI 150 ch) et de 33 290 € en diesel. Notre modèle d’essai débute à 36 490€, en faisant abstraction des nombreuses options.

Le sommet de la gamme est traditionnellement dénommé Laurin&Klement. Cette dernière proposera de série les sièges avant électriques, chauffants et ventilés, les sièges arrière chauffants, le toit panoramique, le système de navigation haut de gamme avec point d’accès WiFi et une monte 18 pouces… Elle débute à 38 190€ avec le 1.8 TSI 180 ch, et à 39 390 avec le 2.0 TDI 150 ch.

Essai-Skoda-Superb-4

Conclusion

Avec cette nouvelle génération, la Superb reste très austère, mais n’est pas dénuée d’élégance, qu’elle associe à un espace habitable qui en fait une véritable familiale haut de gamme, non dénuée d’aspects pratiques. Des avantages qu’elle a l’élégance de proposer à des tarifs plutôt bien ciblés. Lancée en France le 3 juillet à l’occasion du début du Tour de France, elle sera accompagnée dès l’automne par la version break, pour amateurs d’espace encore plus généreux.

 

PRIX (hors options)36 490 €
MOTEUR
Type4 cylindres en ligne diesel
Injection directe
Turbo
Cylindrée (cm3)1968
Alésage x course (mm)81 x 95,5
Taux de compression15,8
Puissance ( kW / ch @ tr/min)140 / 190 @ 3500 – 4000
Couple (Nm @ tr/min)400 @ 1750 – 3250
Consommation cycle mixte (l/100 km)4,1
Emissions de CO2 (g/km)106
0 à 100 km/h8″0
Vitesse maximale (km/h)237
Transmission manuelle6 rapports
Transmission automatiqueDSG 6 rapports
DIMENSIONS
Longueur (mm)4861
Largeur (mm)1854
Hauteur (mm)1468
Empattement (mm)2841
Voies AV / AR (mm)1584 / 1572
Coffre (l)625 à 1760
Réservoir (l)66
Masse (kg)1505
Cx0,295
CHÂSSIS
Suspension avantMcPherson à bras triangulés
Suspension arrièreMultibras
Freins AVDisques ventilés
Freins ARDisques

Crédit photos : Le Blog Auto

Poster un Commentaire

13 Commentaires sur "Essai Skoda Superb : trop plein de confort"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Yop
Invité

Ah ben en plus vous supprimez les commentaires maintenant ?

Kaizer Sauzée
Invité

Et dire qu’on critique les françaises… Le mains libres à partir du 3ème niveau de finition, soit à partir de 32 000 €. Se foutent de la gueule du monde. Chez Renault le démarrage mains libres est en série depuis 10 ans sur des débuts et milieu de gamme suivant les modèles. À part çà les allemands sont exemplaires. Et je ne cause même pas de la fiablilité (cf autoplus n° 1394 du 22/05/2015, autoplus qui appartient aux allemands avant que l’on ne me fusille…).

panama
Invité

Je suis d’accord : autant signer pour une 508, si on ne tape pas dans le premium ou le presque premium VW.

Uberalles
Invité

Pluto qu’un gadget, VAG a préféré par exemple mettre l’ESP de série sur ces Polo et Golf il y a 10 ans de ca.. Mais ici on connait toute votre objectivité vindicative.

pcur
Invité

Pour masquer un châssis mal conçu 😉 ?

SGL
Invité

Je n’osais pas le dire !
Cela doit être pour cela que la 208 est en retard sur la Polo sur les « béquilles » électroniques, elle n’a naturellement pas besoins !

Kaizer Sauzée
Invité

Le mains libres est tout sauf un gadget. Je ne connais pas grand-chose de plus pratique. Les mères de famille t’en causeront beaucoup mieux que moi. Toutes celles qui y ont goûté le redemandent. Ton allemande elle, ne l’a pas, çà se voit. Je ne connais personne qui m’ait dit un jour qu’il a senti que son ESP l’avait sauvé, car la grande majorité des gens roulent raisonnablement et celui-ci ne se met jamais en action.
Et pour la fiabilité, tu dis quoi ???
Ben rien…

juuhuu
Invité

D’accord avec Kaizer, si la voiture est bien née et saine, l’ESP est plutôt accessoire…
@Uberalles, il clignote souvent chez toi ton ESP ? A moins de rouler en mode porc…

Après ouais, le main libre, ça coute pas bien grand chose et c’est quand même bien utilise dans la vie de tous les jours…

panama
Invité

je n’ai jamais rien compris au positionnement de Skoda : pourquoi proposer des voitures presqu’au même tarif qu’une VW alors que le blason, – donc la revente n’est absolument pas comparable?
Achetez plutôt une Passat si vous voulez une voiture neuve, ou alors tentez l’affaire du siècle avec cette skoda en occasion dans 3 à 4 ans.

SGL
Invité

Si cela est pour la garder au moins 7 ans, avec une différence quasi nulle à la revente, elle reste une bonne affaire.
Maintenant la 508 existe …

panama
Invité

C’est bien là le problème : les Passat ne décoctent presque plus au bout d’un moment. Et entre une Skoda et une Passat pour le même prix vous choisiriez quoi ?

SGL
Invité
Bon effectivement je partais du principe que le rapport qualité-prix d’une Skoda Superb, esthétique et image de marque misent de côté, était une meilleure affaire qu’une VW Passat à prix égale, la Passat est également théoriquement une meilleure affaire qu’une Audi A4 sur ce même principe. Et que cela devenait définitivement une bonne affaire si, et seulement si, la personne la garderait au moins 5 ans. Sauf qu’après vérification la Superb atteint des sommes astronomiques comme une Superb 2.0 TDI 170ch L&K DSG à 40 1000 €, même les Audi deviennent du coup des bonnes affaires ! Donc indubitablement le… Lire la suite >>
maxou
Invité

Pas forcément car une série 5 neuve coûte à finition presque égale pratiquement 80 k euros

wpDiscuz