Accueil Général PSA aussi veut son accord de compétitivité

PSA aussi veut son accord de compétitivité

64
10
PARTAGER

PSA vient à peine de lancer pleinement son plan social qu’il souhaite entrer au plus vite en négociation avec ses partenaires sociaux pour créer son propre accord sur la compétitivité des sites en France. Comme d’autres avant lui PSA va discuter pour mieux s’adapter au marché Européen en panne.

Parmi les noms de l’automobile qui ont déjà signé un accord de compétitivité, on citera bien sur Renault au premier rang de ceux-ci, mais également le géant des pneumatiques, le Clertmontois Michelin. D’autres entreprises comme des équipementiers (Boch par exemple) ont également mis en place la « flexi-sécurité à la Française ». « Je confirme que dans les semaines prochaines, on aura l’occasion de se voir sur notre sujet (…) d’un nouveau contrat social avec les salariés pour redresser l’entreprise PSA » a déclaré le directeur des ressources humaines de PSA, Philippe Dorge.

Des négociations ouvertes d’ici fin mai
Les rumeurs bien renseignées annoncent que les premières réunions devraient se tenir avant la fin mai chez PSA. Le principe de cette « flexi-sécurité » est le donnant-donnant. En échange d’une plus grande flexibilité dans les horaires de travail, et/ou des concessions sur les salaires, l’entreprise signataire s’engage à maintenir, voir augmenter la production sur les sites français.

« Vous ne pouvez pas demander un effort à des salariés si vous n’avez pas en face quelque chose à mettre. Et dans une industrie comme la nôtre, ça s’appelle essentiellement un investissement dans une nouvelle ligne de produits avec de la visibilité sur les volumes à terme » déclare le président de Boch France Guy Maugis. Ce dernier a signé un nouvel accord de compétitivité récemment qui sécurise un investissement de plusieurs millions pour moderniser l’usine de Vénissieux (Rhône) en échange de la possibilité d’utiliser les jours de RTT lorsque la production ralentit.

Un modèle Opel pour sauver la production française ?
Pour PSA les négociations pourraient passer par un accord sur les horaires en échanges de volumes de production augmentés. Pour cela PSA devra soit rapatrier certains modèles de ces usines de l’étranger, soit compter (comme Renault avec la Nissan Micra) sur la production d’un modèle de son partenaire General Motors. Longtemps évoqué, le projet d’assemblage de la grande berline Opel se fera-t-il finalement en France chez PSA ? La réussite de la nouvelle 308 sera aussi très important pour les usines de Sochaux ou de Mulhouse.

Lire également : La Yaris nord-américaine sera produite en France

Source : PSA, Le Figaro, Photo : PSA

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "PSA aussi veut son accord de compétitivité"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
GregM
Invité
A force de tout delocaliser, de fermer les usines et les bureaux on a construit (ou plutot deconstruit) le pays. Plus ca va plus il y a de chomeurs, ou de travailleurs pauvres et le peu qui a encore les moyens a peur et epargne. Le marche n’existe plus, ou du moins il se reduit de plus en plus, et fatalement il y a de moins en moins d’acheteurs pour des produits chers que sont les automobiles. C’est le juste retour de baton dans la figure de ceux qui ont seme le trouble pendant toutes ces annees et auncun accord… Lire la suite >>
wizz
Membre
http://www.assemblee-nationale.fr/europe/rap-info/i2423.pdf à la page 7 Il est vrai que les cas d’entreprises transférant, voire supprimant leurs activités ou leurs emplois pour des motifs liés en partie à la réglementation sociale se sont succédé au cours des dernières années. On se souvient notamment de la délocalisation, en 1993, de l’usine d’aspirateurs de l’entreprise Hoover de Longvie, en Bourgogne, vers l’Ecosse, qui s’était traduite par la suppression de six cents emplois en France. Les concessions que le syndicat écossais de l’entreprise avait été amené à faire concernant le gel des salaires, la durée hebdomadaire du travail ou les droits au régime complémentaire… Lire la suite >>
GregM
Invité
Cher Wizz, Je respecte d’habitude tes analyses car elles ont le merite d’etre pertinentes. D’ailleurs une fois encore, ton analyse EST pertinente et elle confirme ce que je disais. Par contre, rien ne te permet de juger si ce « cher » GregM achete ou a achete des produits « made in quelque part ailleurs » ou si au contraire il fait ou a fait partie de ceux qui ont toujours tente d’acheter du made in France. Cela etant dit, tu oublies dans ton analyse les entreprises qui nous ont fait croire pendant des annees qu’elles vendaient du Francais, mais ne s’empechaient pas d’aller… Lire la suite >>
Romain
Invité

Les responsables sont les politiques pas les patrons. Ce sont les politiques qui ont fixé les règles du jeu de l’Europe. Dans dix ans, L’Europe ne sera qu’un continent de seconde zone après la Chine et le bloc nord américain

wizz
Membre

Et si l’Europe autorise le commerce de la viande de cheval, vas tu en manger?

Et si l’Europe autorise le commerce de la viande chien, vas tu en manger aussi?

Non. A un moment donné dans a longue chaine de décision, il y a toi, qui prends la décision finale

Titi
Invité

@Wizz :

Et donc dans ta logique d’acheter français : si tu veux acheter une twingo ? T’achète un Scénic car produit à Douai et la Twingo en Slovénie ?
Si tu crois pouvoir arrêter l’expatriation de la production hors Europe en faisant ça tu es un utopiste !!!!

wizz
Membre
il falait acheter français fabriqué en france il falait acheter des produits qui ne sont pas fabriqués par des pays qui pratiquent le dumping social mon cher titi, demain, tu vas surement acheter des vetements tu as aussi surement vu ce qui s’est passé au bengladesh tu y as vu ces conditions de fabrication voilà, la balle est dans ton camps et d’ici peu, à force de suivre la tendance, à force de ne regarder que son intérêt, ce ne seront pas seulement les vetements, ou les petits biens de consommation. Ce sera aussi les voitures, puis les avions. Finalement,… Lire la suite >>
Homer S.
Invité

@wizz Ton exemple avec l’aspirateur n’est pas très juste car justement Dyson a réussi a en vendre des plus cher que les traditionnels ou encore Seb qui vend sa friteuse sans huile nettement plus cher

Bref, le prix ne fait pas tout, le client a d’autres critères. C’est aussi aux marques d’innover & pour ça elles ont besoin de gens qualifiés

wizz
Membre
En 1993, techniquement, rien ne distinguait un aspirateur Hoover fabriqué en Bourgogne d’une aspirateur Moulinex fabriqué en Normandie En 1994, techniquement, rien ne distinguait un aspirateur Hoover fabriqué en Bourgogne d’une aspirateur Moulinex fabriqué en Normandie. En revanche, question de prix de vente, il y a une différence Certes, en innovant, tu te remets sur le devant de la scène. Mais ces produits innovants sont aussi les produits haut de gamme, plus chers. Ce qui fait que tu auras non pas 1 marché mais 2 marchés. 1 marché pour les fritteuses haut de gamme 1 marché pour les fritteuses classiques… Lire la suite >>
Liam
Invité

+ 1 wizz , commentaire plein de bon sens .

wpDiscuz