Accueil Audi CTCC 2012: Shanghai

CTCC 2012: Shanghai

154
1
PARTAGER

L’épreuve de CTCC de Shanghai-Tianma marque la rentrée des championnats « circuits » chinois. Comme chaque année, le niveau de professionnalisme est à la hausse. Le futur Vettel ou le futur Horner n’est peut-être pas encore dans les paddocks de Tianma. Mais il faut se rappeler qu’il y a 10 ans, il n’y avait pas de sport automobile chinois…

Scirocco R-Cup

La Scirrocco R-Cup entame sa quatrième édition. La nouveauté 2012, c’est un moteur 270ch aux normes Euro V.
Côté pilotes, la discipline est archi-dominée par les gweilo. Du coup, lorsqu’un Chinois monte sur un podium, c’est un évènement et une autre série recrute le pilote afin de profiter du buzz. Ca a été le cas avec notamment Wang Jian Wei, Sun Zheng et plus récemment Zhang Da Sheng.
En conséquence, les Chinois sont rares sur la grille: ils ne sont que 4 parmi les 20 pilotes! A 25 ans, Yin Hai Tao, qui triple, fera figure de vétéran. Jin Long Bao et Yuan Bo débarquent de la Polo Cup. Quant au tout jeune Jun Jin Pu, il arrive du karting et débute en automobile.
L’autre pilote à surveiller, c’est le Honk-kongais William Lok, alias « mademoiselle Christine » (?) Il n’est pas très rapide, mais il a pris l’habitude d’organiser des séances photos sur les circuits en compagnie de race queen…

Dans la course 1, les débutants réalisent une arrivée en fanfare: Yuan et Jin encadrent l’Italien Stefano Montesi, multiple vainqueur dans la discipline.

Pour la course 2, on retrouve les trois même! La seule différence est que sur le chemin du podium, on a prêté un drapeau chinois à Yuan.

A ce train-là, le téléphone de Yuan devrait vite sonner, avec des team-managers du CTCC ou Carrera Cup au bout…

CTCC

Le championnat chinois de tourisme (CTCC) est la seule grande coupe multimarque du pays. Fondé en 2004, ce championnat en arrive donc à sa 9e édition.

Depuis l’an dernier, le CTCC tente de se professionnaliser. Terminée, l’époque où des gentlemen-drivers grisonnants courraient sur des voitures quasiment de série!

Désormais, pour gagner, il faut construire de vraies voitures de courses et engager des pilotes talentueux. ChangAn-Ford l’a bien compris. Leurs Focus sont préparées chez FRD, l’une des principales structures Chinoise. Le bilan est flatteur: 4 coupes constructeur en 6 années de présence!
Pour 2012, ils tenteront la passe de 5 avec une voiture inédite. Problème: les 4 Focus 2012 arrivent à Shanghai sans avoir disputé le moindre kilomètre d’essai.

Au début, la discipline compte deux catégories: 2000 et 1600. En 2011, ils décident de créer une troisième catégorie, les 1600 Turbo. Ces dernières se montrent compétitives et à Guangzhou, Han Han impose sa Polo 1600 Turbo face aux 2000.

Pour 2012, les organisateurs regroupent 1600 Turbo et 2000 dans une unique catégorie « Superproduction » (un nom qui rappellera des souvenirs à certains…) Au passage, les 1600 Turbo reçoivent des brides plus larges (33mm contre 32mm en 2011.) L’objectif affiché est de pousser les équipes professionnelles vers le 1600 Turbo.

Pour le public, le CTCC se résume à un homme: Han Han, pilote SAIC-VW-333. A 29 ans, il fait figure de patriarche des circuits. Cet écrivain/blogueur très « pilosisé » sort d’une semaine chargée: un shooting pour FHM et une apparition au salon de Pékin, chez Subaru (avec lequel il court en rallye.)

Il y a un nouveau challenger dans la catégorie: SAIC-Chevrolet. Leur Cruze est préparée par ASR (associé jusqu’ici à Guangzhou-Honda.) L’équipe a fier allure avec le vétéran Lu Gan (premier à avoir décroché une pole « scratch » avec la Polo 1600 Turbo) et le débutant Zhang Zhiqiang (passé par la Formula Abarth et l’Asian Formule Renault.) Le gentleman-driver Shi Jie (à gauche, à côté des pilotes), brillant animateur du Ferrari Challenge, se contentera d’un rôle de conseiller.

Toujours en catégorie Superproduction, il y a un inscrit de dernière minute: Kang Zhewei et sa Peugeot 308 aux couleurs des chemises Swave.
C’est une histoire assez compliquée. En 2011, Kang débute en CTCC avec une DongFeng-Kia-Yueda Forte de l’équipe officielle 778. Il court aux côtés des frères Lu (fils du fondateur de 778.) Notez que 778 gère également l’engagement officielle de DongFeng-Nissan.
En fin de saison, 778 rachète une Peugeot 307 ex-STCC pour l’engager en WTCC. Lu Xiongbao, le plus vieux des deux frères, la teste. Finalement, c’est le vétéran Lo Ka Chun (qui n’a plus rien conduit depuis 2004) qui est aligné avec, pour la finale de Macao. Les fans de la marque au lion s’émeuvent de voir une Peugeot en WTCC… Hélas, l’expérience tourne court: Lo est à l’arrêt et la voiture est mal préparée. Dés les premiers tours de roue, l’organisateur sort le drapeau noir.

Pour 2012, 778 remplace Kang par un autre débutant, Jung Hao Chiang. Kang monte un programme privé avec Swave. DongFeng-Nissan renonce et ils veulent donc récupérer une de leurs voitures.
778 les aiguille plutôt vers leur 307. Ce qui nous donne donc une voiture ex-STCC et ex-WTCC au départ!

Le CTCC veut regrouper les gentlemen-drivers en « Production » (ex-1600.) Dans cette catégorie, la plupart des constructeurs ont renoncé à l’hiver. Il ne reste que Beijing-Hyundai et Haima.

Chez Beijing-Hyundai, Ma Qing Hua se présente désormais en tant que « futur pilote de F1 avec HRT« .

Haima est l’unique constructeur « pur » engagé en CTCC. Pendant longtemps, comme d’autres, il se contente « d’être là ». En 2011, il passe à la vitesse supérieur, grâce à Sun Zheng.
Le « Soleil » ne résiste pas aux sirènes de Beijing-Hyundai et Haima doit lui trouver un remplaçant: Xie Xinzhe.
A l’instar du modèle de série, l’Haima Familia CTCC reçoit un nouvel avant:

En parallèle, une coupe « club » est créé. CC et RSR, qui engagent chacun deux Yaris privées depuis l’an dernier, sont les premiers inscrits.
Il sont rejoint par Road Star, une émanation de l’école de pilotage Li Sheng (ex-école de pilotage 333.) Il s’agit visiblement d’un junior team de SAIC-VW-333. Leurs voitures sont des Polo 1600 ex-usine de 2010 et Wang Rui (pilote SAIC-VW-333) y jouera le rôle de coach. Les pilotes sont deux jeunes débutants, Yang Xiaohu et Zhu Zhenyu.

Aux essais, on attend bien sur Han Han. Mais catastrophe: les Focus de FRD réalisent un triplé et Han n’est « que » 4e! Andy Yan mène l’escadron de l’ovale bleu.

Au départ, sans trop de surprise, les Focus prennent le large au départ. Han se loupe légèrement, permettant ainsi à la quatrième Focus de Jiang Tengyi de rejoindre les trois autres.

En milieu de grille, la Cruze de Lu se frictionne avec la Polo de Zhang Zhen Dong. Han profite des drapeaux jaunes pour recoller aux Focus. Il double Jiang et se bat pour le podium…

Mais au 22e tour, il est trahi par sa mécanique. Pour ses (très) nombreux fans, c’est la douche froide.

Pour les Focus, les 2 derniers passages sont une vraie promenade. Yan ouvre le palmarès du CTCC 2012.

Pas mal pour une voiture arrivée à Shanghai sans avoir roulé! N’allez pas croire qu’il est facile de gagner en CTCC: les Forte, qui jouait le titre en 2011, se retrouvent réleguées en fond de grille.

Notez que pour la prochaine manche, à Zhuhai, la voiture de Yan sera lestée. La nouveauté de 2012, c’est qu’en plus, les Focus auront un « lest constructeur ». De quoi éviter une domination des quatre Focus sur toute la saison.

En Production, c’est place aux jeunes! Pour sa première course chez Beijing-Hyundai, Sun s’impose face au poleman Yue Cui. Le troisième n’est autre que la nouvelle recrue d’Haima, Xie.

Audi R8 LMS Cup

C’est la star du meeting. On sent que jusqu’au jour J, le prometteur a du remuer ciel et terre pour avoir suffisamment de voitures et de pilotes.

Côté plateau, outre les noms déjà cités, on peut signaler cinq pilotes.
Le nom du Hong-kongais Marchy Lee va rappeler des souvenirs aux amateurs de circuits hexagonaux: il a en effet participé à une saison de Formule Campus. Plus récemment, on l’a vu en WTCC.
Adderly Fong a disputé deux saisons de British F3 Il s’est aligné en Auto GP, où il perd son baquet après deux courses (manque de résultat ou de budget?)
A peine a-t-il gagné la course de Production de CTCC, que Sun Zheng enfile sa combinaison Audi. En parallèle, cet espoir soutenu par la fédération (et vaguement surveillé par Ferrari) devrait aussi s’attaquer à la Formula Pilota China!
Pour atteindre son quota de Chinois, Audi dégaine Hu An Zhu. Le petit frère de Dai Wei « David » Zhu a connu de bons débuts en Asian Formula Geely (vice-champion 2007), puis en Formula Campus ChangAn-Ford. Il tente alors sa chance hors de Chine, en Formule BMW Asia, puis il rejoint son frère en Formula Challenge Japan, en 2010. Il disparait des radars jusqu’à l’automne dernier et un test en F2, toujours aux côtés de David. Ce dernier obtient un volant, alors que le benjamin reste à pied.
Quant à Wang Jian Wei, champion « B » de Carrera Cup Asia, il veut disputer la R8 LMS Cup en parallèle. L’objectif étant de doubler ses chances de trouver un baquet pour Le Mans ou Daytona…

Alex Yoong est le pilote qui connait le mieux la R8 LMS: il a notamment disputé les 24 heures du Nurburgring avec. Sans surprise, il décroche la pole.

L’acteur/chanteur Aaron Kwok (invité pour Shanghai uniquement) remporte lui la pole au classement « amateurs ».

La fédération chinoise illustre le communiqué par une photo de Zhang Ran… Et on ne s’en plaindra pas!

Entre le CTCC et la R8 LMS Cup, il se met à pleuvoir. Au feu vert, Yoong contrôle parfaitement Lee, 2e. Fong, 3e aux essais, se fait suprendre par le Taïwanais Jeffrey Lee.

Derrière, Wang se fait d’emblée piéger. Il est donc le premier abandon de la discipline!

La course tourne à une procession et à l’arrivée, Yoong remporte la course, devant les deux Lee.

Kwok remporte la catégorie « amateurs ».

Dans la course 2, sous la pluie, plusieurs leaders se relayent: Sun, Yoong, M. Lee… Fong profite d’une erreur de l’ex-pilote de Formule Campus et mène le peloton jusqu’au damier.

D’après Audi, c’est son premier succès en automobile.

Ferrari Challenge

Les rosso ne sont pas à Tianma, mais sur le circuit F1 (?) Pour info, le Thaïlandais Pasin Lathouras s’impose dans la course 1 et le Singapourien Ringo Chong dans la course 2.

A domicile, les Chinois ne sont guère brillants. Shi Jie se contente des 15e et 17e rangs.

Source:
FASC

Crédit photos: FASC, sauf photo 7 (778), photo 9 (CTCC), photo 19 (Audi) et photo 20 (Ferrari Challenge)

A lire également:
Carrera Cup Asia 2012: Shanghai

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "CTCC 2012: Shanghai"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
pao
Invité

A noter quand même que les Focus de CTCC partagent leur moteurs avec celles du WTCC (c’est d’ailleurs grâce au CTCC qua Arena a reçu un soutient de ford pour le WTCC), donc ils avaient quand même quelques données sur la voiture.

Et juste pour info la 307 en WTCC l’an dernier n’était pas une première pour Peugeot en WTCC, vu que dans les premières années du championnat (2005) une 407 était engagée par Peugeot Danemark.

wpDiscuz