Accueil Berlines Essai Volvo S60 et V60 Polestar : performance sauce köttbullar

Essai Volvo S60 et V60 Polestar : performance sauce köttbullar

72
1
PARTAGER

A moins de suivre assidument le WTCC, le nom de Polestar n’évoque sans doute rien chez vous. Ce petit préparateur suédois est pourtant le partenaire privilégié de Volvo en compétition depuis une quinzaine d’année. Mais la compétition n’est pas la seule occupation de l’entreprise…

En effet, la société de Göteborg œuvre sur trois fronts : la course automobile premièrement, avec notamment la participation aux Championnats BTCC et STCC (championnat suédois de voitures de tourisme) ainsi que désormais la préparation des C30 WTCC pour une saison «d’observation».  Les «services» ensuite, ce qui inclut la fabrication de démonstrateurs techniques pour les écoles ou la mise en place d’événements pour Volvo, et la «Performance» enfin, puisque, sur certains marchés, Polestar propose de donner un peu plus de punch à votre Volvo sans perdre la garantie constructeur.

Des transformations qui ne s’opèrent que sur les plus huppées des motorisations de chacune des gammes, comme nous avons pu nous en rendre compte puisqu’il nous a été donné de prendre en main les Volvo S60 T6 et V60 D5 retravaillés par la société. Grâce à une optimisation du moteur, le premier des deux passe de 304 chevaux et 440Nm à 325ch et 470Nm, tandis que le diesel revendique désormais 225ch et 460Nm au lieu de 205ch et 420Nm.

Et c’est bien tout ce qui change sur la voiture. Le reste ne se distingue en rien d’une autre Volvo V60 ou S60 dotée du kit carrosserie R-Design et toutes les solutions techniques restent identiques.

Pour que nous puissions bien prendre la mesure du gain de puissance, Volvo a prévu une voiture de chacun des deux modèles en configuration d’usine et une autre retravaillée par Polestar. Alors bien évidemment, les accélérations sont plus franches et les reprises plus vives puisque les valeurs de puissance et de couple sont supérieures, mais on aurait aussi préféré que l’auto fasse preuve de plus de caractère en agissant, par exemple, sur la boîte de vitesses, les suspensions ou d’autres éléments techniques. Car dans le cas présent, l’intérêt de la chose est plutôt limité…

Lire également :
Essai Volvo C30 Polestar : échappée du WTCC !

Essai Volvo V60 D3 : changement d’orientation (1/3)

[zenphotopress album=11335 sort=random number=8]

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Essai Volvo S60 et V60 Polestar : performance sauce köttbullar"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
richard
Invité

Pour les petits moteurs (D3) il reste Heico…
Plutôt qu’une prépa de brut, je préfèrerai une courbe moteur un poil plus longue et qui démarrerai 200 trs/min avant.
L’agrément y gagnerait.

wpDiscuz