Accueil Actualités Entreprise 2010: la fin des joint-ventures en Chine?

2010: la fin des joint-ventures en Chine?

98
8
PARTAGER

DPCA_sans_D.jpg

L’annonce est tombée lors de la conférence sur la construction automobile en Chine, qui se tient en prologue du salon de Pékin. Monsieur Xiaoyu Zhang, responsable de la confédération de l’industrie mécanique, dit avoir entendu « en haut » qu’en 2010, les lois Chinoises sur la constructions automobiles seront abolies. Ce serait un pavé dans la marre pour l’industrie automobile Chinoise.

Historiquement, pour motoriser la Chine, le Parti-état a d’abord voulu construire ses propres voitures, puis il s’est tourné vers la production sous licence. Aucune des deux ne fonctionnait, faute de personnel qualifié et d’entreprises locales compétentes.

En décembre 1978, Deng Xiaoping déclare les joint-ventures avec des constructeurs étrangers autorisées. Historiquement, il existe et il a existé de nombreux marchés protectionnistes. La technique habituelle consiste à surtaxer les importations, afin de forcer les constructeurs à produire sur place. Pékin y rajoute le dispositif très contraignant des joint-ventures: un constructeur étranger ne peuvent contrôler plus de 50% d’un constructeur Chinois et il ne peut s’associer à plus de deux constructeurs Chinois. Volkswagen a été le premier à plonger.
Le dispositif avait plusieurs niveaux d’explication. La Chine de 1978 n’était pas prête à accepter la libre-entreprise. De plus, en sélectionnant le partenaire Chinois et le lieu d’implantation de la joint-venture, Pékin dispose d’un outil d’aménagement du territoire. Enfin, pour le partenaire Chinois, c’est un moyen d’acquérir des compétences. On l’a vu avec Brilliance, qui a utilisé l’expérience acquise à travers son partenariat avec BMW pour développer sa propre gamme.

Du côté des constructeurs étrangers, les inconvénients sont nombreux. Evidemment, la partenaire Chinois a son propre mot à dire en terme de stratégie. D’où la lenteur de la progression du dossier Hafei-PSA (car Dongfeng, actuel partenaire de PSA, a voulu mettre son grain de sel.) Ces derniers temps, on a des cas de constructeurs Chinois délaissant leur(s) joint-venture(s) afin de développer leur propre marque. Parfois, le constructeur Chinois n’a pas de compétence dans un type de véhicule et le constructeur étranger est obligé de chercher un deuxième partenaire. En cas de clash, là aussi, le constructeur étranger est obligé de chercher un autre partenaire, faute de pouvoir agir seul.

L’assouplissement du règlement serait du aux pressions de l’OMC. Théoriquement, comme l’essentiel des véhicules en Chine le sont à travers les joint-ventures, la fin de ces dernières pourrait bouleverser la donne. Les quatre constructeurs étatisés (BAW/BAIC, Dongfeng, FAW et SAIC) n’ont que très peu de productions propres et ils sont menacés. D’ailleurs, on peut se demander si les mouvements qu’ils connaissent actuellement (fusion NAC-SAIC, rachat de Hafei par Dongfeng, fusion des marques premium de FAW, rachat possible de SouEast par BAW/BAIC) ne sont pas instrumentalisés par Pékin pour les renforcer en vue de cette libéralisation.
Néanmoins, même si les joint-ventures ne seraient plus obligatoires, les mouvements pourraient être limités. D’une part, la plupart des constructeurs étrangers sont déjà présents depuis de nombreuses années en Chine. Mis à part Tata et Renault, il n’y a plus de projet d’installation. De plus, Pékin garderait un droit de regard sur les implantations. Or, elle ne veut plus voir de nouveaux constructeurs (afin de ne pas atomiser encore plus le marché.) Reste la possibilité de racheter un constructeur ayant fait faillite… Enfin, dans le cas où un constructeur étranger souhaiterait racheter les parts de son partenaire et devenir seul maitre à bord, il faut savoir que souvent, le partenaire est propriétaire du réseau. Par exemple, si PSA voulait se débarrasser de Dongfeng, il serait obligé de rebâtir un réseau derrière.

Source:
China Car Times

A lire également:
Hafei-Peugeot-Dongfeng: finalement c’est oui!
SouEast-BAIC: encore un mariage Chinois en vue?
Quatrième fusion-acquisition dans le secteur automobile Chinois
Le retour du serpent de mer: Renault voudrait s’implanter en Chine

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "2010: la fin des joint-ventures en Chine?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Alex
Invité

« La technique habituelle consiste à surtaxer les importations, afin de forcer les constructeurs à produire sur place »

Ce n’est pas forcer, c’est encourager.

Sinon article intéressant.

Valde
Invité

@Alex
dans le meme style, il y a l’obligation de produire sur place (=en Chine) certains composants de la voiture (systeme de direction, etc.) et au moins 40% de la valeur de la voiture, sous peine d’amende par voiture produite. Il me semble que ca ete juge illegal par l’OMC il y a quelques mois.

@JJO
[hors-sujet]
il y a quelques temps j’avais promis de revenir avec des chiffres de ventes Ford vs. Citroen en Chine pour 2007. Je n’ai malheureusement pu me procurer les chiffres que pour mars et septembre 2007, par sur toute l’annee.

Anonyme
Invité

et si l europe faisait pareille avec les produits chinois vendu ici

Anonyme
Invité

La technique habituelle consiste à surtaxer les importations, afin de forcer les constructeurs à produire sur place

Ce nest pas forcer, cest encourager.

Sinon article intéressant.

Drôle de façon de voir les choses!!! On devrait faire de même pour le textile chinois pour les « encourager » à venir produire en europe…

Homer S.
Invité

Le problème c’est que les chinois sont + de 1000000 de futurs clients potentiels (donc plein de bénéfice), alors que l’europe c’est déjà – de 500000 clients déjà acquis (donc aucun bénéfice). Vous comprenez maintenant pourquoi on taxe pas les produits chinois

wpDiscuz