Accueil F1 GP du Japon: Hamilton à huit points du bonheur

GP du Japon: Hamilton à huit points du bonheur

171
52
PARTAGER

lewis_hamilton_Fuji_race.jpgSous une pluie battante, Lewis Hamilton a fait un grand pas dans sa conquête du titre de champion du monde en remportant le Grand Prix de Japon devant la Renault de Kovalainen. Fernando Alonso a sérieusement compromis ses chances en tapant violemment le rail de sécurité.

Comme hier, les conditions météorologiques sur la région du Mont-Fuji sont à la pluie et au brouillard. Décision est donc prise par les officiels de donner le départ de la course sous régime de voiture de sécurité. Dans ces circonstances, le premier coup de théâtre intervient avant même la présentation du drapeau vert lorsque Felipe Massa part en tête à queue à vitesse réduite. Heureusement pour le brésilien, cet incident n’a aucune conséquence pour sa monoplace mais le pilote Ferrari est obligé de passer par les stands pour passer des pneus « pleine pluie ». Pari perdu également pour Kimi Raïkkonen qui l’imite le tour suivant. Les deux Ferrari se retrouvent donc en queue de peloton laissant la voie libre aux deux leaders du championnat.

Les tours s’égrennent derrière la safety car et certains pilotes commencent à modifier leur stratégie en anticipant leur premier arrêt ravitaillement. Parmi eux, Raïkkonen et Massa procèdent à leur second arrêt aux quatorzième et quinzième tour. Les hommes de Jean Todt ne s’arrêteront certainement plus jusqu’à la fin de la procession course.

Rien ne va plus pour Felipe Massa qui écope d’un drive through pour avoir dépassé sous safety car.

Au dix-neuvième tour la course est enfin lancée. On n’y croyait plus !

Hamilton conserve la tête devant Alonso mais derrière cela commence à s’agiter. Dans le brouillard des projections d’eau on devine un accrochage entre Button et Heidfeld. Le britannique a perdu son aileron avant dans la mésaventure. Au virage suivant, c’est Wurz en perdition qui harponne Felipe Massa. Course terminée pour l’Autrichien mais Massa peut continuer.

Derrière les deux McLaren, Sebastian Vettel créé la sensation en se maintenant sans peine à la troisième place. Il passe même en tête au vingt-huitième tour lorsque Fernando Alonso et Lewis Hamilton s’arrêtent pour leur seul et unique arrêt. A son retour en piste, le leader du championnat se maintient à la troisième place tandis que Fernando Alonso chute à la huitième après un petit passage hors piste.

Le rêve de Vettel ne dure que deux tours jusqu’à son arrêt au stand. Maintenant c’est Mark Webber qui mène la meute. Au même instant les McLaren semblent moins rapides que leurs concurrents immédiats et se font logiquement attaquer. Mais quasi-simultanément Hamilton et Alonso perdent de précieuses positions après de petits contacts avec respectivement Kubica et Vettel. Le Polonais écopera d’une pénalité à la suite de cette manoeuvre.

Après l’arrêt de Webber les deux Renault mènent la danse devant Coulthard mais ces trois pilotes doivent encore s’arrêter ce qui met Hamilton virtuellement en tête à trente tours de l’arrivée.

Enorme coup de théâtre au quarante-et-unième tour lorsque Fernando Alonso perd le contrôle de sa voiture à haute vitesse et tape violemment le mur. Nous venons peut-être d’assister au tournant du championnat, d’autant plus que Lewis Hamilton a retrouvé la position de tête.

Pour dégager l’épave de la McLaren très mal placée au milieu de la piste, la safety car est à nouveau envoyée en piste. Le classement est alors 1. Hamilton – 2. Webber – 3. Vettel – 4. Kovalainen – 5. Massa. Pas pour longtemps puisque Vettel commet une énorme bévue sous drapeau jaune en mettent son presque équipier Webber dans le rail. Sa Toro Rosso est elle aussi trop endommagée pour lui permettre de poursuivre. De retour à son stand le jeune Allemand semble en pleurs. On comprend évidemment sa déception mais on comprend encore plus celle de Webber.

Il reste vingt tours à parcourir lorsque la voiture de sécurité s’efface laissant Hamilton en tête devant Kovalainen et Massa revenu du diable vauvert.

La fin de course est essentiellement animée par Kimi Raïkkonen qui attaque comme un damné et dépasse Coulthard pour le gain de la quatrième place. Le Finlandais passe même troisième à quelques boucles de l’arrivée lorsque Massa s’arrête une quatrième fois ruinant toutes ses chances de podium. La proie Kovalainen est désormais à sa portée et il le rattrape à grandes enjambées. A un tour de l’arrivée il le passe mais le pilote Renault se dédouble et résiste finalement jusqu’au bout. C’est son premier podium en Formule 1. La lutte pour la sixième place est encore plus intense entre Massa et Kubica. Se dépassant quasiment à chaque virage ils nous offrent un dernier tour de toute beauté. Massa aura le dernier mot dans l’ultime accélération.

A l’arrivée, Lewis Hamilton gagne son quatrième Grand Prix de la saison et se retrouve en position plus que favorable pour s’adjuger un premier titre mondial en F1. Une seconde place la semaine prochaine à Shanghaï (à condition qu’Alonso ne gagne pas) le mettrait définitivement hors de portée de ses concurrents.

Course:

1. Hamilton
2. Kovalainen
3. Raïkkonen
4. Coulthard
5. Fisichella
6. Massa
7. Kubica
8. Liuzzi

Championnat:

1. Hamilton 107 points
2. Alonso 95
3. Raïkkonen 90
4. Massa 80
5. Heidfeld 56

Poster un Commentaire

52 Commentaires sur "GP du Japon: Hamilton à huit points du bonheur"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Pippo
Invité

C'est bizarre c'est une ferrari grise qui gagne… Quelqu'un a des explications?

Robm
Invité

C’est inédit un rookie Champion dès sa première participation?

karl
Invité

Bravo à Hamilton qui a piloté divinement et qui n’a pas commis d’erreur dans ce GP dantesque. Dommage que Vettel ait commis l’irréparable sous SC. Bravo à Kova, super deuxième avec des réglagles secs. Raikkonen évite le naufrage de la Scudéria…

Encore un petit effort et le titre est en poche Lewis !

Christophe Labédan
Invité
Fan-tas-tique tout simplement… Je suis à court de superlatifs pour un GP qui s’annonçait pénible… Cela me rappelle les meilleures années de la F1 avec tout ce qui faut de dépassements à se retourner sur place, du suspens, des sorties sans gravité heureusement et au final un champion hors norme m^émé si le championnat n’est pas gagné. Tres heureux pour Ron Dennis aussi qui prouve qu’il n’a besoin d’aucune aide exterieure pour gagner. Bravo Hamilton et un mega bravo pour Kovalainen et Massa (pour cette fin de course extraordinaire). Comme quoi la F1 n’a besoin que d’une véritable course pour… Lire la suite >>
gabz79
Invité

ENFIN on se rend compte que Kovalainen est un très grand !
Marre des critiques et des ragots, dans une course très difficile où même Alonso a abandonné, Kova a résisté à une Ferrari meilleure d’autant plus qu’elle était conduite par Räikkönen ! Avec sa modeste Renault, en plus réglée pour le sec ! Bravo Kova, tu cloues le bec aux mauvaises langues et il ne te manque plus qu’une R28 on espère au meilleur niveau pour être parmi les premiers…
Concernant Hamilton le titre est joué sauf abandon. Alonso doit ruminer…

wpDiscuz