Accueil Essais Clio III: La Miss à l’épreuve 3

Clio III: La Miss à l’épreuve 3

262
10
PARTAGER

Clio3action200512042 Tenue de route-Confort : Dès le départ, on ressent le saut générationnel dans le bas des reins. Clio 3 colle à l’image incisive de ses atours avec un amortissement qui ne sombre pas dans la paresse ni la mollesse. La définition de suspension ne peut pas cacher la vocation nouvelle d’une auto qui s’allonge de 18 cm et s’élargit de 8, quittant ainsi le domaine des citadines pour s’exiler dans celui des routières.
Si la relative fermeté de l’amortissement en ville peut surprendre pour qui se rappelle de sa première Clio, l’utilisateur actuel trouvera un bonheur immense sur nationale ou sur autoroute.

Clio3action200512043 La "petite" Renault est en effet souveraine dès que le rythme augmente. Les petites routes ondulantes des environs de Gordes n’ont jamais pris en défaut un chassis tout bonnement impressionant. L’auto absorbe avec gourmandise les plus grosses saignées tout en offrant une rigueur de comportement digne d’une sportive.
Sur autoroute, l’utilisation du régulateur sera salvatrice car ce chassis inflexible ET confortable vous fait cruiser à des vitesses que certains pourraient qualifier de criminelles sans que jamais aucune information physique ne vienne vous alerter. Seul le paysage latéral s’étirant désormais en raies bigarrées et les autos dépassées dans un souffle vous indiqueront que vous approchez des 190 km/h de vitesse maxi.
Clio3200512043 L’insonorisation plutôt remarquable participe de cette sensation de sécurité et même la direction électrique à assistance variable ne viendra pas perturber la conduite.
En ce qui concerne cette direction souvent décriée, l’honnêteté commande de dire qu’après quelques kilomètres, on parvient à ne plus y penser. Il n’y a vraiment qu’à basse vitesse, lorsque la variation s’opère pour obtenir une direction plus légère, que l’on a un petit sentiment de gêne que le premier créneau venu fera oublier. Les rigoristes du cerceau, traqueur de la trajectoire idéale trouveront toujours à redire mais les progrès ont été notables. Reste à savoir si le système ‘City’ de Fiat, qui permet d’obtenir une assistance maximun en pressant un bouton est plus pertinente.

Clio3action200512041_2  Pour en revenir au chapitre de la tenue de route, il faut noter que la présence (optionnelle) de l’ESP anti sous-virage, anti-patinage, anti-blocage est aussi anti-conduite pépère.
Plus sérieusement, Une suspension aux petits oignons plus une répartition des masses proche du 50/50 en association avec ces garde-fous électroniques si efficaces poussent immanquablement les conducteurs les plus … dynamiques à aller chercher des limites sans cesse repoussées. C’est incitatif au possible et il va sans dire que nous n’imaginions pas qu’une (pseudo) citadine diéselisée puisse verser aussi effrontément dans la sportivité. Tout du moins en tenue de route.

Cela promet quelques belles émotions aux essayeurs de l’imminente Clio RS de 200 ch lorsqu’elle sera libérée des géôles de ses concepteurs en Mars 2006. 

Lire également: Clio 3: La Miss à l’épreuve
                         Clio 3 La Miss à l’épreuve 2

Clio3r1720051204 Une autre vision de la sportivité selon Renault

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Clio III: La Miss à l’épreuve 3"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
tafiole
Invité

merci pour le commentaire mais celui ci semble un peu trop « optimiste et valorisateur » que ceux retrouvés dans la presse (mis a part « auto plus » dont on connait l’absence d’impartialité). Je m’explique, cette nouvelle clio a en effet été décrite comme homogène, confortable et sure, mais tous les articles s’accordent à dire qu’elle ne procure absolument aucun plaisir de conduite (contrairement à votre article), que la direction reste toujours très désagréable et collante et que le poids (+160kg) rendait finalement cette clio plutot léthargique. Quel a été votre ressenti?

P.G
Invité
1- Par nature le ressenti d’une voiture passe par le filtre de son essayeur. C’est ce qui apporte les nuances et confirme que nous sommes tous différents, par bonheur. 2- Je ne traite ici que du chapitre tenue de route&confort et je précise à un moment « …verser aussi effrontément dans la sportivité. Tout du moins en tenue de route. » Ce qui veut dire que côté moteur c’est pas la panacée. 3- Pour la direction, il me semble que la phrase « Les rigoristes du cerceau, traqueur de la trajectoire idéale trouveront toujours à redire mais les progrès ont été notables » permet… Lire la suite >>
Anonyme
Invité
C’est bien là l’interêt d’un tel essai. Je me fie bien plus volontier à ce que décris un « amateur éclairé » tel PG, plutot qu’un journaliste qui pase de l’essai d’une 997 à celui d’une Kia Rio puis d’une Clio. J’ai personnelement essayé la Clio en dci 105 et j’ai ressenti exactement la même chose. Si on croit que c’est « aseptisé » c’est surtout je pense à cause de l’insonorisation exceptionnelle et je pèse mes mots ainsi qu’à la filtration des suspensions, de la direction etc… J’avais l’impression de me « trainer » alors que j’étais systématiquement 30 à 40km/h au dessus des limitations.… Lire la suite >>
tafiole
Invité
votre justification me convient car il est vrai que chaque conducteur interprete à sa façon et selon son expérience son ressenti. C’est d’ailleurs pourquoi bon nombre de magazines réalisent des essais complètement faussées car ils sont influencés soit par les pressions des publicitaires constructeurs qui sont leur gagne-pain (auto plus, auto-journal, echappement), soit par leur franc chauvinisme (l’argus auto, M6 turbo, TF1 auto etc…) C’est fai que seuls le moniteur auto et sport auto (dans un autre registre) sont réellement objectifs dans leurs essais. Pour en revenir à cette bonne vieille clio, outre le design ou l’avis de chacun est… Lire la suite >>
shz
Invité

Et pourquoi pas le 1.5dcI?

wpDiscuz