Accueil Actualités Entreprise Venezuela : grosse déprime pour l’automobile

Venezuela : grosse déprime pour l’automobile

699
3
PARTAGER

1 313, c’est le nombre de voitures vendues au Venezuela depuis le début de l’année. C’est à dire autant qu’un mois de vente en Ethiopie !

Il fut un temps pas si lointain où les constructeurs chinois se bousculaient pour pénétrer le marché vénézuélien. Un temps où PDVSA et sa filiale Citigo sponsorisaient généreusement les Vénézuéliens en F1 et en Indycar. Puis le pays s’est enfoncé dans une instabilité économique et politique sans fond, peu propice aux ventes de voitures.

En 2007, il s’était vendu 491 000 voitures. Le pouvoir chaviste tablait sur 2 millions d’unités à l’horizon 2017. Sauf qu’au lieu de continuer à grimper, les ventes sont retombées à partir de 2007. Sur les 8 premiers mois, il ne s’est donc vendu que 1 313 voitures. L’état n’a même plus les moyens de faire importer des stocks d’invendus chinois, pour équiper ses fonctionnaires.

La plupart des ateliers de CKD ont fermé leur porte. Les projets mirobolants d’accord avec des partenaires Chinois ou Indiens ont fait long feu. Seuls Ford et Toyota s’accrochent. Avec GM, dont l’atelier a été nationalisé fin aout, le pays serait capable d’assembler 250 000 véhicules. Il n’en a produit que 1 099.

En 2007, il y avait 535 concessionnaires dans le pays. En 2017, ils sont 350. Certains n’ont plus vendu de voiture neuve depuis des années. Ils font la soudure avec des voitures d’occasions à fort kilométrage. Les concédants ferment les yeux, pourvu qu’ils maintiennent leur activité.

En bref, c’est un tableau très sombre.

Crédit photo : Toyota Venezuela

Source :
Notìcias Automotivas

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Venezuela : grosse déprime pour l’automobile"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
ART
Invité

Quand il manque des tunes déjà pour bouffer, c’est certain que l’automobile va pas être au top….

Stabak
Invité

N’y aurait-il pas d’embargos aussi?
Car on le sait, Venezuela et E-U c’est pas la grande entente.
Depuis des années les E-U veulent dégager les leaders Vénézuéliens qui nuisent à leurs intérêts. Donc ça ne m’étonnerait pas que cette chute perpétuelles de ventes auto soit la cause à tous les discours politiques négatif envers ce pays? Enfin je pense…

Béret vert
Invité

Ca a l mérite de réduire la pollution.
Avec l’ambitieuse maire de Paris, Anne Hidalgo qui se rêve en présidente là où l’inénarrable Ségolène a échoué d’un cheveu, on devrait pouvoir relancer la fabrication des cycles Peugeot, ce qui serait également bon pour la planète.

wpDiscuz