par Nicolas Anderbegani

Renault développe un nouveau moteur Tce

A peine la norme Euro 6 entre-t-elle en vigueur, pour le 1er janvier 2021, que la norme Euro 7 se profile déjà à l'horizon 2025, obligeant les constructeurs à redoubler d'efforts pour mettre au point les futures générations de blocs. Tandis que l'offre diesel s'amenuise, Renault prépare une nouvelle génération de blocs essence.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Une mode qui va passer

Les contraintes d'émissions polluantes imposées par la future norme Euro 7 pourraient sonner le glas de la course au downsizing (réduction de cylindrée des moteurs), qui a vu apparaître ces dernières années des "petits" blocs (3 cylindres 1.0 Ecoboost de Ford, Puretech de PSA, 3 cylindres sur des BMW 1 et 3 et même bicylindre TwinAir chez FCA) parfois sous la barre du litre de cylindrée, flanqués pour la plupart de l'injection directe et  turbos afin de doser la combustion et de compenser la perte de puissance et de couple. Mais en termes de consommation comme de fiabilité (notamment sur le problématique 1.2 Tce type H5FT), la course au downsizing n'est plus la panacée, surtout en les soumettant aux conditions de tests WLTP bien plus réalistes que les très conciliantes conditions de tests de l'ancien cycle NDEC. Les futures normes seront techniquement incompatibles avec cette logique de réduction. De plus, selon les dires même de certains ingénieurs de Porsche, Euro 7 devrait fixer une limite de puissance par cylindrée (un plafond du rapport chevaux/litre en somme) qui pousserait les constructeurs à aller en sens inverse, vers un gain de cylindrée, tout en résolvant la délicate équation des émissions.

La preuve, Renault table sur un nouveau moteur essence nom de code HR12, à savoir un 3 cylindres turbo de 1.2 litres qui sera issu de l'actuel 3 cylindres 1.0 Tce (type HR10) actuel à distribution par chaîne et calage variable des soupapes, soit un gain de cylindrée de 200cc. Plus coupleux, surtout à bas régime, avec la volonté de réduire les frottements et d'optimiser la combustion, il sera vraisemblablement associé à l’architecture hybride E-Tech et prendra la place de l’actuel 1.6, monté par exemple sur les Clio et Captur E-Tech. Il pourrait proposer une puissance cumulée d’environ 170 ch sur le futur Kadjar, présenté à l’automne 2021 et commercialisé début 2022.

Image : Renault

Pour résumer

A peine la norme Euro 6 entre-t-elle en vigueur, pour le 1er janvier 2021, que la norme Euro 7 se profile déjà à l'horizon 2025, obligeant les constructeurs à redoubler d'efforts pour mettre au point les futures générations de blocs. Tandis que l'offre diesel s'amenuise, Renault prépare une nouvelle génération de blocs essence.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.