par Elisabeth Studer

Pétrole : le cours peu affecté par le refus de vente de la Russie

Alors que les cours du pétrole avaient déjà approché leur plus haut niveau depuis trois semaines, ils ont quasiment stagné mardi malgré l'annonce faite par Moscou que la Russie ne vendrait pas son pétrole aux pays mettant en œuvre le plafonnement du prix de vente du brut russe.
Information à prendre en compte pour anticiper la possible évolution du prix du carburant à la pompe.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Faible hausse du cours du pétrole

Au cours d'une séance digne des montagnes russes, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février aura finalement terminé en très légère hausse, progressant de 0,48% à 84,33 dollars.

Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI) américain, avec échéance en février également, aura même chuté de 0,03% à 79,53 dollars.

Un soufflé qui tombe très vite

Certes, dans un premier temps, les cours ont progressé fortement, les investisseurs régissant à l’annonce faite par la Russie qu’à partir du 1er février la vente de son pétrole serait interdite aux pays étrangers qui utilisent le plafonnement du prix de l'or noir russe, fixé début décembre à 60 dollars par baril par l'UE, le G7 et l'Australie.

Mais une telle tendance n’aura été que courte durée, le mouvement haussier tombant comme un soufflé alors que les cours des deux variétés de référence étaient déjà à leur plus haut niveau depuis trois semaines.

Une menace mise à exécution

Si des mouvements boursiers ont été clairement observés suite à la mise à exécution des menaces proférées par Moscou de bloquer ses ventes de pétrole aux pays « ennemis », au final, cette décision n’aura pas été une surprise pour les marchés, qui avaient d’ores et déjà anticipé ce scénario. Les investisseurs s’attendaient en effet à une telle décision du Kremlin, contenus de ses propos menaçants au cours des derniers mois et de ses mesures prises avec le gaz naturel, refusant de vendre à la Bulgarie et à la Pologne car ces pays ne payaient pas en roubles.

Les analystes tablent sur un impact limité

Certains analystes estiment que la nouvelle mesure prise par la Russie aura un impact limité, les gros acheteurs de brut russe comme l'Inde ou la Chine n'appliquant pas le prix plafond … et l'achetant en dessous des 60 dollars le baril.

Le cours soutenu par la réouverture de la Chine

Les cours auront également été soutenus en séance par les annonces d'une réouverture de la Chine aux visiteurs étrangers. La Chine mettra fin le 8 janvier aux quarantaines obligatoires à l'arrivée, dernier vestige de sa stricte politique sanitaire du "zéro Covid", ont annoncé lundi les autorités. Si une telle mesure a certes encouragé les investisseurs, le relâchement des restrictions devrait toutefois conduire à une reprise inégale de l'économie, le Covid-19 se propageant rapidement.

Sources : AFP

Podcast Men's Up Life
 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.

Pour résumer

Alors que les cours du pétrole avaient déjà approché leur plus haut niveau depuis trois semaines, ils ont quasiment stagné mardi malgré l'annonce faite par Moscou que la Russie ne vendrait pas son pétrole aux pays mettant en œuvre le plafonnement du prix de vente du brut russe.
Certains analystes estiment que la nouvelle mesure prise par la Russie aura un impact limité, les gros acheteurs de brut russe comme l'Inde ou la Chine n'appliquant pas le prix plafond … et l'achetant en dessous des 60 dollars le baril. Affaire à suivre ...

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.