Le véhicule électrique patine toujours en mai 2024
par Thibaut Emme

Le véhicule électrique patine toujours en mai 2024

Le marché français du véhicule électrique semble un peu patiner depuis quelques mois. En mai, il connaît une faible hausse de 5,4% qui masque une réalité moins rose qu'il n'y parait.

Zapping Le Blogauto Au volant avec Chat GPT

Selon les chiffres d'immatriculations AAA-Data/PFA compilés par l'Avere, il s'est immatriculé 23 892 véhicules électriques particuliers au mois de mai 2024. Cela représente 5,4% de hausse par rapport à mai 2023 et une part de marché de 16,9% dans un marché globalement atone aussi. Ca, c'est pour les bonnes nouvelles.

Car derrière cette hausse, se cache une réalité à analyser. La reine du bal est encore la Peugeot e-208 avec 2 662 immatriculations. Elle est loin devant la Renault Twingo avec 1688 unités et la Renault Megane E-Tech à 1614 mises à la route. Et c'est là le souci. En effet, la Peugeot e-208 a capté une très grande partie du "leasing social", ce coup de pousse étatique pour avoir un VE à moins de 100 €/mois. Ce sont ces immatriculations qui sont en train d'être écoulées. D'où une première place très confortable.

Mais, cela signifie aussi que sans le leasing social, il y a des chances/risques que le marché serait moins haut de 1000 immatriculations (ou plus) en mai. Le marché serait étale par rapport à mai 2023 voire, en légère baisse. Car à côté de cela, il y a la fin du bonus pour les véhicules assemblés hors Europe. Résultat, la MG4 ne s'est écoulé qu'à 4 312 exemplaires en 5 mois et a profité au début de l'année du décalage entre achat et livraisons. En mai, ce sont 396 MG.4 qui ont été immatriculées !

Tesla en pâtit aussi avec 763 Model 3 immatriculées le mois dernier et 6090 véhicules depuis janvier 2024. Résultat, le Gouvernement a obtenu ce qu'il voulait, à savoir un resserrement du marché du VE vers les modèles Renault/Stellantis. Mais, le prix à payer est un marché électrique en trompe l'oeil et qui freine des quatre fers sans l'aide de 13 000 € en plus du bonus de 7 000 € pour le leasing social. Oui, 20 000 € (ménages dits modestes) pris en charge par l'Etat. Ce n'est plus un bonus, c'est une subvention aux constructeurs.

Du côté des utilitaires, le marché recule carrément de 8% au mois dernier comparé à 2023. 2 135 VULE ont été immatriculés, avec là encore la Peugeot 208 "commerciale" largement en tête. Il est loin le temps quand Renault trustait les premières places avec la Zoe et le Kangoo Z.E. Mais, notre marché du véhicule électrique reste structuré avec de petits véhicules contrairement à d'autres marchés européens ou mondiaux. L'arrivée des véhicules à 20 000 € devrait encore plus accentuer tout cela.

PositionModèleTotal 2024
1PEUGEOT 20815924
2TESLA MODEL Y9360
3FIAT 5008981
4RENAULT MEGANE-E8099
5RENAULT TWINGO7462
6TESLA MODEL 36090
7M.G. MG44312
8B.M.W. IX14183
9DACIA SPRING2888

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men Life
 

Pour résumer

Le marché du véhicule électrique progresse un peu au mois de mai avec plus de 5% de croissance. Mais, il est surtout dopé par le leasing social dont les livraisons sont en cours. Sans cela, il serait sans doute en récession après la fin du bonus pour les anciens gros vendeurs qu'étaient Model 3, Spring ou MG.4. Un marché soutenu par l'Etat est-il sain ?

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.