Accueil Berlines Weltmeister M7, elle ne cache pas ses ambitions

Weltmeister M7, elle ne cache pas ses ambitions

0
39
PARTAGER

A l’instar de ses compatriotes et rivaux Nio et Xpeng, Weltmeister s’attaque à présent au marché de la berline électrique avec sa M7. Un nouveau modèle qui se caractérise pour l’heure surtout par ses capteurs pour la conduite autonome très visibles.

  • 3 lidars au total
  • Prête pour la conduite autonome « niveau 4 »

Directement issue du concept Maven (Salon de Shanghai 2020), la Weltmeister M7 est la seconde berline de la start-up, qui a présenté voici quelques mois la E.5. Cette dernière est toutefois réservée à des clients professionnels, taxis ou chauffeurs de VTC. La M7 est donc la première pour les particuliers. Il s’agit d’une berline haut de gamme de 4m93 de long reposant sur un empattement de 2m92. Et contrairement aux Xpeng P7 ou Nio ET7, elle ne joue pas la carte d’un style fluide et effilé, mais plutôt d’une berline assez haute et très habitable.

Au delà du traitement bicolore caractéristique sur le capot, ou des feux de jour remontant en vague sur l’aile avant, son style se caractérise par les capteurs très visibles. On est ici aux antipodes de la « shy-technology » mise en avant par les constructeurs allemands sur leurs derniers modèles par exemple. A la question de l’intégration des lidars, véritable casse-tête pour la plupart des constructeurs oeuvrant dans le domaine de la voiture autonome, Weltmeister a choisi la réponse la plus basique : ne pas les cacher bien au contraire… On trouve ainsi un Lidar au centre sur le toit, et un de chaque coté en excroissance sur les ailes. En prime, les caméras bien plus faciles à intégrer discrètement sont ici aussi largement visibles sur le toit, deux à l’avant et une à l’arrière.

Cette caractéristique est d’ailleurs le principal axe de communication de la marque, qui n’évoque pour l’heure pas du tout l’autonomie ou la performance des moteurs ou batteries. On a au contraire le détail des capteurs, au nombre de 32 au total dont 3 lidars, 5 radars et 11 caméras. Plus la présence de 4 puces Nvidia Orin-X pour un total de 1016 TOPS de capacité de calcul, et une architecture électronique centralisée. Le tout doit donner à cette M7 une compatibilité avec les futures évolutions qui mèneront à la conduite autonome de niveau 4 (délégation totale de conduite dans certaines zones, sans attention du conducteur nécessaire).

Weltmeister revoit aussi sur sa berline l’ergonomie du poste de conduite. On trouve un classique double écran à l’horizontale sous une même dalle de verre (« à la Mercedes précédente version »). Hormis cet écran, une seule et unique molette rotative nommée i-Rota. Elle doit permettre de régler à la fois la climatisation, l’audio, etc. Son petit écran fait en prime office d’avatar pour l’assistant personnel à commande vocale embarqué, à la manière du Nomi de Nio. Pas d’écran face au passager. En revanche, le bandeau décor cache un affichage « sous peau », nommé i-Surf, qui permet de proposer quelques messages à l’occupant de cette place.

Notre avis, par leblogauto.com

En retrait sur les ventes par rapport à Nio, Xpeng ou LI, Weltmeister reste au contact quant à l’étendue de son offre avec cette berline M7. La marque poursuit la stratégie initiée avec le SUV W6 en mettant en avant le contenu technologique. Au détriment du style ?

Poster un Commentaire

39 Commentaires sur "Weltmeister M7, elle ne cache pas ses ambitions"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Amazon
Invité

Question look, ils ne sont pas les maitres du monde…

SGL
Invité

Oui, cela fait taxi pour pays en voie de développement.

C Ghosn
Invité

Face avant d arteon, arriere de 508. Dommage ce toit de tricératops. Elle pourrait être une bonne alternative à ceux qui veulent rouler différents.

Navigator84
Invité

Question bête : quelle est la différence entre un lidar et un radar ?

Thibaut Emme
Admin

Le lidar utilise un laser, donc des ondes lumineuses.
Le radar utilise des ondes radio.
Après, le principe global est le même. On envoie une onde dans un sens, et on capte son écho (sa réflexion sur un obstacle).
On a le temps entre l’émission et la réception qui correspond à deux fois la distance (aller et retour).
En émettant dans tous les sens, on « voit » les distance, sans pour autant savoir ce que c’est.

Mais on peut utiliser la « signature radar » pour deviner de quoi il s’agit quand on est en mer par exemple, ou dans l’air.

Malco
Invité

techniquement, la longueur d’onde (lumière -en général IR proche de l’ordre du µm- pour le lidar, et ondes radio de l’ordre du cm pour le radar).
Elles sont du coup réfléchies/absorbées différemment par les matériaux qu’elles rencontrent.

Invité

Et concrètement on ne pourrait pas “matérialiser” un environnement avec un radar. Disons que vous avez découvert une grotte et voulez la scanner pour la visualiser sur ordinateur : LiDAR. Sur la voiture c’est pareil, mais non stop et beaucoup plus vite.

Malco
Invité

C’est moche, et le contenu techno est « inutile » (conduite autonome L4/5 pas pour demain). Ca va être difficile de convaincre…

Jdg
Invité

Tesla y arrive pourtant

Benoua
Invité

Tesla ça reste du L2, et le L4/5 dans la rue c’est difficile à atteindre à court terme.

Nithael70
Invité

C’est plus un vehicule de flotte qu’un vehicule pour les particuliers. Un Global Taxi.

Membre

Maître du monde, rien que ça. Comme le Leader ?

Amazon
Invité

Surement qu’en Chine ca le fait, mais ca va être difficile d’importer en Allemagne sans froisser des susceptibilités

greg
Invité

« susceptibilités »? Non, a la limite tout le monde s’ en fout.
C’ est plus une question de ridicule en fait, le nom sonne grotesque, je ne me vois pas dire « je vais faire un tour en Weltmeister », ou bien : « je vais aller chez Weltmeister acheter une voiture ».
Le qualificatif weltmeister etait egalement en vogue dans les pubs des annees 60-80, du coup cela donne en plus un cote obsolete.

wpDiscuz