Accueil Electriques Métaux pour VE : risque d’une double dépendance

Métaux pour VE : risque d’une double dépendance

0
72
PARTAGER

Alors que l’industrie met actuellement les bouchées doubles pour assurer la transition énergétique, certaines voix redoutent d’ores et déjà que le phénomène accentue la dépendance de l’économie occidentale vis-à-vis de la Chine.

Christel Bories, PDG du groupe minier français Eramet, n’y va pas par quatre chemins, s’alarmant du fait que l’Europe risque une « double dépendance » vis-à-vis de la Chine en matière de transition énergétique, à la fois pour l’extraction des métaux rares et pour leur transformation industrielle.

Transition énergétique : l’Europe risque une double dépendance

« L’Europe doit faire attention de ne pas se retrouver avec une double dépendance chinoise : à la fois sur l’extraction et sur la raffinerie » des métaux comme le manganèse, le cobalt, le nickel ou le lithium, utilisés dans la fabrication des batteries électriques, a déclaré Christel Bories sur BFM Business.

L’Europe se doit d’avoir des acteurs miniers capables de répondre aux besoins de production des VE

« La batterie d’un véhicule électrique, c’est 40% de la valeur du véhicule, et une grande partie de son poids, ce sont des métaux : nickel, manganèse, cobalt, lithium, les fameuses batteries lithium-ion » a tenu à rappeler la dirigeante.

« On parle de gigafactory, mais d’où vont venir les matières premières ? » s’est-elle interrogée. Redoutant une suprématie de la Chine en la matière.

Selon elle, l’Europe devait avoir des acteurs miniers capables « de développer et de produire de façon responsable les métaux de la transition énergétique ».

Peu d’acteurs européens dans le secteur

Alors qu’Eramet est considéré comme un acteur stratégique par l’État français, « il n’y pas beaucoup d’autres acteurs européens » dans le secteur, a rappelé Christel Bories.
Selon elle, il faut développer ou aider à développer des entreprises du type d’Eramet et agir pour soutenir les start-up créées dans ces domaines-là.

L’Europe doit faire de la géopolitique … aussi bien que la Chine

Selon elle, l’Europe doit « faire de la géopolitique », à savoir « de la diplomatie économique pour se lier à des pays qui ont ces richesses-là ».

Observant que la Chine « fait cela extrêmement bien de façon efficace depuis de nombreuses années » … elle constate que l’Empire du Milieu « a mis la main sur beaucoup de ressources ».

Métaux : hausse des besoins et des prix

Le groupe Eramet est désormais recentré sur les activités minières stratégiques. Il affiche une hausse de 8% de son chiffre d’affaires au premier trimestre.

Sa croissance a été tirée durant la période par celle de ses mines et par la hausse des prix des métaux sur les marchés mondiaux, malgré le recul des ventes des alliages haute affectés par la crise de l’aéronautique.

Eramet et Nouvelle Calédonie concurrencés par la Chine sur le marché du nickel ?

En mars dernier, Tsingshan, un géant mondial de l’acier inoxydable, a annoncé qu’il pourrait produire du nickel de qualité batterie, à partir de fonte de nickel à bas coût, d’ici la fin de l’année 2021.

Le groupe chinois prévoit de doubler sa production de fonte de nickel (NPI) en 2 ans et de la convertir en vue de satisfaire la demande des véhicules électriques.

La production de nickel du groupe chinois passerait ainsi de 75.000 tonnes aujourd’hui à 800.000 tonnes en 2022 et à 1,1 millions de tonnes en 2023.

De quoi inquiéter Eramet et ses activités d’extraction en Nouvelle-Calédonie … et les écologistes. Car si la fonte de nickel est abondante, le processus est polluant.

Si l’annonce de Tsingshan a fait chuter le prix du nickel, certains analystes émettent quelques doutes, pointant une annonce prématurée et opportuniste. Les propos du groupe chinois coïncidant avec l’arrivée de Tesla en Nouvelle-Calédonie, et le sauvetage du site industriel de l’Usine du Sud.

La Chine contrôle un tiers de l’offre mondiale du lithium

Si la Chine ne produit que 7 % du lithium mondial, elle a toutefois investi dans les mines étrangères. Le géant chinois du lithium Tianqi et Ganfeng, entreprises spécialisées dans la transformation de ce métal, contrôlent un tiers de l’offre mondiale du lithium via leurs parts dans des mines australiennes et chiliennes.

Et 90 % du minerai extrait sur le salar d’Uyuni, en Bolivie, sont exportés vers la Chine. Le gouvernement bolivien a signé un accord avec l’entreprise chinoise Xinjiang TBEA Group pour exploiter d’autres salars, à Coipasa et à Pastos Grandes.

En mai 2018, Tianqi a renforcé sa position dans le secteur via un accord de tout premier ordre au Chili, première source minière mondiale de cette matière première indispensable à la fabrication des batteries. Equipement dont la production ne cesse de s’accroître à la faveur du développement des véhicules électriques.

Suivant sa ferme volonté de dominer le secteur, Tianqi est ainsi monté au capital du chilien SQM (Société chimique et minière du Chili), premier exploitant du lithium. Une participation de choix alors que SQM exploite le salar d’Atacama, site chilien qui recèle les plus importantes ressources de lithium au monde, le Chili possédant dans son ensemble les plus grandes réserves mondiales de cette matière première.

Notre avis, par leblogauto.com

Alors que les batteries constituent un élément clé du processus de production d’un véhicule électrique et que constructeurs et équipementiers européens tentent de s’affranchir de la suprématie asiatique en la matière en implantant des unités industrielles sur le Vieux Continent, une double dépendance pourrait voir le jour en amont de la chaine. Ne pouvant plus « jouer » sur les prix des batteries elles-mêmes – celles-ci étant à terme produites en Europe – la Chine pourrait user d’une nouvelle arme : le cours – voire la disponibilité – des matières premières.

Mais ne nous leurrons pas. La dirigeante d’Eramet prêche pour sa paroisse, son discours – certes clairvoyant sur les risques d’une dépendance – est également dicté par la peur de voir chuter les débouchés et revenus de l’entreprise issus de l’extraction du nickel. La concurrence s’annonce dure …

L’arrivée de Tsingshan sur le marché destiné à la production de véhicules électriques pourrait accroitre l’offre de manière très importante, offrant ainsi une alternative au nickel de qualité batterie. De quoi faire dégringoler les prix et fragiliser les quelques producteurs responsables, avec au premier rang la Nouvelle-Calédonie. Pour aboutir au final à une situation dominante de la Chine ?

Reste que la production de nickel pour batteries à partir du NPI, proposé par Tsingshan, serait six fois plus polluante que réalisée sur le territoire calédonien avec une empreinte carbone près de cinq fois supérieure.

Quant aux matériaux de type lithium, la Chine semble avoir déjà fait main basse sur les ressources … devenant en quelque sorte maître du monde ?

Les métaux pour les véhicules électriques seront au 21ème siècle ce que l’or noir aura été pour les moteurs thermiques au 20ème siècle. La Chine l’a bien compris. Déployant ses talents géopolitiques de la même manière que pour le pétrole …

Sources : Eramet, AFP, Géo, France.TV

A lire également :

. Lithium : l’UE doit être moteur sur les normes face à la Chine

. Flambée des prix des matériaux liée au plan Biden sur les VE ?

 

Poster un Commentaire

72 Commentaires sur "Métaux pour VE : risque d’une double dépendance"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Kubota
Invité

ça pose question qd même sur le zero émission annoncé des ve.. cette transition à marche forcée est en train de faire des dégâts irréversibles sur la biodiversité .cela pour assouvir une pseudo idéologie ecolo et bien pensante de nos dirigeants obnubilés par la decarbonation..

Thibaut Emme
Admin
wizz
Membre
AXSPORT
Invité

Ça laissera hélas plus de traces que le goudron

Mwouais
Invité

Une fois la terre ouvertes pour en extraire les minerais, il est possible d’y enfourner quelques barils vitrifiés , voyons y un avantage.

wizz
Membre

appelons les Japonais
eux ont « quelques futs d’eau » à stocker…

The Stig
Invité

En même temps mon cher Thibaut, on ne peut pas demander à un anti-VE primaire de voir la poutre dans l’œil de son industrie préférée…

SGL
Invité

C’est pour cela qu’hier, je disais encore qui ne faut pas trop souhaiter une transition trop rapide vers la VE…
Il faut prendre le temps de bien tout maîtriser.

wizz
Membre

il faudrait que tout le monde fasse une pause, y compris les Chinois, ou Tesla, ou les Coréens…

Parce que si nous on temporise, et que les autres continuent à avancer, à placer leur pions, alors dans 20 ans, faut pas s’étonner que les Chinois auront envahi le monde….

SGL
Invité

Il faut prévoir pour chaque VE produit en Europe, sa destruction et le recyclage de sa batterie.
Ne pas prévoir plus tard… Pour balancer dans un port en Afrique ou en Asie discrètement en donnant une liasse de billets au responsable du port.
Ça un coût… Certes, mais au moins, cela fait des emplois, même si cela ne remplace pas 1 pour 1 emploi de la VT.

wizz
Membre
si la VE démarre très lentement, pénètre lentement sur le marché, parce que personne n’en achète, parce que ce n’est pas obligatoire/interdit et que le gasoil est tellement pas cher que les gens s’accrochent à leur voitures thermiques, surtout lorsque c’est une 308 HDI, alors il y aura peu de voitures à recycler. Personne ne dépensera une fortune pour monter une filière de recyclage juste pour quelques milliers de véhicules par an Si ça avance très lentement, sans aucune obligation, et que ça se vende très peu, alors même les constructeurs préfèreront payer quelques millions € d’amendes (ou négocier entre… Lire la suite >>
Mwouais
Invité
@Wizz : pas aussi certain que le volume critique pour développer le marché du recyclage des batteries ne soit pas déjà atteint. Les millions de batteries en sus seront-elles une invitation à développer beaucoup plus l’efficcité du recyclage où va-ce devenir un problème logistique et environnemental ? Ce n’est pas parce que le volume devient important que le processus devient vertueux. Ce n’est pas parce que le matériau est un polluant qu’il est un désastre (Eternit ou PUR qui tiennent 50 ans sont-ils des désastres écologiques ? ). Le problème majeur reste que sous 15 ans la batterie, il faut… Lire la suite >>
wizz
Membre
mwouais La question, (le contexte de mon commentaire), ce n’était pas un soucis d’ordre vertueux de la batterie SGL disait qu’il faut que la progression des VE soit modérée, lente, doucement. MAIS il voulait aussi que les voitures électriques soient prévues pour le recyclage, pour la destruction, EN EUROPE, et non expédiées en Afrique pour finir leur vie. Sur cela, je mets en lumière ce problème, cette contradiction économique : si les ventes sont faibles, alors il y aura peu de volume, et donc personne ne dépensera un kopek pour monter une filière de recyclage. Cet industriel ne pourra jamais… Lire la suite >>
Mwouais
Invité
@Wizz, j’avais bien compris et comme souvent j’ai grossi le trait mais de peu : Google m’annonce 200.000 véhicules électriques en France, certainement plus avec des batteries sur les hybrides. Certes, pas toutes en fin de vie mais d’ici 5-7 ans, pas mal de Zoé, Leaf et Tesla, quelques Prius et une ou deux 106 rescapées devraient changer de batterie, non ? En 2015, près de 20.000 ventes en France à 300kg effectif de batterie (on n’est pas à l’électron près me disait le gluon du trou), cela fera en 2027 pas mal de recyclage sur les bras non 6.000… Lire la suite >>
wizz
Membre
mwouais Nous particuliers, on regarde les choses avec l’échelle de l’individu, et tout nous parait énorme, beaucoup, plein, ultra rempli. Mais à l’échelle industrielle, c’est peanut. 10000 ou 20000 voitures à traiter par an, c’est peanut. Avec un peu plus de 200 jours travaillés par an, c’est juste 100 batteries par jour. 1 batterie par jour par département, grosso modo. Ensuite, usine pilote pour le début, OK. Cela coutera cher, mais pour les autres usines suivantes, lorsqu’il y aura beaucoup de batteries à recycler, ce sera juste des copier-coller, tout comme Tesla construit les autres usines selon le modèle de… Lire la suite >>
wizz
Membre
5€/kg de déchet Voyons l’ordre de grandeur. Et tu en es capable Actuellement, l’ordre de grandeur des batteries lithium est moins de 100$/kWh La densité énergétique des cellules est de l’ordre de 200Wh/kg Il faut donc 5kg de piles rondes lithium pour avoir 1kWh, valant 100$. Soit 20$/kg Dans une batterie, il y a les piles rondes, mais aussi le conteneur, du cablage cuivre, un circuit de refroidissement liquide, etc… Le tout fait 300kg. Mais on n’a pas 300kg de cellules lithium. Peu de chance que la batterie morte de 300kg vaille 1500$ de matières premières. Le kg de cuivre… Lire la suite >>
aussi
Invité

le recyclage est une obligation, il a un coup qui doit être inclus dans le prix du produit neuf.
mais si ‘lon veut un jour atteindre une forme d’indépendance énergétique, il faut que nous ayons notre stock de métaux « énergétiques ».

Le prix des matières premières (à part le Cobalt mais d’ici peu de temps on n’en aura plus dans les batteries) ne permet pas de rentabiliser l’opération.

Mwouais
Invité

La batterie morte ne vaut pas 1500€, les matériaux recyclés devraient valoir cette valeur

Mwouais
Invité

@SGL : je te rejoins et cela justifierait une taxe sur les produits importés (je sais que tu aimes) équipés de batteries de plus de X kg comme montant de recyclage.

albatr
Invité
Encore une idée des années 90 il n’y aura besoin d’envahir, les industriels européens iront chez eux, ils le sont déjà. Si vous pensez que dans 20 ans ils viendront vous envahir, c’est que vous considérer que vous serez plus riches qu’eux dans 20 ans. Sauf que dès aujourd’hui, ils ont le plus grand nombre de milliardaires et millionaires du monde et que le pib de shenzen seul équivaut au pid espagnol. LVMH fait 40 % de son chiffre en Chine, l’envahissement se fait dans le sens opposé. Les champagnes, les vins, le luxe c’est chez eux que ça se… Lire la suite >>
wizz
Membre

albatr

c’est vrai que c’est nous qui envahissons la Chine. C’est tellement vrai que ça se voit sur la balance commerciale. Rappelle moi la balance commerciale entre la Chine et l’Europe, entre la Chine et la France en ce qui nous concerne, et aussi tant qu’à faire entre la Chine et les USA, histoire de comprendre Trump…

bref, toi aussi, tu as une vision « à la SGL »

Mwouais
Invité

@Wizz : en même temps les chinois viennent de nous montrer qu’on peut faire la R&D par une autre nation (un continent presque) puis prendre la main et dépasser rapidement le maître.

(Mais c’est un frein culturel européen qui empêche de se retrousser les manches quand il faut : indignez-vous et osez entreprendre sont ici que des maximes)

albatr
Invité

je ne suis en rien écolo (ils me donnent l’urticaire), je suis même de tendance libérale.
Cependant, vous avez une vision statique d’un concept dynamique. Les sources d’électricité et les technologies des batteries sont amenés à évoluer et devenir de plus en propre. Les chinois légifèrent par nécessité et débouchés économiques. Ils sont pragmatiques et croient en l’avenir, tout comme les européens.

Ne confondez pas la pseudo ideologie franco-française aux enjeux industrielles et économiques des grandes puissances. La batterie est certainement polluante mais a du potentiel et ouvre la porte à une croissance importante

albatr
Invité

erreur : « tout comme les américains »
L’Europe, berceau de l’automobile classique a du mal à lâcher prise par son conservatisme. Les allemands ont tardé mais ont visiblement compris.
Ce n’est pas qu’une question d’écologie mais une question de technologie
Vous prenez une nio ET7, une BYD HAN sans parler des dizaines d’autres modèles, notamment la xpeng ou la futur IM auto zhi ji qui technologiquement, stylistiquement sont désormais devant une grande partie des voitures du monde.

Vous rapportez tout à l’écologie alors qu’il s’agit d’un mouvement globale, avant tout technologique et dynamique

Mwouais
Invité
@albatr (surnom que j’évoque plus loin). Votre position est correcte et c’est passé outre l’ideologie que le pragmatisme lié aux contraintes environnementales (je n’ai pas dit climat) et aux développements technologiques doit faire évoluer nos moyens de déplacement. Parce qu’il est plus facile de placer ne personne dans une case je suis badgé opposant au VE. Mon problème sur ces véhicules est avant tout lié aux batteries (poids, ressources de fabrication et de retraitement, valeur financière versus remplacement en fin de vie et enfin envergure -euh autonomie – limitee), soit des arguments contemporains toutefois que la technologie des batteries est… Lire la suite >>
amiral_sub
Invité

je vous rassure les gauchistes n’ont pas le monopole de l’écologie (ni du coeur)

Didouda92
Invité
@kubota : « zero émission annoncé des ve Ça, c’est du marketing de constructeur. Ni les associations écologistes (les « bobos » écolos ne roulent pas en voiture, même electrique) ni les chercheurs dans leurs études d’impact comparés thermique/electrique/… ne parlent de zéro émission. Ou alors une minorité, que les anti-tout adorent, eux qui ne jure que par le cherry picking*. Profiter d’une nouvelle technologie pour la rendre la plus vertueuse possible dès le départ avant qu’elle n’envahisse routes/mer/air/rail est une bonne idée, évidemment. Est-ce le cas ? On n’y est pas encore, entre la Chine qui manipule, les américains abonnés à « l’effet… Lire la suite >>
Mathieu
Invité

Vivement les batteries au sodium (Tiamat en France)

SGL
Invité

Il faut avoir le courage politique de rapatrier et de créer les usines qui polluent en Europe… Pas évident et pas populaire…

Jdg
Invité

Tout est dit

amazon
Invité

qui polluent? renseigne toi sur les procédés d’extractions et de production, et tu verras que quand on veut, on ne pollue pas

SGL
Invité

On est totalement d’accord @amazon
Mais est-ce que les Chinois extraient correctement leurs métaux avec les règles de l’art !?
Là, j’ai un vieux doute… je suis pour la VE … Mais bien faite, pas partout, là ou elles vraiment nécessaire et avec une préparation pour « l’après ».

amazon
Invité

ce n’est pas parceque les chinois font salement qu’on va les imiter. par contre, il serait grand temps de mettre des taxes pollution sur les produits fabriqués qui ne respectent pas les normes de production EU.
déjà cela éviterait que les industries européennes ne délocalisent dans les pays pas regardant niveau écologie (j’ai plusieurs exemples de majors de la chimie qui se régalent en Inde) pour réimporter en Eu, et cela couperait la concurrence déloyale vis à vis de nos producteurs locaux.

SGL
Invité

« ce n’est pas parceque les chinois font salement qu’on va les imiter. » … Heureusement !
Surtout qu’ils feront mieux dans l’avenir… Enfin, j’espère.
Mais nous sommes d’accord !

SGL
Invité

Les possibilités d’extraction de terres rares doivent être proches de l’infini, si l’on prend en considération le territoire maritime français.

wizz
Membre
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nodule_polym%C3%A9tallique Les nodules polymétalliques mettent plusieurs millions d’années pour être formées. Ils se trouvent à proximité des sources d’eau chaude, cette eau qui a pu « rincer » la croute terrestre et amener les métaux avec elle. Cela réduit déjà la possibilité d’en trouver. Par exemple, de Biarritz à Lille, le long de la côte, il n’y a pas de nodules… Ensuite, ça se trouve à plusieurs milliers de mètres sous l’eau. Ce n’est pas aussi facile qu’une pêche au chalut Et le gros soucis, c’est qu’en plusieurs millions d’années, le fond de l’océan est….recouvert par une épaisse couche de sédiment (lorsqu’on… Lire la suite >>
amazon
Invité

oui mais une fois que c’est extrait c’est recyclable à l’infini contrairement au pétrole

wizz
Membre
amazon recyclable oui à l’infini, surement pas, pas pour tous pour des produits simples, oui. Dans une batterie plomb, il y a du plomb pure. Il suffit de récupérer les vieilles batteries plomb, de faire fondre le métal. La plupart des impuretés seront éliminées par la température. On récupère du plomb pur, ou quasiment pur, et on refait une nouvelle batterie Mais dans les produits modernes, très performants, on utilise rarement les matériaux à leur état pur. C’est souvent des alliages, et il y a des milliers d’alliages différents. Et pire encore, on pratique du dopage par dépot de nano-couche… Lire la suite >>
SGL
Invité

Peut-être, que c’est une fausse bonne, idée @wizz, mais cela mérite que l’on étudie.
Mais déjà depuis plus de 40 ans, la quasi-exploitation des minerais est laissée en jachère en France, la plupart des sondages du sous-sol français datent de plus de 50 ans … et à l’époque on ne cherchait pas les terres rares. (qui ne sont pas rares)
Parce que comme pour les produits manufacturés, nous sommes gavés depuis plus de 40 ans par l’Asie et essentiellement la Chine.
Très franchement, la crise de la Covid a du bon, si l’on exploite bien ces leçons qui sont énormes depuis 14 mois.

wizz
Membre

Les terres rares ne sont pas rares

Le soucis, c’est la concentration, la teneur de ces matières.

Par exemple, demain on creuse pour la construction d’une piscine. Dans ces quelques m3 de terre, il y a pratiquement tous les éléments du tableau mendeleiev. Mais les éléments les plus intéressants, on en trouvera juste quelques atomes.

amazon
Invité
On ne fait que changer de dépendance. Aujourd’hui l’OPEP, demain la production de minerai essentiels. la grosse différence c’est la recyclabilité des minerais. une fois les batteries HS, il est possible de recycler les métaux et refaire des batteries avec un rendement > 90%. Les terres rares des aimants permanents c’est pareil. le seul point qu’il faille souhaiter, c’est que cette fois on sera assez malin en Europe pour faire le recyclage chez nous, au lieu d’envoyer nos déchets ailleurs pour qu’ils soient revalorisés et revendus au prix du neuf. Le pétrole, il ne génère que du CO2, du CO,… Lire la suite >>
The Stig
Invité

Vous n’allez pas vous faire que des amis ici avec ces vérités, c’est le moins qu’on puisse dire… beaucoup ici cherchent le moindre prétexte pour cracher sur le VEB et prôner sa fin prématurée voire son interdiction, pour pouvoir continuer de polluer l’atmosphère et l’ambiance sonore tranquille…

Mwouais
Invité
Faut-il répondre à L’usurpateur d’identité ? Essayons une fois encore de faire comprendre qu’on puisse être contre le discours écolo sur la VE, ne pas être pour le pétrole mais bien le voir comme un mal nécessaire. Je préfère qu’on sorte le pétrole d’un trou profond plutôt qu’on éventré des paysages, je ne suis pas pour les exploitations violentes des schistes bitumineux d’ailleurs. Et si des qataris doivent en vivre, je suis content que ces gens qui vivent en milieu plutôt hostile disposent de ressources. Je reste aussi partisan d’un système de captation des émissions et en ce sens il… Lire la suite >>
wpDiscuz