Accueil Actualités Entreprise La Chine se taille la part du lion dans le lithium du...

La Chine se taille la part du lion dans le lithium du Chili

861
0
PARTAGER

Evènement notable au niveau géopolitique et géostratégique. Tianqi, le géant chinois du lithium vient récemment de renforcer sa position dans le secteur via un accord de tout premier ordre au Chili, première source minière mondiale de cette matière première indispensable à la fabrication des batteries. Equipement dont la production ne cesse de s’accroître à la faveur du développement des véhicules électriques.

Suivant sa ferme volonté de dominer le secteur, Tianqi vient ainsi de monter au capital du chilien SQM (Société chimique et minière du Chili), premier exploitant du lithium. Une participation de choix alors que SQM exploite le salar d’Atacama, site chilien qui recèle les plus importantes ressources de lithium au monde, le Chili possédant dans son ensemble les plus grandes réserves mondiales de cette matière première.

Tianqi Lithium a récemment annoncé être parvenu à un accord en vue d’acquérir 24 % des parts de SQM auprès du canadien Nutrien, le tout pour 4,066 milliards de dollars. Né de la fusion d’Agrium et Potash Corp, Nutrien s’est vu contraint de vendre ses parts dans SQM après une décision de l’autorité de la concurrence.

L’accord devrait se concrétiser au 4e trimestre 2018. Tianqi Lithium a d’ores et déjà prévenu qu’il n’exercerait pas de contrôle au sein de SQM. Anticipant ainsi des réactions susceptibles d’émerger ici ou là au Chili face aux craintes d’une main-mise trop vive de la Chine sur le secteur et plus particulièrement sur ce fleuron national que constitue le salar d’Atacama.

Selon le groupe canadien, l’opération sera financée grâce à des fonds propres et des emprunts.

La Chine, un pays puissant dans le domaine -stratégique – des batteries

La Chine  compte ainsi se faire une place de tout premier rang dans le secteur des véhicules électriques tant sur son territoire national qu’à l’exportation. Sa puissance de plus en plus importante dans le domaine des batteries  devrait lui permettre de faire cavalier seul et de ne pas dépendre de groupes occidentaux pour pouvoir se déployer.

Pékin table sur des ventes annuelles de 2 millions de véhicules électriques ou hybrides d’ici 2020, contre 780 000 unités l’an dernier, des quotas imposés dès 2019 devant permettre d’atteindre ces objectifs pour le moins ambitieux.

L’essor des motorisations électriques observé à l’heure actuelle bouleverse à présent l’industrie de la batterie, composant aussi onéreux que déterminant pour l’autonomie d’un véhicule. La demande mondiale de cet équipement on ne peut plus stratégique devrait croître entre 6 et 8 % au cours de la prochaine décennie.

Sources : Tianqi Lithium

Crédit Illustration : Benchmark Mineral Intelligence

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz