Accueil Electriques Lithium : l’UE doit être moteur sur les normes face à la...

Lithium : l’UE doit être moteur sur les normes face à la Chine

0
11
PARTAGER

Le commissaire au Marché intérieur de l’Union européenne, Thierry Breton, a exhorté les gouvernements de l’UE à être plus actifs dans la définition de normes mondiales pour le lithium, métal rentrant  dans la compostion de batterie et élément clé de nombreuses industries stratégiques telles que celles liées aux véhicules électriques. L’absence d’action et de concertation dans ce domaine équivaudrait selon lui à accorder un avantage technologique à la Chine.

L’Union européenne préoccupée par l’influence de la Chine

L’avertissement de Thierry  Breton souligne la préoccupation de la Commission européenne alors que la Chine cherche à accroître son influence dans la définition de normes liées à un métal crucial pour le développement des véhicules électrique et de l’énergie verte, impliquant de grandes entreprises telles que Volkswagen, PSA et Siemens.

Vote sur une proposition chinoise de création d’un Comité du lithium

Les propos du commissaire au Marché intérieur de l’Union européenne  interviennent alors du 24 au 25 juin prochain le conseil de gestion technique de l’Organisation internationale de normalisation (ISO) a organisé un vote en vue de se positionner sur une proposition chinoise de créer un comité sur les normes de lithium. La Chine s’est d’ores et déjà proposée pour assurer les fonctions de secrétariat dudit comité.

Les normes couvriraient l’extraction, l’extraction, les tests, l’analyse et la conversion du lithium en composés de lithium utiles, par exemple pour les batteries lithium-ion.

Veiller à ce que les normes internationales soient conformes aux normes de l’UE

« Les principaux partenaires commerciaux de l’UE sont très actifs dans l’élaboration de normes internationales sur les marchés clés afin de protéger et d’accroître leur avantage concurrentiel », a déclaré Breton dans une lettre aux ministres de l’industrie des 27 pays de l’UE.
«Nous devons être vigilants face à de tels processus qui peuvent, sans le bon engagement, nuire involontairement à notre compétitivité économique et à notre leadership technologique», a-t-il déclaré.

« Il est dans notre intérêt de donner aux entreprises européennes un avantage concurrentiel en veillant à ce que les normes internationales soient conformes aux nôtres – qu’elles soient prêtes ou en préparation », a ajouté Thierry Breton.

En mai dernier, la France et l’Allemagne ont convenu d’investir jusqu’à 6 milliards pour fabriquer des batteries de véhicules électriques, affrontant les États-Unis et la Chine dans le domaine.

Thierry Breton a déclaré que la Commission demanderait au Comité européen de normalisation (CEN) et au Comité européen de normalisation électrotechnique (CENELEC) de suivre les travaux sur les nouvelles normes de lithium.

Notre avis, par leblogauto.com

Le message de Thierry Breton est aussi celui là : il devient contre productif voire dangereux de ne pas unir nos forces européennes sous peine de perdre la bataille avec la Chine. Il convient de ne pas se tromper de bataille.

Sources : Reuters

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Lithium : l’UE doit être moteur sur les normes face à la Chine"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
retrouvé le retour
Invité
Créer des normes c’est maintenant quand on est incapable de déposer des brevets. Pour bloquer les importations on crée des normes. La norme qui sert normalement à la protection est détournée par exemple la norme aux crash test ou la fameuse norme anti pollution des diesels. (Voir une affaire de fraude au capteur bien connue) !! Ce qui est certain c’est que les asiatiques qui sont visés s’adaptent. Pour cacher notre misère on parle uniquement des Chinois qui déposent maintenant plus de brevets que tous. (ce qui est relativement normal car ils sont 1 400 000 000 !!) mais si… Lire la suite >>
Juxee
Invité

Relis l’article. Le but est pas de créer des normes Européennes, mais bien d’être présent lors de la création et du pilotage des normes internationales.
En effet, si on laisse les chinois mettre ceux qu’ils veulent dans les normes internationales, ils peuvent favoriser leur produits et limiter les propositions européennes en les rendant hors normes… Ça servira plus a rien de développer des produits européens et de poser des brevets si ceux ci ne correspondent pas aux normes internationales.

Amazon
Invité

je crois qu’il faut arréter d’être naif. la Chine n’est pas une économie libre, elle est pilotée par l’état, les investissements sont soutenus par l’état. Si elle était sous un régime capitaliste libéral comme le reste du monde, la vitesse de développement serait identique à celles des entreprises des autres pays ce qui limiterait l’écart compétitif.
des nouvelles normes ne changeront rien, la Chine adaptera son matériel de production pour s’adapter.

retrouvé le retour
Invité

Alors là franchement CHCHE on verra si le problème est le régime chinois. Essayons donc un régime « capitaliste libéral » à la taille de l’Asie, Chine comprise !! Nous ne cherchons qu’à sauver la face. Avant c’était la maladie des asiatiques.
Nos usines de voitures sont mal parce que nous laissons faire n’importe quoi !! Il est bien évident que ce n’est pas un problème spécifique à l’automobile. Si cela permet à certains de dire dans les commentaires que parce que ce n’est pas spécifique que c’est nul, c’est une drôle d’approche !!!

Mwouais
Invité
 » Il est dans notre intérêt de donner aux entreprises européennes un avantage concurrentiel en veillant à ce que les normes internationales soient conformes aux nôtres – qu’elles soient prêtes ou en préparation », a ajouté Thierry Breton. Puis : « Nous devons être vigilants face à de tels (Chine) processus qui peuvent, sans le bon engagement, nuire involontairement à notre compétitivité économique et à notre leadership technologique», a-t-il déclaré. Donc : attention que la Chine, leader en matière de production et de R&D ne soit pas avec un avantage ET attention qu’on doit écrire une norme qui nous favorise. Logique… Lire la suite >>
retrouvé le retour
Invité

Le problème est le même pour la cinq G que pour les machines outils (en partie au détriment des Allemands). Nous courons derrière une économie qui concerne une population 8 fois supérieure à celle des USA juste pour la Chine !! Le Japon c’est deux fois la France. Nous devons faire l’Europe. Mais certainement pas en organisant la pagaille autour de nous !! Yougoslavie, Libye, Syrie, etc. Les responsables de tous ces conflits minent nos possibilités industrielles. Je suis sur qu’ils finiront par être jugés nous leur devons le désastre actuel.

Fred21
Invité

Chine env. 1 500 millions, USA env. 340 millions soit Chine = env. 4.5 fois les US.

retrouvé le retour
Invité
Oui et si la simple taille du « marché producteur » était le seul élément décisif dans une industrie aussi concentrée et maîtrisée qu’est l’automobile ! Nous sommes perdant si nous ne faisons pas un vrai marché européen immédiatement . Thibault et les autres continuent sur leur lancée qui est de considérer qu’il existe un monde bien fermé de l’automobile centré autour de marques bien définies de moteurs et de carrosseries et pour l’éternité. Nous allons être mal avec ce genre de raisonnements !! Même si cela est en partie vrai. Il ne sert à rien de définir l’auto de cette façon.… Lire la suite >>
jesaistout
Invité

C’est la tendance actuellement ici en occident, le discours de la « victimisation »

chinois = méchants, responsables de tous nos maux …

nous= gentils, nous avons été responsables et bien fait notre travail …

Mais au fond de nous, on voudrait faire exactement ce qu’ils font mais dommage nous n’avons plus les moyens.

Je ne sais pas si je dois finir par penser que notre « élite » est un cheval de Troie d’un complot…

retrouvé le retour
Invité

Justement nous devons chercher les moyens !! Il n’y a aucun complot chacun défend son assiette et ceux qui utilisent encore le bandeau devant les yeux et l’opposition public privé sont des cata ambulants

retrouvé le retour
Invité

Oui la France ne cherche pas à fuir les organismes internationaux, mais on voit bien la tendance du côté des anglo-saxons !! Perdre ce n’est jamais agréable surtout dans le domaine industriel et fuir la confrontation est un mauvais indice.

wpDiscuz