Accueil Land Rover JLR de nouveau rentable grâce au programme d’austérité

JLR de nouveau rentable grâce au programme d’austérité

2510
5
PARTAGER

Jaguar Land Rover (JLR) est devenu rentable au cours du trimestre qui vient de s’achever. La mise en œuvre de son programme de réduction des coûts aura ainsi porté ses fruits. Cela aura toutefois nécessité des mesures drastiques concernant l’emploi.

Revenus de JLR en hausse

Tata Motors, propriétaire de JLR a indiqué que le bénéfice avant impôts du constructeur britannique s’élevait à 156 millions de livres (200 millions de dollars). Les revenus ont augmenté de 8%, s’établissant à 6 milliards de livres.

Tata Motors touché par les ralentissements observés en Inde et Chine

Tata Motors a perdu quant à lui 2,17 milliards de roupies (31 millions de dollars) au cours du troisième trimestre, contre une perte de 10,5 milliards de roupies un an plus tôt.

Le groupe indien a été frappé par le pire effondrement qu’a connu le marché automobile en Inde et par le ralentissement économique en Chine, deux facteurs qui ont nui à la demande de véhicules, notamment aux offres haut de gamme de Jaguar Land Rover.

La demande pour les véhicules de JLR se stabilise en Chine

PB Balaji, directeur financier du groupe, a déclaré lors d’une conférence téléphonique avec les journalistes que la demande de véhicules Jaguar Land Rover en Chine se stabilisait à présent.
JLR a souffert de problèmes de qualité et de difficultés avec son réseau de concessionnaires  sur le plus grand marché automobile du monde.

En mars dernier, le constructeur avait indiqué que ses mauvaises performances enregistrées en Chine étaient avant tout liées à l’insuffisance de son réseau de distributeurs. Seulement 18% des points de vente se trouvent dans des villes dites de premier rang, comme Shanghai et Pékin, et plus du tiers ne sont ouverts que depuis trois ans voire moins.

La société envisage maintenant de réorganiser son activité, en réduisant les livraisons afin de réduire ses stocks et en investissant dans des mesures visant à renforcer sa marque, son logo et ses slogans.

En Europe, JLR a jusqu’à présent planifié de fermer ses usines britanniques pendant une semaine en novembre afin de se prémunir contre les perturbations des chaînes d’approvisionnement liées à un éventuel Brexit.

Plan d’économie quasi achevé

JLR a presque achevé la mise en œuvre de son plan destiné réaliser des économies substantielles de 2,5 milliards de livres (3,2 milliards de dollars), notamment en supprimant des milliers d’emplois dans le monde entier, a annoncé vendredi le constructeur.

En janvier dernier, le constructeur britannique avait annoncé la suppression de 4.500 emplois, soit plus de 10% de ses effectifs, face à une activité déprimée par le diesel, la Chine et les incertitudes du Brexit.

Cette réduction d’effectifs concerne surtout le Royaume-Uni et s’inscrit dans le cadre d’un vaste plan d’économies de 2,5 milliards de livres sur 18 mois. Le groupe emploie 42.500 personnes au Royaume-Uni, soit l’essentiel des 44.000 employés qu’il compte dans le monde entier.

Les suppressions d’emplois, qui concernent surtout des postes administratifs selon la presse britannique, s’ajoutent aux 1.500 personnes qui ont déjà quitté le groupe en 2018.

BMW acheteur potentiel de JLR ?

Le mois dernier, des analystes financiers ont décrit le mois dernier JLR comme sérieusement remis en question, ajoutant que Tata Motors devrait considérer BMW comme un acheteur potentiel de l’entité, observant que la société allemande est « inondée de liquidités ».

Tata Group, le conglomérat indien qui possède Tata Motors, est ouvert à la recherche de partenaires pour le constructeur britannique mais n’envisage pas de vendre sa division en crise, a toutefois déclaré son patron Natarajan Chandrasekaran lors d’un entretien organisé ce mois-ci.

L’avis de Leblogauto.com

Tout n’est pas gagné pour autant pour JLR. Rappelons que le constructeur a annoncé une dépréciation d’actifs de 3,5 milliards d’euros dans le cadre de ses résultats du 3eme trimestre 2018. Une situation qui avait largement fait chuter le titre de Tata Motors, sa maison mère, le contraignant alors à revoir ses modes de financement …
Or, JLR doit rassembler un milliard de dollars d’ici le printemps 2020 pour remplacer les obligations arrivant à échéance, tout en devant en parallèle alimenter un programme d’investissement pour les véhicules électriques qui va le contraindre à brûler du cash.

Sources : Reuters, Bloomberg, Automotive News

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "JLR de nouveau rentable grâce au programme d’austérité"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Greg
Invité

Bon alors d’ un côté, c’est positif que les comptes soient de nouveau dans le vert.
Ensuite les pertes de tata motor restent malgre tout mesurées.
Après, la survie à long terme de JLR reste en suspens: les volumes restent (relativement) faibles, centrés sur les SUV (80% du volume) et l’ Europe (les PHEV et les VE ne compensent pas pour le moment la baisse des ventes dependantes du diesel). Donc en cas de crise ou retournement du marché….
Un eventuel rachat par BMW est plus qu’ improbable. Tata n’ est pas vendeur, les bavarois ne sont pas acheteurs.

Le bougre
Invité

Cette rentabilité soudaine ….se prete au rachat par un constructeur germanique de haut niveau..!

Mais ils leur faudra revoir le tissu industriel a cause d’une fiabilité mediocre (à peine mieux que la fabrication francaise ou italienne) et revoir de fond en comble leur gamme pas du tout attractive chez Jag.

georges
Invité

Parfait, pour un rachat ou grosse participation par PSA.

SGL
Invité

Je pense que les dirigeants de BMW se mangent les c…lles, en pensant qu’ils ont vendu LR.

Greg
Invité

Je vois pas trop en quoi…
BMW avait juste besoin de LR pour son programme de SUVs d’ une.
De l’ autre ce serait doubler les problèmes par rapport à la problematique du CO2

wpDiscuz