Accueil Général WRX – Barcelone 2017 : Ekström sur sa lancée

WRX – Barcelone 2017 : Ekström sur sa lancée

155
0
PARTAGER

La saison de FIA World Rallycross (WRX) a repris ce weekend sur le circuit de Barcelone en Espagne. Si certaines autos ont évolué, que des pilotes ont changé de monture, un pilote n’a pas changé, c’est Ekström, champion en titre, qui s’adjuge la première manche.

Quelques changements durant l’inter-saison

Le temps a joué des tours pour cette première manche. En effet, la pluie c’est invité, bouleversant les réglages, la consommation des pneus (on rappellera que les concurrents sont limités à 4 trains de pneus pour le weekend et qu’il faut les économiser si on veut arriver « en forme » en demi-finale), etc. Un début de championnat difficile donc avec quelques changements que l’on va tenter de résumer rapidement.

Le champion du monde en titre Ekström reste avec son Audi S1 et avec son coéquipier Toomas Heikkinen. Kristofferson, le vice-champion est toujours avec la VW Polo du Volkswagen RX Team Sweden mais a désormais pour coéquipier Petter Solberg (dont la structure s’occupe de sa voiture). Grosse révélation de 2016, Bakkerud reste avec Block au sein du Hoonigan Racing sur la Ford Focus (qui prend des couleurs).

Loeb et Timmy Hansen sont toujours chez Peugeot-Hansen mais bénéficient d’une toute nouvelle voiture. Timmerzyanov et Baumanis pilotent toujours pour le Team Austria qui leur met à disposition des Ford Fiesta, de même que pour Timo Scheider (double champion de DTM) et Eriksson. Kevin Hansen est toujours dans l’équipe « bis » Peugeot-Hansen Academy, mais désormais il y est seul. Davy Jeanney n’a en effet malheureusement pas pu s’aligner en 2017. L’équipe dispose d’une ancienne 208 Supercar reconditionnée.

Nittis et Gronholm sont désormais la paire officielle de Olsbergs MSE. Wilks passe d’une Mini à une Polo ancienne génération, JB Dubourg aligne deux 208 Supercar avec Demoustier. Chicherit, en attendant la Renault Megane WRX, sera sur une Clio cette année. Une Kia Rio fait son apparition en WRX, celle de « Csucsu » Kornel Lukas. Enfin un « petit jeune » s’alignait à Barcelone, Hervé « Knapick » Lemonnier (70 ans, plus de 50 ans de carrière, de nombreuses compétitions auto à son actif NDLA) sur une Citroën DS3.

Qualifications, tour joker, demi-finales, etc.

Voilà pour un tour rapide en ce début de championnat. Le principe reste toujours le même, à savoir 4 manches qualificatives où les concurrents partent par groupes de 5 (ou moins s’il n’y a pas un nombre multiple de 5 de concurrents) et où seul le temps compte. Chaque manche donne des points selon le classement au temps et on cumule les points des 4 manches. Une non participation vaut vaut 0 point tandis que finir dernier, même en ne signant pas de temps, en rapporte. Bref il vaut mieux finir, même à 2 tours, sur 3 roues, etc.

Après ces 4 manches qualificatives, les 16 premiers marquent des points au championnat (de 16 points à 1) et seuls les 12 premiers passent en demi-finales. En demi-finale, c’est la place qui est qualificative. Il faut finir dans les 3 premiers (et finir pour marquer des points). Les 6 qualifiés se retrouvent en finale pour la bagarre pour le podium. Le circuit comporte un « joker », passage la plupart du temps plus lent, que les concurrents doivent obligatoirement prendre une fois dans la course. Une grosse partie tactique se joue ici, sur le bon moment pour prendre le joker.

Qualifications : Timo Scheider étonnant 1er, Loeb coule

Les deux premières qualifications se déroulent le samedi. Ce samedi, il pleuvait donc à Barcelone. Kristofferson remporte la Q1, devant un étonnant Ken Block. Solberg se place, au 3ème rang, suivi par Ekström, Bakkerud et Hansen. Loeb signe le 9ème temps. Les « petits nouveaux » sont à la peine mais cela devrait s’améliorer. En Q2, c’est identique pour Loeb, 9ème temps, mais devant c’est tout chamboulé. Heikkinen signe le meilleur chrono devant Scheider, Nitiss, Dubourg, Kevin Hansen et Csucsu. Ils ont bénéficié de conditions météo clémentes comparé aux autres. Les aléas de la course.

En Q3, le dimanche, c’est la Bérézina pour Loeb, bon dernier. Un cardan cassé et un tête-à-queue font s’éloigner les possibilités de demi-finale. Devant, Scheider signe encore un accessit avec le 2nd temps derrière Ekström. Bakkerud, Solberg, Hansen et Kristofferson devancent un étonnant Wilks. Du côté de Dubourg on entrevoit la qualification mais cela va être dur. Après la Q3, Scheider est en tête devant Ekström et Kristofferson. Solberg est 6ème, Hansen est dans le ventre mou à la 8ème place avec 2 points d’avance sur le 12ème et dernier qualifié provisoire, Dubourg. Ce dernier a un petit « matelas » de points avec 7 unités sur Eriksson, premier éliminé. Loeb est 16ème avec 9 points de retard.

La Q4 revêt donc une grande importance et c’est Bakkerud qui l’emporte devant Solberg qui assure sa qualification, ainsi que Kristoffersson, Ekström, Scheider. Timerzyanov prend la 6ème place mais c’est trop tard pour lui après un 0 pointé en Q2. Hansen devance Loeb à la 7ème place, suivi par Eriksson. Tous les deux menacent Dubourg pour la qualification. Ce dernier termine 15ème. Ouf pour lui. Il accroche la 12ème place pour 1 point sur Eriksson et 2 sur Loeb. Ces deux manquent « le cut ».

Demi-finales : Ekström et Kristofferson domine, comme en 2016

En terminant 1er des qualifications, Scheider obtient la pole de la 1ère demi-finale, devant Kristoffersson, Solberg, Heikkinen, Block, et Kevin Hansen. Le vice-champion va surprendre le double champion de DTM pour s’adjuger la victoire (et la première ligne en finale). Kristoffersson l’emporte sur Scheider. La troisième place revient à Solberg qui a su contenir Block. Hansen termine plus loin à la 5ème place devant Heikkinen qui a du abandonner.

En 2nde demi-finale, Ekström a la pole devant Bakkerud, Timmy Hansen, Wilks, Nitiss et Dubourg. Le champion en titre réussi à contenir tout le monde, même si ce fut serré. Il l’emporte devant Bakkerud et Hansen qui ont conservé leur place respective. Dubourg a réussi a gagner une place mais termine derrière Wilks. C’est quand même un résultat encourageant pour celui qui avait signé un podium à Lohéac en 2015 sur une vieille C4.

Finale : le DTM s’invite à la fête

En finale, on retrouve sur la grille les deux animateurs de la saison passée. Ekström a la pole, accompagné sur la 1ère ligne par Kristoffersson. La seconde ligne est composée de Scheider et Bakkerud. La troisième de Solberg et Hansen, animateurs des saisons précédentes.

Ekström ne se rate pas au départ et réussit à virer en tête. Cela lui ouvre le circuit et les portes de la victoire. Il ne commet pas d’erreur et sa S1 est visiblement enfin réglée. Il l’emporte devant le rookie Scheider (16 années en DTM, le voilà qui s’amuse dans un team privé en WRX). Bakkerud doit s’incliner mais grimpe sur le podium. Le DTM a pris le pouvoir de la première finale de la saison.

Solberg termine dans les échappements de Bakkerud, suivi par Hansen et Kristoffersson qui a connu une très mauvaise finale en partant de la 1ère ligne. Au championnat, Ekström prend la tête avec 3 points d’avance sur Scheider et 7 sur Bakkerud. Kristoffersson et Solberg suivent avec 21 et 19 points. Hansen est juste derrière à 17 points.

Championnat pilotes :
1 MATTIAS EKSTRÖM AUDI S1 29 points
2 TIMO SCHEIDER FORD FIESTA 26 points
3 ANDREAS BAKKERUD FORD FOCUS RS 22 points
4 JOHAN KRISTOFFERSSON VOLKSWAGEN POLO GTI 21 points
5 PETTER SOLBERG VOLKSWAGEN POLO GTI 19 points
6 TIMMY HANSEN PEUGEOT 208 17 points
7 GUY WILKS VOLKSWAGEN POLO 12 points
8 TOOMAS HEIKKINEN AUDI S1 11 points
9 KEN BLOCK FORD FOCUS RS 11 points
10 REINIS NITISS AUDI S1 8 points

Au championnat équipes, EKS (Ekström/Heikkinen) prennent la tête à égalité de points (40) avec PSRX Volkswagen Sweden (Kristoffersson/Solberg). Le Hoonigan Racing (Bakkerud/Block) est sur le podium provisoire. Prochaine manche le 21 avril prochain au Portugal. D’ici là, plusieurs écuries auront fait des séances d’essais privés et les rapports de force vont peut-être changer.

Championnat équipes :
1. EKS 40 points
2. PSRX VOLKSWAGEN SWEDEN 40 points
3. HOONIGAN RACING DIVISION 33 points
4. MJP RACING TEAM AUSTRIA 30 points
5. TEAM PEUGEOT-HANSEN 20 points
6. ALL-INKL.COM MÜNNICH MOTORSPORT 2 points

Illustration : WRX

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz