Accueil 4x4 Rallye-raid: Dongchuan

Rallye-raid: Dongchuan

160
0
PARTAGER

En sport automobile Chinois, c’est le règne de la loi de Murphy. Régulièrement, quel que soit la discipline, on voit émerger un favori. L’équipe a déjà imprimé les tee-shirts et les posters pour fêter sa victoire annoncée… Puis, au moment où personne ne s’y attends, c’est pépin sur pépin. Après SAIC-VW en CTCC, puis Lotus-Youngman en autocross, voici la mésaventure de Great Wall en rallye-raid.

Comme dans les autres compétitions Chinoises, le mot d’ordre est « professionnalisation ». Avant, à la sortie des véhicules, les compétiteurs avaient tendance a ouvrir leurs combinaisons et à les baisser jusqu’aux genoux. D’autres se baladaient en short et pantoufles(!) dans le bivouac.

Désormais, c’est tenue correcte exigée et polo aux couleurs de l’équipe obligatoire. Jun Ma, l’omniprésent organisateur, veille au grain.

Déjà présent en 2010, Great Wall s’autoproclame favori. Après un bon Dakar, une victoire à Dongchuan assiérait la réputation du constructeur.

Notez que les Haval H5 utilisés n’ont rien à voir avec celui vu en Amérique du Sud. Il s’agit d’un véhicule à moteur diesel et il est engagé par l’équipe usine « Motor Racing Team Great Wall ».

Si Great Wall est aussi sur de lui, c’est parce qu’il est la seule grosse équipe présente.

Zhengzhou-Nissan n’est plus que l’ombre d’elle-même. Quant à ChangFeng, il n’a plus qu’un seul Liebao (Pajero) « usine »:

Autrefois, ChangFeng fournissait l’essentiel du plateau. Ce temps est révolu, mais il peut compter sur des voitures semi-officielles, comme celle de Lu Long (à droite.)

Parmi les concurrents sérieux, la grosse côte est pour Ma Jun Kun. Cette année, ce pilote très populaire en Chine a disputé son premier Dakar (abandon.)

Il court sur un Haval H5 privé (de quoi renforcer les chances de succès de Great Wall.)

Jiang Yaohuan a disputé les deux derniers Dakar avec l’équipe Chery/Rely. A Dongchuan, il dispose d’un Touareg privé:

Pilote Subaru en CRC, Li Wei a du s’envoler pour Dongchuan juste après les épreuves de sélection du nouveau pilote (où il fait parti du jury.)

Pour l’équipe Mizuho et ses Patrol privé, pas question de viser la victoire. Il s’agit surtout pour cette nouvelle équipe d’acquérir de l’expérience et peut-être qu’ensuite, en 2012…

Qui dit compétition en Chine, dit bizarrerie, comme ce Cherokee surélevé:

Wu Bin roule avec un véhicule qui était un Patrol dans une autre vie (il n’en reste plus que l’avant de l’habitacle et le châssis.)

La course démarre le 2 mai. Mais pour Ma Jun Kun, les ennuis débutent la veille. Le parlement Chinois vient de voter une loi contre le tabagisme, avec effet immédiat. Ma est soutenu par un cigarettier, qui doit ainsi annuler son budget.

Sa saison et sa participation au prochain Dakar sont remis en question.

Le premier jour prend la forme d’un parcours en indoor. Comme prévu, les Haval se promènent: Ma Miao s’impose devant Zhou Jihong.

Le deuxième jour, la course sort des sentiers battus (au sens propre.) Pour le débutant Han Wei, qui a mis 4 ans pour monter un programme, c’est déjà l’abandon.

En tête, c’est cette fois Zhou Jihong qui domine Ma Miao.

La difficulté monte d’un cran pour le troisième jour. Les abandons sont nombreux.

Pour Zhong Min Zhao et son Landwind, la course est finie.

Pour Fan Xiao et son Liebao semi-officiel, la course s’arrête également là.

Pour que les concurrents se rafraichissent, les organisateurs ont prévu des pastèques.

Pour Lu Xuebin, cette pastèque a un gout amer. Arrivé hors-délais, cet ancien vainqueur de l’épreuve doit renoncer. Son budget est très limité (à peine de quoi faire 3 courses) et ce n’était pas le moment de faire des frais…

A ce jeu de massacre, Ma Jun Kun s’en tire le mieux et il remporte l’étape du jour.

Pour le quatrième et dernier jour, l’équation semble simple pour Ma Miao. Le leader de Great Wall est quasiment intouchable au général. Il peut rouler tranquillement et gérer son avance…

C’est là que la loi de Murphy entre en scène. Crevaison et début d’incendie pour Ma, tandis que Zhou Jihong est victime d’une crevaison.

Ma termine plonge au 20e rang et Zhou termine 6e. L’équipe fête comme elle peut la 2e place en diesel de ce dernier.

Ma tente de philosopher sur le thème « c’est un échec riche en enseignements… » Mais pour Xu Le, responsable de l’équipe, c’est soupe à la grimace.

A la surprise générale, c’est Lu Long et son ChangFeng semi-officiel qui s’impose.

Au final, tous les concurrents sont heureux de voir l’arrivée et ils explosent de joie. Y compris ceux qui n’ont rien à célébrer comme Zheng Weijun.

Source:
Sport.sina

A lire également:
CRC: Subaru cherche un pilote

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz