Accueil Champ Car Indycar: Lotus avec Judd

Indycar: Lotus avec Judd

157
1
PARTAGER

C’est désormais une habitude chez les « 3 Lotus »: chaque information soulève son lot de questions. Pour le futur moteur Lotus d’Indycar, on attendait un accord avec Cosworth. Finalement, Judd a été choisi.

Depuis janvier, Engine Developments (alias Judd) construit le V6 2,2l qui portera les couleurs de Lotus en 2012.
Claudio Berro, responsable de la compétition chez Lotus, n’a fait qu’officialiser l’affaire.

Pour le motoriste Anglais, ce sera un retour. Judd a été présent en Indycar à la fin des années 80. Il a remporté une victoire avec Bobby Rahal et ce fut tout. Le programme était alors soutenu de loin par Honda, qui s’associa ensuite en directe avec Rahal.
Quelques années plus tard, il a travaillé sur un moteur pour Toyota. Mais c’est Mecachrome qui a hérité de la sous-traitance du projet.
Vers 2000, le CART songeait à revenir aux atmos. MG lui a confié l’étude d’une mécanique. Le CART abandonna son idée et le moteur MG/Judd parti donc à la poubelle.

L’association Lotus/Judd a également un précédent. Lors des saisons 1989 et 1991, le Team Lotus (qui appartenait encore aux Chapman, contrairement à Lotus Cars) a utilisé des moteurs Judd.

Le bilan fut déplorable. « Grâce » aux Judd, Lotus décrocha sa première double non-qualification (Belgique 1989.)
Après une saison avec l’oubliable moteur Lamborghini, Lotus aurait du disposer d’un Isuzu (qui aurait affolé les chronos lors d’essais très privés.) Le programme (financé par GM et le fabricant de maquettes Tamiya!) fit long feu et Lotus du improviser avec un Judd. Il n’y eu pas de miracle et seul Mika Hakkinen (alors débutant) arrivait à se qualifier.

Ce qui est étonnant dans l’accord Lotus/Judd, c’est qu’en Indycar, Lotus est associé à l’écurie KV. Or, Kevin Kalkhoven (le « K » de KV) est également copropriétaire de Cosworth.
En 2010, lorsque Lotus annonça son partenariat avec KV, Cosworth était également présent (avec un vague rôle de partenaire technique.) Sur les premiers dessins, « Lotus-Cosworth » était inscrit sur les flancs.

Excuse officielle: si Cosworth avait été le sous-traitant, la presse aurait évoqué uniquement son nom. Mais qu’est-ce qui empêcherait les médias de désigner le futur V6 sous le nom de « Judd »?

Personnellement, j’ai toujours pensé que l’accord entre KV et Lotus était assez étroit. En choisissant Judd, Lotus signale peut-être la fin du partenariat.

On voit également qu’il n’y a aucune recherche de synergies avec Lotus Renault GP (qui est donc plus une écurie « Genii » qu’autre chose.) La meilleure preuve, c’est Ho-Pin Tung.
Après avoir testé la voiture de FAZZT, le pilote d’essai de l’écurie de F1 fera ses débuts à Indianapolis, avec Dragon Racing et Sam Schmidt.
A aucun moment il ne lui a été proposé un rôle, même symbolique, chez KV.

A lire également:
Indycar: Dallara présente sa monoplace 2012, la verra-t-on en course?
Lotus: I am encore plus Indy en 2012

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Indycar: Lotus avec Judd"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
STL
Invité

Ce qui me semble assez clair, c’est que la politique sportive de Lotus, menée par son propriétaire proton est absolument dénué de bon sens. Vision à court terme, gestion à la petite semaine, avec une approche de al promotion par la sport auto complètement dépassée. Et par ailleurs, évolution en interne qui tend à sacrifier la vache à lait du groupe, la lotus élise!
En bref, c’est mal barré cette histoire (et c’est surtout très triste!)

A+

STL

wpDiscuz