Accueil Coupés Essai Mazda RX-8 192ch: extérieur (1/4)

Essai Mazda RX-8 192ch: extérieur (1/4)

363
2
PARTAGER

La Mazda RX-8 est un coupé dont on parle peu, voir pas du tout. Pourtant, elle ne manque d’originalité, tant sur le plan esthétique (c’est une coupé 4 portes), que sur le plan technique (avec son fameux moteur rotatif.) Après un aperçu au P.T.S. 2009, voici un essai complet de la version 192ch. Première partie: l’esthétique.

Pendant longtemps, le GT (ici, à titre d’exemple, une Maserati Merak) furent de vraies divas. Première trop longue et trop brutale, direction « camionesque » à petite vitesse, moteur qui chauffe au ralenti, lunette arrière symbolique, bouclier avant si bas qu’il racle les dos d’âne, pièces détachées surfacturées, etc. Cela fait d’ailleurs les régulièrement les choux gras d’un hebdomadaire paraissant le mardi (sur le thème « finalement, vous ne loupez pas grand chose. »)

Dans les années 70, les Japonais débarquent et ils disent: « On vous offrira des GT utilisables au quotidien et moins chères. » Le concept était séduisant sur le papier. Mais les Datsun/Nissan 240Z/260Z/280ZX/300ZX, Honda NSX, Mazda RX-7/RX-8 et autres Toyota Supra n’arrivèrent pas à s’imposer dans les cœurs. Elles gardèrent une image de voitures bon marchés, ne disposant d’aucun prestige. Malgré de nombreux succès sportifs. Alors elle s’éteignirent une à une, dans l’indifférence générale.
Ce n’est que récemment, avec les Nissan 350Z/370Z et GT-R (merci Carlos G.) que l’on regarde enfin des GT Japonaises sous un jour favorable.

Faut-il pour autant jeter les autres aux orties? Bien sur que non!

Mazda a décidé que la RX8 ne se vendait pas suffisamment en Europe pour y homologuer la version reliftée (ci-dessus), apparue au salon de Détroit 2008. Même les Chinois y ont droit!

Alors il faut se contenter de l’ancienne version.

Pour les deux premières RX7, Mazda avait été accusé par la presse Européenne de s’être « inspiré » des Porsche (924, puis 944.) Au moins, la RX8 possède une ligne inédite et ayant du caractère: on aime ou on n’aime pas. Les têtes se retournent, dans la rue (sur le thème: « C’est quoi ce truc? ».) Mazda a signé une ligne relativement pure, sans aileron. Les demi-portes arrières sont presque invisibles.

Personnellement, je suis mitigé. Particulièrement sur les ailes très détachées ou la vitre arrière panoramique. Elle fait davantage « coupé » que « GT », contrairement aux RX7. Côté détails, notez de face, tout en bas, la forme rappelant un rotor. Que l’on va retrouver à l’intérieur…

177849177853177856177859177862177865177868177871177874177877

Merci à la police du 4ème arrondissement, qui m’a laissé prendre des photos dans un endroit où on n’est pas censé venir en voiture…

(à suivre.)

A lire également:
Essai Mazda RX-8: intérieur (2/4)
Essai Mazda RX-8: sur la route (3/4)
Essai Mazda RX-8: conclusion (4/4)
Paris Tuning Show 2009 Live: Mazda RX-8
Mazda: 40 ans de rotatif

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Essai Mazda RX-8 192ch: extérieur (1/4)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Tsar
Invité

Article tout à fait légitime.

Moteur sans saveur, peu de couple, puissance en berne, ligne insipide, confort inexistant, image de marque inexistante, consommation indécente etc…

Je préfères largement ma Lexus IS 250, plus rapide, plus belle, plus confortable, plus économe, plus luxueuse.

Signé un propriétaire cynique de Rx8 et de IS 250 😉 .

byagoona
Invité

T’est sur pour ta lexus …. attend un peu qu’elle tombe en panne aussi 😉

wpDiscuz