Accueil Actualités Entreprise Saab change d’ère : première étape vers l’indépendance

Saab change d’ère : première étape vers l’indépendance

61
24
PARTAGER

Neuf années après être passé intégralement sous le giron de l’Américain General Motors (50 % en 1990 puis 100 % en 2000), le constructeur suédois change de cap après l’abandon programmé et annoncé par sa maison mère dans le cadre de son plan de restructuration. C’est officiel depuis hier soir : la firme Saab repasse sous contrôle suédois.

Suite à la demande de placement en redressement judiciaire (le pendant du Chapter 11 aux USA) déposée hier, il fallait concrètement attendre la décision du tribunal compétent pour anticiper et découvrir l’avenir dans lequel allait s’inscrire Saab. La réponse du tribunal de Vänersborg n’a pas tardé à être communiquée. Le tribunal a finalement accordé au constructeur sa demande de réorganisation et de restructuration. En clair et pour résumer simplement ? Le futur de Saab passera désormais par un retour en terres suédoises.

« Nous allons donc recréer Saab Automobile en tant qu’entité totalement indépendante« , s’est exprimé Jan Ake Jonsson, directeur général de Saab Automobile, reconnaissant toutefois que « l’aventure qui commence ne va sûrement pas être facile » mais que « la base d’un nouveau départ et du renouveau sont désormais jetés« .

Trois hommes prennent les commandes devant assurer la délicate mission d’un retour à la rentabilité à court terme avant de se développer davantage à moyen terme. Trois hommes donc et, pour chacun, une fonction spécifique : Jan Ake Jonsson devient le directeur général de Saab Automobile alors que Stephen Taylor endosse le costume d’expert en réorganisation internationale et Guy Lofalk celui d’administrateur judiciaire.

Chez Saab Automobile on table évidemment sur les prochains lancements des 9-3X, 9-5 et 9-4X (sauf que les retards s’accumulent au moins pour les deux derniers modèles nommés…) pour relancer la machine. « Avec ces trois modèles prêts ou quasiment prêts, ce serait inconcevable, un véritable gâchis même, de ne pas essayer de trouver un moyen de continuer à moyen terme« , a déclaré Guy Lofalk.

Ces trois modèles suffiront-ils à élargir et augmenter la clientèle ? Petit constructeur, Saab pourra-t-il à court terme finalement assurer sa pérennité en solo ? Le gouvernement infléchira-t-il sa position en soutenant le constructeur ? Saab emploie environ 4 100 salariés en Suède pour un total de 15 000 sous-traitants inclus.

Quant à General Motors, il franchirait un premier pas dans sa diminution drastique de ses filiales et divisions tout en investissant (quand même) 450 millions d’euros dans ce retour à l’indépendance. Tout sauf un happy end quant à la politique stratégique de ses dirigeants concernant sa branche nordique.

A lire également. Quel avenir pour Saab ? Saab, la procédure de sauvegarde officielle, General Motors : les sites de Saab sur la sellette, Et si Saab jouait sa partition solo ? Et Suède : pas de nationalisation en vue.

A voir également. Galerie Saab 9-3X.

163579163583163586163729163735

163750163753163756163759163762

Source : GM.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz