par Elisabeth Studer

Thermique KO en 2035 : Beaune pour une clause de revoyure en 2026

Alors que le commissaire européen Thierry Breton a récemment semé le trouble, en plaidant pour la mise ne place d’une clause de revoyure en 2026 pour juger du bien fondé du maintien des mesures de l’UE impliquant de facto la fin des moteurs thermiques en 2035, le ministre français des Transports Clément Beaune est également allé dans ce sens. Plaidant pour que soit organisé un point d'étape d’ici quelques mois sur l'objectif que vient juste de se fixer l’UE.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Clément Beaune affirme qu’il y aura une clause de revoyure

Invité du Grand jury RTL-Le Figaro-LCI, Clément Beaune a assuré qu’il y aura une clause de revoyure. Objectif : examiner si d'autres technologies « peuvent accompagner" la technologie électrique. Et ne pas tuer l’industrie européenne

L’UE doit continuer à exporter thermiques et hybrides face à la Chine

Autre argument invoqué et non des moindres : répondre à la demande « des continents qui vont un peu moins vite que nous ».

« On ne va pas arrêter d'exporter des véhicules hybrides ou thermiques à l'étranger en 2035, sinon ce sont les Chinois qui vont conquérir tous les marchés en développement", a insisté le ministre.

Thierry Breton exhorte l’UE à mettre en place une clause de revoyure

Le Ministre des Transports réagissait ainsi, à la demande des journalistes, aux récents propos du commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton.

S’exprimant dans le cadre d’un entretien accordé au journal Les Echos en fin de semaine dernière, ce dernier a a déclaré avoir "insisté pour qu'une clause de revoyure soit adoptée pour 2026".

La transition vers le tout électrique constitue "certainement la plus forte transformation industrielle qu'ait connue l'Union européenne", avait alors estimé le commissaire européen.

Maintien tout de même de l’objectif 2035

"Cette transformation elle est lourde, elle est massive, elle est ambitieuse mais il faut la faire", a toutefois insisté Clément Beaune, tout en confirmant malgré tout l'objectif de 2035. Une manière selon lui de « mobiliser » les constructeurs".

Pour rappel, le 27 octobre dernier, l'UE s’est accordé avec les 27 États membres et les eurodéputés pour fixer la date butoir de 2035 pour la vente de véhicules neufs à moteur thermique.

Porte entrouverte aux hybrides rechargeables et e-fuel

Si le contenu précis de l’objectif semble désormais entouré d’un flou plus ou moins artistique, l’UE pourrait entrouvrir la porte aux hybrides rechargeables et au e-fuel (carburant synthétique).

Le texte de l’accord aborde en effet la possibilité éventuelle d’autoriser des technologies alternatives comme les carburants synthétiques (e-carburants) ou motorisations hybrides rechargeables dans la mesure sous réserve qu’elles puissent permettre d'atteindre l'objectif de supprimer totalement les émissions de gaz à effet de serre des véhicules.

Notre avis, par leblogauto.com

Si l’objectif s’avère de plus en plus nébuleux, il semble toutefois l’UE pourrait mettre de l’eau dans son e-fuel, rejoignant ainsi la position initiale de l’Allemagne.

En mars dernier, après moult tergiversations, Berlin avait au final soutenu la proposition de l'UE d'éliminer progressivement la vente de voitures dotées de moteur thermique à partir de 2035, abandonnant sa stratégie appuyée jusque-là avec insistance d’établir une exception pour les véhicules utilisant des carburants synthétiques (e-fuel). L'Allemagne avait jusque là résisté à une date de suppression progressive des voitures dotées de moteur thermique, espérant que l'utilisation des carburants e-fuel pourrait jeter une bouée de sauvetage à de nombreuses entreprises de son très important secteur industriel automobile concentrées sur les moteurs à combustion.

 

Sources : AFP

Pour résumer

Alors que le commissaire européen Thierry Breton a récemment semé le trouble, en plaidant pour la mise ne place d’une clause de revoyure en 2026 pour juger du bien fondé du maintien des mesures de l’UE impliquant de facto la fin des moteurs thermiques en 2035, le ministre français des Transports Clément Beaune est également allé dans ce sens. Plaidant pour que soit organisé un point d'étape d’ici quelques mois sur l'objectif que vient juste de se fixer l’UE.
« On ne va pas arrêter d'exporter des véhicules hybrides ou thermiques à l'étranger en 2035, sinon ce sont les Chinois qui vont conquérir tous les marchés en développement", a insisté le ministre.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.