Credit Photo - VW
par Thibaut Emme

Plateformes électriques, le coûteux changement de Volkswagen

Arrivé à la tête du groupe Volkwagen en remplacement de Herbert Diess le 1er septembre 2022, Oliver Blume a décidé de revoir entièrement la stratégie électrique décidée par Diess. Cela pourrait coûter cher à VW à moyen terme.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

C'est encore lié au fameux véhicule VW "Trinity" qui devait être le premier véhicule électrique du groupe basé sur une toute nouvelle plateforme appelée Scalable Systems Platform (SSP). Cette plateforme censée remplacer la MEB devait permettre au groupe VW de rationaliser les développements et de passer aux véhicules "software-defined" ou quand le logiciel prend le commandement des développements automobiles.

Avec Blume tout cela est balayé. Il y a déjà eu le report annoncé de Trinity. Mais, finalement c'est la plateforme SSP qui est reportée et la MEB toute récente (il n'y a eu qu'une génération de véhicules développés dessus) qui continuera sa vie. Evidemment, la MEB évoluera comme il est naturel pour une plateforme automobile. Mais, en reportant SSB, Blume prend un risque certain. En effet, la MEB devrait rester avec des batteries sous 400 volts et non 800 volts. Le 800 volts permet de charger la batterie sous une puissance plus importante et plus constante sans risquer des dommages.

Prolonger une plateforme en retard techniquement

Ainsi, la MEB "évoluée" devrait se contenter de "faibles" puissance de charge. Actuellement à 135 kW, elle ne devrait pas pouvoir atteindre les 200 kW quand certains concurrents sont déjà au-delà. La charge ultra-rapide est un enjeu crucial du VEB (véhicule électrique à batterie) et VW va donc continuer de prendre du retard dans ce domaine.

En repoussant la SSP, Blume repousse de fait Trinity et Artemis (son équivalent Audi) aux Calendes Grecques. A moins de revoir entièrement les projets pour les mettre sur la MEB évoluée, ces véhicules risquent d'être mort-nés. Encore une gabegie financière due à ce retournement technique.

La MEB "bis" permettrait une transition vers cette fameuse SSP. Sauf qu'en attendant, VW devra faire avec des véhicules en retard techniquement. Tout cela coûte cher, annuler un programme déjà lancé, repousser l'entrée en vigueur d'une plateforme censée vous aider à rattraper le retard déjà là dans le VEB, lancer de nouvelles générations de VEB sur une plateforme qu'il faut faire évoluer, etc.

Notre avis, par leblogauto.com

Pourquoi repousser la SSP dans laquelle VW a déjà beaucoup investi ? Certains affirment que les déboires de VW dans le logiciel ne seraient pas complètement étrangers. Mais, n'est-ce pas non plus une question de rentabilité financière ? En gardant la MEB et en la faisant évoluer, on privilégie, à court terme, le rendement financier (les actionnaires). Mais, à moyen terme, VW accumule le retard dans le VEB et pourrait alors le payer plus tard.

A moins que Blume ne pense pas que la concurrence prendra une si grande avance que cela ou qu'elle sera rattrapable ? Niveau financier, ces changements de pied sont très coûteux. Les actionnaires ont eu la tête de Diess sur un plateau, celle de Blume vacillera-t-elle plus tard ?

Podcast Men's Up Life
 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.

Pour résumer

En repoussant le projet Trinity/Artemis et surtout la plateforme SSP, Oliver Blume prend le risque de voir le groupe Volkswagen prendre encore plus de retard dans le véhicule électrique.

La révolution à marche forcée voulue par son prédécesseur Diess a visiblement déplu et lui a coûté sa place. Les retards induis par ce changement de stratégie va mettre Blume sous pression.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.