par Elisabeth Studer

Pétrole /AIE : demande ralentie par la récession en 2023

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit toujours pour 2022 et 2023 une croissance modérée de la demande de pétrole. Evoquant dans son rapport mensuel publié mercredi une " économie mondiale possiblement en route vers la récession".

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Prévision de croissance légèrement revue à la hausse

L'Agence a toutefois relevé très légèrement sa prévision de croissance de demande de pétrole par rapport à celle de novembre. Selon ses calculs, la demande mondiale de pétrole devrait croître de 2,3 millions de barils par jour (Mb/j) en 2022.

Forte consommation de gazole au 4eme trimestre 2022

L’AIE constate en effet une forte consommation de gazole au 4e trimestre de cette année. Phénomène qui devrait donc engendrer une hausse de la demande ces tous derniers mois.

La demande de gazole, en Chine ou au Moyen-Orient, mais aussi le fait qu'une partie des industriels européens se tournent désormais vers le pétrole pour remplacer le gaz dont le prix devient excessif compense une moindre croissance des livraisons pétrolières à destination de la chimie en Asie et en Europe, explique l'AIE.

Prévision en baisse prévue pour 2023

En 2023, la croissance devrait être ramenée à 1,7 mb/j, pour un total de 101,6 mb/j, estime l'AIE. Principaux facteurs invoqués : "les vents économiques contraires, une économie mondiale possiblement en route vers la récession, et une Europe en pleine crise énergétique".

Recul de l’offre en novembre

En ce qui concerne l’offre, le volume a reculé de 190.000 barils/jour en novembre, pour un total de 101,7 mb/j. Une situation issue notamment de la décision prise par l'Opep+ (Organisation des Pays Exportateurs de pétrole et ses alliés entraînés par la Russie) en octobre dernier de réduire ses quotas de production en vue de soutenir les prix du brut.

Une « chute » plus nette attendue en décembre

L'AIE s'attend à "une chute plus nette" encore de cette offre mondiale en décembre. Conséquence de l'entrée en vigueur de l'embargo européen et du plafonnement des prix du pétrole russe décidé par le G7. L'Agence entrevoit parallèlement ainsi pour 2023 une croissance de l'offre de 770.000 barils/jour, pour une offre totale de 100,8 mb/j.

Stocks prévus à la hausse au second semestre 2023

Dans son édition de décembre Short-Term Energy Outlook (STEO), l'Energy Information Administration (EIA) des États-Unis prévoit que les stocks mondiaux de pétrole chuteront de 200 000 b/j au premier semestre 2023 avant d'augmenter de près de 700 000 b/j au second semestre 2023 Cette prévision laisse les stocks mondiaux de pétrole à la fin de 2023 plus élevés que ce que l'agence avait prévu dans le STEO de novembre, ce qui se traduit par une prévision du prix du pétrole brut Brent en moyenne de 92 $ / baril en 2023, soit 3 $ / baril de moins que prévu le mois dernier.

Sources : AFP, AIE

Podcast Men's Up Life
 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.

Pour résumer

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit toujours pour 2022 et 2023 une croissance modérée de la demande de pétrole. Evoquant dans son rapport mensuel publié mercredi une « économie mondiale possiblement en route vers la récession".
En 2023, la croissance devrait être ramenée à 1,7 mb/j, pour un total de 101,6 mb/j, estime l'AIE. Principaux facteurs invoqués : "les vents économiques contraires, une économie mondiale possiblement en route vers la récession, et une Europe en pleine crise énergétique".

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.