Accueil Actualité Essai DS9 E-Tense 225 ch

Essai DS9 E-Tense 225 ch

0
96
PARTAGER

La DS9 débarquera sur nos routes l’automne prochain. Elle a la lourde mission de s’inviter sur le très sérieux segment des berlines premium. Peut-elle vraiment rivaliser ? Nous l’avons essayée sur les routes de Champagne.

Une signature lumineuse unique!

Le souci du détail

DS nous accueille avec ce message concernant la nouvelle DS9 : La puissance de l’élégance. Le lieu de réception prestigieux où nous nous trouvons surplombe les vignes, avec une vue imprenable sur Épernay. La voiture se fond assez bien dans le décor. Son design plutôt classique au premier abord, ne la distingue pas trop de ce qui se fait déjà. Mais DS se démarque dans les détails. A l’avant, la large calandre brillante reçoit le logo de la maison. Les phares aux éléments internes pivotants, font leur petit effet au démarrage.

DS aime le chrome. Une barrette court au milieu du capot. L’entourage des vitres dans ce matériau habille le profil. Même musique à l’arrière, avec le jonc joignant les deux feux. Ces derniers en écailles, offrent à la voiture une signature lumineuse unique. En outre, une paire de petites diodes de position trônent au-dessus de la lunette arrière. Il s’agit d’un clin d’œil à la DS de 1955. Le troisième stop se trouve posé à l’avant du coffre, comme un discret becquet. Reste à savoir si les potentiels clients seront sensibles à ce design.

Notre DS9 s’intègre bien dans ce paysage.

La montre B.R.M, ça en jette!

À bord, on prend conscience de la vision du luxe de DS. Là aussi, dans les détails la présentation impressionne. La qualité des cuirs vaut largement ce qui se fait de mieux ailleurs. Toutes les commandes en aluminium guilloché donnent un cachet singulier à cet intérieur. Les surpiqures aux points perle participent à cette ambiance luxueuse. Ajoutez à cela la sellerie au motif bracelet de montre, les aérateurs aux grilles dessinées avec style, l’alcantara au plafond et l’on obtient une vraie atmosphère agréable.

Cependant, on tique sur les plastiques bien noirs en partie basse, comme pour les dissimuler le plus possible. On aurait aimé un peu plus de moquette à l’avant, ou un revêtement qui fasse moins cheap, même si on ne les voit pas. On aime beaucoup la montre B.R.M. juste au-dessus du bouton de démarrage. Elle se dévoile en pivotant quand on met le contact. Effet garanti auprès de vos passagers ! A l’arrière, les occupants trouveront une vaste place sur toutes les cotes.

Si vous aimez le cuir, vous adorerez cette DS9.

Quelques détails agaçants

Ils ont droit à leurs réglages personnalisés, avec des programmes de massages notamment. En termes d’équipements, la DS9 ne partagera pas les mêmes que la fraiche DS4 que nous découvrirons dans quelques mois. Elle récupère ceux de la DS7 Crossback. Deux écrans couleurs à bord, dont un en guise de compteurs. Il ne manque rien, avec cette vraie tablette tactile connectée. Il reste quelques boutons raccourcis physiques bienvenus. On regrette cependant des détails ergonomiques agaçants, comme les commandes de vitres au milieu, et non sur la contre-porte côté conducteur.

Cette DS9 se doit d’être au top du confort. Pour cela elle optimise son amortissement piloté, avec une caméra qui scanne la route. L’intervention de ce système qui ne marche pas la nuit, est transparente. Difficile de noter une différence notable avec ou sans. Néanmoins, on n’imagine pas la voiture soudainement désagréable en suspensions lors d’un voyage nocturne. Même si elle partage sa plateforme avec la 508, DS a maximisé la douceur à bord. Elle survole gentiment le bitume pour une vie la plus paisible possible.

Clémence se trouvait bien installée à l’arrière.

Le confort d’abord

On peut tenter de faire vomir ses occupants en augmentant le rythme, ce qui n’a guère d’intérêt au premier abord. Comme nous sommes taquins, nous avons bousculé notre passagère sagement assise à l’arrière. La voiture se repose alors généreusement sur ses appuis, mais garde son cap en toute sécurité. Elle n’a pas un comportement qui surprendra son chauffeur quand il pressera le pas. Le roulis moins rigoureusement tenu que sur une dynamique 508, pousse simplement à préférer une conduite plus en accord avec la philosophie de cette DS9.

La chaine de propulsion hybride est identique à la berline au Lion en 225 chevaux, prenant le nom ici de « E-Tense ». Ainsi la berline aux dimensions proches d’une Audi A6 peut parcourir aisément entre 35 et 40 kilomètres sur un parcours périurbain, à la seule force de l’électrique. La consommation navigue ensuite, suivant le niveau de charge de la batterie de 11,9 kWh, entre 5 et 8 litres au plus haut sur autoroute. Les temps de recharges sont habituels pour une PHEV, avec un temps de 1h45 sur une borne adéquate, grace au chargeur embarqué de 7,4 kWh.

On vous a dit qu’il y avait beaucoup de chromes sur la DS9?

Fabriquée en Chine

La DS9 ne manque pas de qualités. Est-ce suffisant pour faire hésiter un client d’Allemande ? DS n’a sans doute pas l’ambition de les faire vaciller sur leur podium. Cependant, celui qui voudra se différencier, pourra y voir une alternative. Il lui manque tout de même des Diesel. Sans oublier un hic, son lieu de fabrication qui pourrait en refroidir certains. Elle est assemblée en Chine. Ses tarifs débutent à 48 900 €. Comptez près de 80 000 € pour notre modèle d’essai équipé de toutes les options.

+ON AIME
  •  Les détails de style
  • Confort
  • Motorisation hybride
ON AIME MOINS
  •  Plastiques en partie basse de l’habitacle
  • Pas de Diesel
  • Ergonomie de certains commandes

 

DS9
Prix (à partir de)48 900 €
Prix du modèle essayé79 900 €
Bonus / Malus0 €
Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne – Injection directe turbo essence + électrique
Cylindrée (cm3)1 598
Puissance (ch/kW)225 / 165
Couple (Nm) 300
Transmission
Roues motricesav
Boîte de vitesses auto 8 rapports
Châssis
Freinsà disques
Jantes et pneus 235/45 R19
Performances
Vitesse maximale (km/h) 240
0 à 100 km/h (s)8,3
Consommation
Cycle mixte (l/100 km) 1,5
CO2 (g/km) 33
Dimensions
Longueur (mm)4,93
Largeur (mm) 1,93
Hauteur (mm) 1,46
Empattement (mm) 2,90
Volume de coffre (l) 510
Poids (kg)1 839

 

Poster un Commentaire

96 Commentaires sur "Essai DS9 E-Tense 225 ch"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Mathieu
Invité

Sans parler du lieu de fabrication déjà rabâché, pour moi le gros problème de cette voiture est qu’elle arrive avec 3 ans de retard sur le marché. Une DS4 en extérieur, intérieur et via son nouveau système multimédia lui met des années dans la vue…

georges
Invité

Effectivement elle aurait du sortir plus tôt.

SGL
Invité

Une petite grippe et une petite réorganisation sont passées par là.
Pas graves, les ventes manquées auraient été symboliques….

darkargos
Invité
+1 Mathieu. Too little too late, ça a toujours été le mantra de DS. Il suffit de comparer avec le plan produit de Genesis pour comprendre ce qu’il faudrait faire pour installer une marque premium ex nihilo. Sortie fin 2018 et Made In Europe, cette DS9 aurait pu vraiment installer la marque dans le premium avant de redescendre avec les DS4 et DS3 Crossback (avec un autre design extérieur et intérieur pour cette dernière). Au lieu de cela elle sera livrée en septembre 2021 et fait déjà dépassée sur de trop nombreux aspects. Un gaspillage de moyens financiers et humains… Lire la suite >>
C3po
Invité
Si Ds avait fait ça, tu ne serai pas venu dire « ils se prennent pour qui à sortir une grosse voiture alors qu’ils vendaient que des ds3? » Je pense que DS cherche juste à occuper le marché et les esprits, elle ne fera jamais de grosses ventes, c’est juste un véhicule image pour commencer à s’installer dans l’esprit des clients comme une marque « capable de » https://www.carjager.com/blog/article/audi-v8-quand-lechec-conduit-au-succes.html Je pense que DS s’inspire du parcours d’audi: des produits dérivés de la grande série qui deviennent de plus en plus différents et montent en gamme Vu le taux de marge du groupe je… Lire la suite >>
Kubota
Invité

ça se dit comment no comment en mandarin ???

wizz
Membre

no comment en mandarin, ça se dit « takapafairetonkommentair »

Kaizer Sauzée
Invité

Perso j’adore les commandes de vitres électriques sur la console centrale 😁 Je trouve que c’est leur place naturelle.
Pourquoi vous ne regardez les plastiques noirs que sur les françaises ? Il y a les mêmes sur vos allemandes adorées mais bizarrement vous n’en parlez jamais.
Quant au lieu de fabrication, face à une Audi ou une VW made in tchéquie ou Hongrie, voir pire, ben elle n’a pas à rougir.
DS propose un réel univers qui change des produits d’outre-rhin et ça fait du bien. J’attends avec impatience la DS4 😉

AXSPORT
Invité

C’est comme la Saxo……….
MDR

greg
Invité

Ben tiens, quelle surprise, notre germanophobe calimeriste et complotiste en chef trouve cela supaire et se plaint comme d’ habitude d’ un traitement differencie.

Kaizer Sauzée
Invité

Je conduis des voitures différentes tous les jours, notamment des allemandes, et oui les plastiques noirs ne sont pas moins bien sur les françaises, ne t’en déplaise.
Il n’y a même plus ni roue de secours, ni kit anti-crevaison, comme vu récemment dans une A5 et une Arteon. Dépanneuse obligatoire. Pour des caisses à + de 50 000 boules, c’est un comble.
Je sais que cette DS9 ne fera pas grand mal aux allemandes, mais c’est une première pierre. Rome ne s’est pas fait en 1 jour…
Les choses sérieuses vont commencer avec la DS4 qui est très prometteuse.

sweeck
Invité
Pour les boutons sur la console j’aurais plutôt tendance à les apprécier sur ma DS5 : ce n’est pas illogique comme emplacement, c’est accessible au passager comme au conducteur et ça évite d’avoir à les dupliquer sur chaque porte. Mais pour le lieu de fabrication c’est à mon avis un gros problème. Sur les segment D ou E les constructeurs français ne sont ni attendus ni compétitifs. Dès lors je pense qu’ils sont un peu obligés de jouer sur la fibre cocardière des clients potentiels ou francophile pour les quelques clients qu’ils peuvent conquérir hors de France. Personnellement il est… Lire la suite >>
Koko
Invité

« Est-ce suffisant pour faire hésiter un client d’Allemande ? »
Certes Bentley est un peu allemand depuis quelques années, mais j’aurai quand même utilisé le terme britannique.

wizz
Membre

on attend les futures chiffres de comparaison des ventes….

Jdg
Invité

Elle a sûrement bien de qualités mais avec la concurrence actuelle et le manque d’engouement pour ce type de segment, je pense qu’il aurait fallu se démarquer plus côté design

wpDiscuz