Accueil Aston Martin Aston Martin : entrée en Bourse en octobre, une femme au volant

Aston Martin : entrée en Bourse en octobre, une femme au volant

447
0
PARTAGER

Aston Martin donne désormais des précisions sur son introduction en Bourse. Cette dernière, annoncée fin août, est désormais planifiée pour le mois d’octobre prochain.

Le constructeur a parallèlement dévoilé le nom du prochain  président de son conseil d’administration. Il s’agira d’une présidente.

Il y a quelques semaines, Aston Martin avait levé le voile sur les premières grandes lignes de son introduction en Bourse. Le constructeur britannique avait alors indiqué qu’il envisageait de mettre sur le marché 1 milliard de livres (1,1 milliard d’euros) d’actions. Selon la presse britannique, l’opération pourrait valoriser l’entreprise entre quatre et cinq milliards de livres, (entre 4,5 et 5,6 milliards d’euros).

Objectif du constructeur : lever des capitaux pour financer son futur programme de développement, lequel s’avère quelque peu chargé.

Entrée en Bourse en octobre

Désormais, on est sait plus. Même si les conditions financières ne seront précisées qu’aux alentours du 20 septembre. L’introduction en Bourse devrait être ainsi se voir concrétisée dès le mois d’octobre, sur la place de Londres. L’introduction à la bourse de New York a ainsi été abandonnée.

Les principaux propriétaires du constructeur devraient apporter leurs titres dans le cadre de cette opération. Il s’agit du fonds Investindustrial (Italie), des investisseurs d’Adeem Investments (Koweit) et la société d’investissement Primewagon. Au final, au moins 25 % du capital d’Aston Martin devrait être cotée à la Bourse de Londres.

Maintien de Daimler au capital

Néanmoins, Daimler, détenteur de 4,9 % du capital d’Aston Martin, conservera toutes ses parts. Il s’est même engagé à ne pas les céder durant au minimum un an après l’entrée du constructeur britannique sur le marché londonien.

Le cours de l’action Aston Martin intégré aux plus grands indices

Le cours de l’action devrait figurer au sein des principaux indices boursiers, parmi lesquels le FTSE 250. Son intégration au sein de l’indice vedette FTSE 100 est également envisagée.

S’exprimant dans le cadre du même communiqué, le groupe a également annoncé la composition de son prochain conseil d’administration. Répondant ainsi aux obligations réglementaires des sociétés cotées.

Nominations au Conseil d’Administation

Le conseil sera présidée par Penny Hughes. Cette ancienne haute responsable de Coca-Cola a été membre de divers conseils d’administration de grandes entreprises, notamment au sein de la banque RBS dont elle a présidé le comité de rémunération de 2010 à juin dernier.

L’actuel directeur général d’Aston Martin, Andy Palmer, intégrera également ce nouveau conseil d’administration, au sein duquel seront représentés également Investindustrial, Adeem Investments et Primewagon.

Ancien bras droit de Carlos Ghosn chez Nissan, Andy Palmer assure la direction exécutive d’Aston Martin depuis 2014.

Financement du développement

En 2017, Aston Martin a vendu un total de 5 117 véhicules, représentant une hausse de 58 % par rapport à 2016. L’introduction en bourse devrait permettre au constructeur de financer son futur développement. En effet, à terme, Aston Martin veut vendre plus de 7 000 voitures par an et cherche un partenaire pour l’aider dans cet essor.

Le partenariat avec Daimler apparaît en effet insuffisant  pour le PDG d’Aston Martin.  Le constructeur britannique cherche également un partenaire en Chine pour l’aider à percer sur le plus grand marché mondial de voitures électriques.

Aston Martin a en effet lancé un plan de développement offensif avec notamment le lancement récent de la DB11, d’une nouvelle génération de Vantage et de la DBS. Un SUV devrait suivre. Le constructeur devrait également développer des technologies hybrides et électriques dans les prochaines années.

« Nous construisons une entreprise qui peut survivre avec une production comprise en 7 000 et 14 000 voitures de luxe, mais cette entreprise ne peut survivre qu’avec des partenariats. Cette entreprise ne peut être profitable avec 7 000 à 14 000 voitures seulement si un grand frère peut l’aider », avait déclaré Andy Palmer en février dernier.

Sources : Aston Martin, Reuters, Automotive News

Crédit Illustration : Aston Martin

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz