Accueil Motorisation Le diesel bien parti pour ne pas rester !

Le diesel bien parti pour ne pas rester !

48314
113
PARTAGER

Berezina pour les motorisations diesel en France ! Leur part est désormais passée en deçà du seuil des 40 % depuis deux mois. Un nouveau cap a donc été franchi, auquel les constructeurs se doivent – voire même sont contraints – de s’adapter.

Selon les données compilées par AAA Data pour le CCFA (Comité des constructeurs français d’automobiles), depuis mars 2018, la part des moteurs diesel dans les ventes de voitures particulières neuves est ainsi tombée sous la barre des 40 % : 39,83 % en mars et 39,97 % en avril. Pour aboutir à une moyenne de 40 % sur les quatre premiers mois de 2018.

La chute est devenu une véritable dégringolade depuis le début de l’année, la tendance accélérant son rythme. A titre de comparaison, rappelons que le taux se maintenait encore autour de 45 % en décembre 2017, affichant une valeur de 47,3 % sur l’ensemble de l’année 2017. Certes bien en dessous des 73 % enregistrés en 2012.

A l’heure actuelle, faute d’une offre alternative de véhicules électriques ou hybrides digne de ce nom, la motorisation essence demeure la grande gagnante d’un tel phénomène. Obtenant une part de 53,4 % des ventes au premier trimestre (47,3 % sur la même période de 2017).

La motorisation diesel victime du scandale du dieselgate

Parmi les facteurs principaux ayant conduit à un tel désamour figure en bonne place le dieselgate. Même si les analystes concèdent que le mouvement a « été enclenché il y a plusieurs années ». Le scandale aura précipité les choses.

En dehors de l’impact négatif sur l’image de marque de la motorisation diesel, sérieusement écornée par la falsification des données des émissions diesel des constructeurs, les décisions de certaines municipalités d’interdire de circulation ce type de véhicules n’arrangent rien à l’affaire.

Les annonces faites par certains constructeurs et non des moindres de supprimer de leur offre la motorisation diesel constitue un autre mauvais point freinant les intentions d’achats. Après Toyota en mars, Nissan a également décidé de ne plus proposer  de motorisations diesel en Europe sans toutefois donner de plus amples précisions sur un éventuel calendrier.

Au final, le facteur financier demeure présent dans toutes les têtes : les particuliers redoutant désormais que la valeur future de revente de leurs véhicules diesels ne prenne un sérieux coup dans l’aile dans un contexte peu propice pour eux….

Après les particuliers, les flottes d’entreprises impactées à leur tout

AAA Data observe en effet que les particuliers ont été les premiers à se détourner de ce type carburant. Ils n’ont été ainsi que 25 % à l’adopter en avril dernier.

Faisant longtemps fi de la tendance, les flottes d’entreprise s’y mettent à leur tout. D’après l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise, le diesel a représenté 81 % des ventes B to B durant les trois premiers mois de l’année 2018. Soit 5 points de moins que durant le premier trimestre 2017.

La fiscalité : autre épine dans le pneu du diesel

Le rééquilibrage de la fiscalité entre le gazole et l’essence ne fait rien pour arranger la situation. Voire même l’accélère. Le réveil du 1er janvier ayant été quelque peu « brutal » pour certains …

Est-il besoin de rappeler que l’année 2018 a débuté avec une hausse des taxes sur le gazole de 7,6 centimes, contre seulement 3,9 centimes pour l’essence ? Désormais, la différence entre les deux types de carburants n’est plus que de 8 à 10 centimes, contre 25 centimes il y a deux ans.

Un constat mathématique qui rend les véhicules diesel plus difficiles à rentabiliser. Le fait que les malus qui leur sont appliqués en terme d’émissions CO2 soient moindres compte-tenu de leur performance dans le domaine ne permet tout de même pas d’équilibrer la donne en leur faveur. Même si la grille s’est sensiblement alourdie en début d’année.

La France suit la même tendance que l’Europe

Maigre consolation ou tendance inquiétante pour les constructeurs dont les débouchés court terme se voient ainsi restreints, compte-tenu de la pénurie d’offres alternatives : selon l’ACEA (Association des constructeurs européens), la part du diesel est tombée à 37,9 % en moyenne au premier trimestre, contre 44,8 % sur l’ensemble de 2017.

Certains experts – optimistes, est-il besoin de le préciser ? – estiment néanmoins que grâce aux avantages du diesel en terme de moindres émissions de CO2, ce type de motorisation devrait conserver une part de 30 %.

Sources : Les Echos, AAA Data, CCFA, ACEA, Observatoire du Véhicule d’Entreprise

Crédit Illustration : PSA

Poster un Commentaire

113 Commentaires sur "Le diesel bien parti pour ne pas rester !"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
versdemain
Invité

Curieux, je pensais naïvement que les ventes aux entreprises représentaient 50% des ventes globales de voitures ?

A partir de là; les particuliers représentent 25% sur Avril, et la moyenne globale étant de 40%.
Ne devrait on penser que la partie des achats par les entreprises devrait être de 55% (pour faire la moyenne de 40% globale).
Hors il est dit que c’est 81% par les entreprises, soit 26% de trop ?

amiral_sub
Invité

la bulle aberrante du diesel aura duré un peu plus de 20 ans.
http://www.fiches-auto.fr/articles-auto/l-auto-en-chiffres/s-891-immatriculations-essence-diesel.php
Avec une fiscalité neutre qui n’aurait pas avantagé ce carburant, ces motorisations seraient restées rares. Le mal provient de la politique.

Thibaut Emme
Admin

Mouais…il y a bien des pays où diesel et essence sont au même prix (voire diesel plus cher) et où le carburant gras représente 40% des ventes (voire plus).

labradaauto
Invité
absolument amiral_sub ! on se souvient au siècle dernier les puristes de la belle auto la bonne auto qui soulignaient carrément le côté péjoratif aux diesels. Et puis l’évolution du parc, la généralisation jusque dans les citadines, l’évolution des moteurs diesel, grâce aux progrès sur les camions aussi , tout ç a fait que le diesel est rentré dans les mentalité. On rajoute les trafics plus importants jouxtés aux limitations des allures qui donnent des atouts au « rouler en bas de tours » avec plus de couple pour repartir à bas régime, le diesel est même passé devant le moteur essence.… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
Mdr toujours cette idée préconçue (par les Guignols de l’Info) que Peugeot c’est forcément le diesel…et c’est même entretenu par nos politiques. Mais, pour rappel, aux mémoires défaillantes, les diesel « modernes » ne sont pas venus de France… Les voitures françaises, berlines ou pas, avaient des diesel mous et asthmatiques, fait pour la route, et que cela. Pendant ce temps, la concurrence outre-rhin par exemple mettait des TDI et consorts et prenaient des parts de marché. Ce n’est que bien après (temps de réponse industriel) que les constructeurs français s’y sont mis. Tout en conservant des moteurs essence là où cela… Lire la suite >>
ART
Invité

Pas que Thibaut !! Il faut aussi se rappeler des boniments de Calvet dans les années 80 et son plébiscite sur le diesel ! Ah les mémoires défaillantes !!!

Thibaut Emme
Admin

Mais oui mais oui…le fameux « vavavoum » guignolesque dont je parlais justement. Intoxication des mémoires comme celle sur Alesi ou d’autres.

Christophe
Invité

@ART
C’est aussi lui qui dans les années 1990 a investi 650 MF dans la filière électrique de PSA. Avec le succès que l’on connaît.
Tu devrais te pencher sur ce qu’il a déclaré lors d’une de ses visites de la chaîne d’assemblage des AX, SAXO et 106 électriques d’Heuliez à Cerizay.

labradaauto
Invité
Peugeot , ère Chirac a profité d’un bon essor avec un sacré numéro ! en toute logique. Le diesel a perduré grâce à sa faible consommation qui plus est une moindre taxation. Ce fût à certains moments presqu’ en Francs, du simple au double entre diesel/essence pour le coût. En ce temps là, avec une 505 gtd, je faisais 120km/h de moyenne départementales, nationales, et ensuite idem avec cx 2500 diesel sans turbo BOITE 4, et là c’était 10l/100 pompe lucas à fond tout le temps ; 145 km/h en pointe pour cette boite 4. Les moyennes ne tombaient pas.… Lire la suite >>
Thomas
Invité

Heureusement que ce ne sont pas les moteurs d’aspirateurs qui on pris la tête des ventes 😀

Titi
Invité

C’est beau de voir le gouvernement et le lobbying faire tant de pub pour l’essence. Il y a 30ans il ont fait l’inverse avec la pub du diesel… L’électrique est quant à lui toujours trop cher très peu publicité.
Au final l’essence pollue autant que de diesel et personne n’en parle ! L’essence c’est le CO2, le diesel les NOx : ça dépend comment on veut mourir… N’oublions pas que l’électrique est un véritable désastre écologique dans la production des batteries lithium (pollution des nappes phréatiques: suffit de regarder l’usine Tesla aux États-Unis qui a une entité de production de batterie…)

Dominique VALERI
Invité

Tout cela est un vrai lavage de cerveau.
C’est également plein de contrevérités.
Les filtres à particules ont fait de gros progrès. Quant à la consommation l’essence fait exploser le budget pour un plaisir moindre puisque le couplé moteur est plus bas que le diesel.
Tout cela c’est une histoire de marché mercantil.
Dominic

AXSPORT
Invité

Plaisir moindre en essence ???
Génération foutue………….

Jpbor
Invité

Un litre de gasoil contient en moyenne 30/100 d’énergie de plus que celui de l’essence…. Quand à la pollution avec les filters à particules….
Sans compter sur le couple camionnesque qui per met d’enrouler sur les bas régimes…
Mais nos politiques ne se souviennent plus qu’il faut une poule mais pas spécialement de coq pour faire un oeuf…….

georges
Invité

Faux le diesel pollue plus que l’essence et dans le pire, les micro particules qui d’après les vrais spécialistes (médecine), les micro particules de diesel sont nettement plus nocives que celles des moteurs essences à injection direct !
Si il y a un lobbying c’est bien celui du mazout et certains acheteurs de diesel qui ne veulent pas avouer leur erreurs.

miké
Invité

@christophe, tu peux nous corriger georges stp ?

SGL
Invité

Le bilan du diesel, même moderne, est plus que moyen en ville !

SGL
Invité

Le diesel ancien pollue énormément en ville à froid et sur les petites distances… le diesel récent pollue, certes beaucoup moins mais il dégrade rapidement la périphérie de ses équipements antipollution au point de rendre caduque toute notion d’économie à terme.

Jpbor
Invité

Ce n’est pas l’avis des ingénieurs de chez tota.
Les filtres à particules brûlent ces dernières.

jm2127
Invité

en les brulant ,je ne suis pas sur que ces particules disparaissent ,mais au contraire je crois qu’elles se divisent en particules encore plus fines .Rien ne se crée ou disparait ,tout se transforme

Gerald Bailleul
Invité
De toute façon c est une magouille du gouvernement pour pomper le maximum de fric la preuve beaucoup y croient en achetant de l essence et il paye plus cher à la pompe et en consommation on faisant croire que l essence pollue moins on avale mieux les taxes et sa relance les ventes a Peugeot mais il faut dire aussi que l on a du stock essence et qu’ il faut bien le vendre la preuve exon mobil exportai 90%de son essence fabriquée en France pour les états unis mais on y reviendra au diesel dans un certain temps
SGL
Invité

Peugeot n’est plus dépendant du diesel…VW en vend encore bien plus !

SGL
Invité

Il faut favoriser chaque type de carburants suivant le type d’utilisation !
Essence et électrique en zone urbaine et courte et moyenne distance, diesel et PAC pour les longues distances et véhicule lourd.

Hugy
Invité

Sauf que l’essence rejette beaucoup plus de CO2 et contribue au réchauffement climatique!!! Donc bravo aux acheteurs de version essence…. Sinon il reste l’electrique si on a 100000 euros pour se payer une Tesla pour rouler ou 20000 euros pour une Zoé pour aller à la boulangerie!!!

Gérard Pelhâte
Invité

Tout à fait d’accord… c’est comme la clope les arguments pour tiennent du lobbying ou de la mauvaise foi.

ArnaudL
Invité

@georges
Merci d’apporter la preuve de vos affirmations.
Il y a un débat de haut niveau sur ce sujet ici : http://www.avem.fr/actualite-innovation-day-le-groupe-psa-precise-sa-strategie-dans-l-electrique-6062.html

Enstein
Invité

Le diesel est plus poluant mais l’essence est plus nocive.

Christophe
Invité
@georges Le premier critère pour la nocivité des particules est leur taille. Quand j’évalue la taille en fonction de la masse et du nombre de particules, j’arrive au résultat que celles qui sortent du pot d’un essence sont plus petites que celle qui sortent du pot d’un diesel. Donc à priori plus nocive de par leur taille. Pour la nocivité de par leur composition, la problématique c’est que ceux qui affirment que celles des diesel sont plus nocives affirment aussi qu’il n’y a pas de particules au pot d’un essence et donc qu’ils ne les ont pas analysé vu qu’il… Lire la suite >>
Christophe
Invité

@georges
Un petit comparatif
https://www.adac.de/infotestrat/tests/eco-test/detail.aspx?IDMess=3905&info=Peugeot+208+BlueHDi+100+STOP%26START+Allure
HC: 2 mg/km
CO: 27 mg/km
NOx: 432 mg/km
Partikelmasse: 0,9 mg/km
Partikelanzahl: 0,0052 10¹¹/km

Christophe
Invité
@georges Suite https://www.adac.de/infotestrat/tests/eco-test/detail.aspx?IDMess=4098&info=Toyota+Yaris+1.5+Hybrid+Comfort HC: 5 mg/km (2,5 × plus) CO: 70 mg/km (2,6 × plus) NOx: 3 mg/km (144 × moins) Partikelmasse: 0,3 mg/km (3 × moins) Partikelanzahl: 0,92506 10¹¹/km (177 × plus). Si j’ai 117 fois plus de particules pesant 3 fois moins, sont-elles plus grosses ou plus petites que celles de la base de comparaison ? Elles sont plus petites donc plus dangereuses parce que pouvant pénétrer plus profondément. Et encore je suis gentil, j’ai pris la dernière version, la précédente c’était : HC: 5 mg/km CO: 76 mg/km NOx : 2 mg/km Partikelmasse: 0,3 mg/km Partikelanzahl: 1,45907… Lire la suite >>
Christophe
Invité
@georges Mais ce n’est pas la seule chose : http://www.airparif.fr/calculateur-emissions/ Pour 100 km pour avoir des valeurs significatives (classement en fonction des particules) : « – 2 roues CRIT’AIR 1 (EURO 4) : 1,9 g de particules PM10 et 6,2 g d’oxydes d’azote – VT essence hy CRIT’AIR 2 : 2,67 g de particules PM10 et 4,9 g d’oxydes d’azote – VE : 2,69 g de PM10 – VT essence hy CRIT’AIR 1 : 2,69 g de particules PM10 et 2,7 g d’oxydes d’azote – VT essence CRIT’AIR 2 : 2,7 g de particules PM10 et 7,5 g d’oxydes d’azote –… Lire la suite >>
Olcls
Invité
@ Christophe Je partage tout à fait votre point de vue concernant la réduction de l’usage de la voiture (mais pas seulement : chaudières, usines, etc) en ville, c’est la meilleure façon d’améliorer la qualité de l’air. Concernant les particules, il est vrai que les particules fines sont bien plus dangereuses ( car elles peuvent pénétrer plus loin dans l’organisme). Cela dit, cet article paru dans Le Monde suggère qu’elles n’ont pas toutes la même nocivité : http://abonnes.lemonde.fr/pollution/article/2018/02/14/les-particules-ultrafines-la-pollution-cachee-des-vehicules-diesel_5256457_1652666.html L’article étant réservé aux abonnés, je vais citer la partie qui nous intéresse : « Les particules émises par les moteurs essence… Lire la suite >>
Christophe
Invité
@Olcls Cette affirmation concernant les HAP vient de cette étude : http://www.researchgate.net/publication/248344131_Determination_of_highly_carcinogenic_dibenzopyrene_isomers_in_particulate_emissions_from_two_diesel-_and_two_gasoline-fuelled_light-duty_vehicles qui à ma connaissance est la seule sur le sujet. Etude de 2009 1ère phrase du résumé : »Emission factors of particulate-bound Polycyclic Aromatic Hydrocarbons (PAHs) including benzo(a)pyrene and, for the first time, the highly carcinogenic dibenzo(a,l)pyrene » -> « Facteurs d’émission des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) liés aux particules, y compris le benzo (a) pyrène et, pour la première fois, le dibenzo (a, l) pyrène hautement cancérigène » Dernière partie du résumé « The lower emissions and the lower sum added potential carcinogenicity of the measured PAHs found in this study for… Lire la suite >>
Leroy
Invité

Tout à fait d’accord avec vous …une honte ..👹

Rackham
Invité
Bien dit titi c’est tout à fait cela. De la belle manipulation des masses pour avec l’augmentation du carburant un bon moyen pour l’état de prélever plus de taxes ! Au lieu de mettre en opposition le diesel contre l’essence et contre l’électrique, les médias tout comme cet article ainsi que l’état devrait avant tout aider la population, pro comme particulier à choisir entre ces 3 technologies celle qui est la plus adaptée à leur besoin kilométrique ce qui permettra un meilleur équilibre des part de marché et peut être aussi une meilleure gestion des polluants. A noter que pour… Lire la suite >>
Freddux
Invité
à l’heure où les patrons de VW Group, BMW, Mazda et qq autres , ceci sans compter Bosch, annoncent une nouvelle génération de moteurs diesel plus performants, avec des niveaux d’émissions et de consommations bien inférieurs à ce que nous connaissons , avec des niveaux d’émissions de particules fines réduits de 80 à 90% . Ceci sans compter la remontée du niveau de CO2 dans l’atmosphère depuis un peu plus de 2 ans (merci les SUV essence !) , et sans jouer le pro diesel, il y a de très nombreuses raisons de ne pas croire en sa mort rapide… Lire la suite >>
georges
Invité

C’est pas plutôt une diminution de l’azote …, et avec à la clef un surconsommation.
Et puis tout le monde s’est bien que la dépollution d’un moteur diesel n’est pas toujours actif comme le cas de ceux que utilisent leur voiture en ville sur de petits parcourts

ArnaudL
Invité

@georges
La dépollution d’un moteur essence est toujours active ?
Pour les particules des non id bien fines et en nombre non puisqu’il n’y a tout simplement pas.

SGL
Invité

Cela serait effectivement couillon d’abandonner brutalement le diesel alors qu’il est moins polluant de 80 % par rapport aux vieux diesels de plus de 15 ans, surtout pour les véhicules lourds qui ne transit pas ou peu dans les zones urbaines et qui sont utiliser plus de 25.000 km/an.

Gérard Pelhâte
Invité

Faux les diesels modernes crachent beaucoup plus de Nox que les anciens (fap, injection directe,egr encrassé rapidement…

Amiral_sub
Invité

Vannes été bloquées, fap bouchés, maintenant réservoirs d’adblue vides. Qui peut affirmer que les vieux diesels passent les normes ?

wpDiscuz