Accueil Coupés Est-ce la fin des coupés ?

Est-ce la fin des coupés ?

280
28
PARTAGER

Discrètement, les coupés disparaissent des catalogues. Surtout chez les généralistes. Est-ce la fin d’une carrosserie ?

Un peu d’historique

La grande époque des coupés, c’était les années 50-60. A l’époque, les généralistes n’avaient encore qu’un ou deux modèles dans leurs gammes. Ajouter un coupé, c’était un moyen de toucher une nouvelle clientèle, en réutilisant un maximum d’éléments d’un modèle existant (cf. Volkswagen et la Karmann-Ghia.)

On pouvait distinguer alors deux types de coupés. D’un côté, le coupé « sportif », même si souvent, il n’en avait que l’aspect, qui visait une clientèle jeune : les minets des beaux quartiers. De l’autre, le gros coupé, plus statutaire, qui mettait l’accent sur le confort et les équipements. Ce dernier s’adressait davantage à une clientèle mure. Aux Etats-Unis, c’est une voiture de cadres supérieurs : pas besoin de coffre et de places arrières, c’est bobonne qui s’occupe des courses et des enfants !

Peugeot 504

La crise du pétrole fut un coup dur. Aux Etats-Unis, on bricola à la hâte des coupés 4 cylindres, avec catalyseurs, qui s’avérèrent être des bateaux asthmatiques. Pour l’aspect statutaire, mieux valait une grande berline « importée ». Quant à la clientèle jeune, elle se mit à préférer les GTI, qui ont un ramage à la hauteur du plumage…

On pensa donc que les coupés appartenaient au passé. Les constructeurs européens ne les remplaçaient pas lorsqu’ils arrivaient en fin de carrière. Mais les Japonais, eux, se sont accrochés. Ils proposèrent des véhicules plus polyvalents et plus aboutis, qui trouvèrent une clientèle. Surtout, cela a dynamisé l’image de ces marques. Les Européens ne pouvaient rester les bras croisés. L’Opel Calibra (1989) sonna le début de la reconquête. Bientôt, presque tous les généralistes eurent à nouveau un coupé au catalogue. Certains, comme Ford et Opel, en avaient deux.

Fiat coupé

Déclin

Forcément à la longue, le marché devint saturé. Certains se retrouvèrent avec des coupés ayant coûté cher en conception et qui ne se vendaient pas. Et lorsque le constructeur buvait la tasse, ils étaient les premiers à passer par-dessus bord. C’est le cas au Japon dans les années 90, puis en Italie et aux Etats-Unis dans les années 2000… Même si les Américains les réintroduisent avant la fin de leur convalescence.

Et le diesel devint clivant. Les puristes ne voulaient pas d’un coupé diesel. Mais le grand public se mit à n’acheter que du diesel. Fallait-il ne proposer qu’un diesel et s’attirer les foudres des puristes ? Ne proposer qu’un moteur essence et se couper d’un public plus large ? Proposer plusieurs motorisations ce qui coûte cher et rend la rentabilité encore plus illusoire ? En bref, il n’y avait que des mauvaises solutions…

Alfa Brera

Rationalité irrationnelle

Le point commun des coupés des années 90, c’est qu’ils étaient souvent conçus ou produits en Italie. Or, vers 2005, on passe sans transition d’un paradigme de l’externalisation totale à celui de l’internalisation totale. Les bureaux de design interne montent en puissance. Au passage, pour faire baisser les coûts, on veut maximiser les carry-over des berlines, y compris pour les pièces visibles.

Concrètement, on passe de ça…

MÈ6î`

A ça. L’acheteur n’est pas un gogo ; il n’est pas d’accord pour surpayer une berline 2 portes.

Peugeot 407

Pourquoi faire ?

On l’a dit, certains produisent un coupé juste parce que le voisin en produit un et qu’il se vend bien. Quel est son véritable apport par rapport à une berline avec laquelle il partage mécanique, trains roulants et nombre d’éléments ? En prime, il se retrouve noyé dans une gamme toujours plus riche qui va jusqu’à une trentaine de modèles chez certains constructeurs. Seuls quelques gros concessionnaires ont toute la gamme en stock. Les autres se contentent des best-sellers, allant jusqu’à rechigner à commander les modèles plus exclusifs comme les coupés.

Faute de positionnement clair, de mise en valeur et de véritable développement, certains modèles se retrouvent condamnés.

Toyota GT86

Usual suspects

Lorsque l’on parle de segment qui souffre, on retrouve souvent les mêmes causes. Le grand public ne veut plus de « voitures plaisir ». A quoi bon avoir une voiture qui atteint 250km/h dans un monde où les portions d’autoroutes limitées à 130km/h sont rares ? En prime, le bonus/malus a tué les grosses cylindrées.

De plus, de nombreux cadres ont négocié une voiture de fonction en compensation d’un gel des salaires. Or, les flottes sont ultra-rationnelles. Elles discutent PRK, ROI, taux d’amortissement, etc. avec les constructeurs. Le tout en jouant sur les économies d’échelle. Pas de place pour la fantaisie ; ce sera Qashqai gris pour tout le monde !

Nissan Qashqai

Le second problème, c’est la demande extra-européenne. Le coupé reste un produit très occidental. Dans les pays émergents, l’automobile doit être familiale. Il faut transporter confortablement ses parents, qui doivent être assis à l’arrière, surtout en Asie.)Les coupés sont vu comme des voitures d’égoïstes, ce qui n’est pas socialement acceptable. Donc, entre des SUV à peu près universels et des coupés qui ne se vendront qu’en occident, les choix stratégiques sont vite faits pour les constructeurs.

AutoChina Shanghai 2015 Volkswagen Pressekonferenz 20 April 2015

Chez les constructeurs, les GTI reviennent en force. Transformer une berline en voiture de sport, c’est toujours plus simple que de créer une voiture de sport ad hoc. D’où la multiplication des « R », « S » et autres « RS ». Y compris chez des constructeurs sans tradition de modèles sportifs, comme Hyundai.

Focus RS

Que reste-t-il aux coupés ?

Paul Bracq divise le transport en deux visions. Depuis la nuit des temps, l’Homme veut dominer la route, s’asseyant toujours plus haut (cf. les carrosses du XVIIIe siècle.) Les premières voitures poursuivent cette volonté. Puis, pour aller toujours plus vite, on veut se glisser au ras-du-sol, tel le skeletoneur. Or, depuis une quinzaine d’années, on voit que le désir de prendre de la hauteur, notamment pour se sentir en sécurité, revient en force. Toutes les voitures sont « crossoverisées ». Quid des coupés ? Le SUV coupé, à ne pas confondre avec une simple exécution 3 portes d’un véhicule disponible en 5 portes est une pierre philosophale. Les tentatives (Isuzu VehiCROSS, Suzuki X90…) ont été des flops. Les constructeurs se contentent de « coupés 4 portes » comme le BMW X6. Qui osera de nouveau sauter le pas ?

Suzuki Vitara x-90

Les coupés qui marchent, ce sont des coupés radicaux. Des quasi « track cars », qui servent avant tout de deuxième voiture. Le marché s’est fracturé. La semaine, impossible de rouler. Alors tant qu’à ne conduire le week-end, autant le faire au volant d’un bolide ! Jaguar l’a bien compris. La XK était une 2+2 et la gamme débutait avec un V8 250ch. Sa remplaçante de facto, la F-Type, est une 2 places et elle propose d’emblée un V6 compressé 340ch.

Dans le premium et chez les artisans spécialisés, on se frotte les mains. Mais cela signifie la fin des coupés chez les généralistes : cette clientèle de niche exige de l’exclusivité et elle maudit les roturiers. Terminés les « coupés popu »…

Jaguar F Type

Crédits photos : Opel (photo 1), Peugeot (photos 2, 5 et 6), Fiat (photos 3 et 4), Toyota (photo 7), Nissan (photo 8), Volkswagen (photo 9), Ford (photo 10), Suzuki (photo 11) et Jaguar (photo 12.)

Poster un Commentaire

28 Commentaires sur "Est-ce la fin des coupés ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Will
Invité

Mine de rien, je trouve que la F-Type est l’une des caisses les plus réussies de ces dernières années.

Fastbear
Invité

Il faut dire que les bagnoles des généralistes sont si pragmatiques que si c’est de la passion que l’on y cherche, on est forcément déçu. Alors un coupé pragmatique quel ennui !

JL
Invité

Pour succéder au sublime coupé 406, Peugeot sort l’immonde bouse coupé 407, qui fait un flop (bien évidemment).
Conclusion chez Peugeot: les gens n’aiment plus les coupés…

Prométhée
Invité

Derrière ils ont quand-même sorti la RCZ (non renouvelée certes)…

Pat
Invité

Pas de passion ?
Megane RS coupé (encore en vente), RCZ (encore en vente) et bientôt le retour d’Alpine !!!

Paul
Invité

Fin de la clio trois portes
Fin de la megane trois portes
Fin du coupé 407
Fin de la 308 trois portes

GREG
Invité

Sur les 3 modèles, deux ne seront pas renouvelés, quand à Alpine son retour doit tout à Tavarez.

Allegra
Invité

Non renouvelé parce que même si il a bien marché, le RCZ n’est pas la voiture rentable dont Peugeot a besoin en ce moment. Gardons espoir, quand ils seront tirés d’affaire il y reviendront peut être avec Peugeot ou DS.

GREG
Invité

Pas trop justement. Les ventes ont été correctes la première année, avant de s’effondrer totalement.

SGL
Invité

IIl me semble que la RCZ est non seulement rentable et qu’elle soit un succès non-négligeable dans l’absolu.
Mais cela dit, pour l’avenir, il est moins rentable de dépenser 1 milliard de R&D pour renouveler un coupé qu’un nouveau SUV ou autre berline traditionnelle, etc. Surtout en période de vaches maigres.

GREG
Invité

Mais qui ne s’est pas vendue non plus (hélas).

Vince
Invité

chacun ses gouts, personnellement, je trouve la 407 coupé très jolie aussi … ( pas autant, c’est clair, mais j’aime )

SGL
Invité

Quelle belle époque ou les Peugeot étaient presque toutes déclinées en coupé et cabriolet :'( .
Pour des raisons de coût et de rationalité, le coupé devient l’apanage des premiums, et encore. !
À l’inverse, les premiums font de plus en plus des monospaces ou compacte semi-break qui sont extrêmement éloignés de l’esprit exclusif du coupé.

Nicolas
Invité

vous ne parlez jamais des coupés 4 portes?
Dans le classique c’est que je trouve de plus réussi à l’heure actuelle, avec une nette préférence pour la BMW Série 4 Gran Coupé. Les A5 SportBack, A7, Mercedes CLA etc… sont à mon goût de très belles voiture, avec des lignes dynamiques et de belles proportions!
Je il y a une rumeur de Série 2 4 porte, je suis curieux de voir ce que ça peut donner!

SGL
Invité

Le coupé 4 portes n’existe pas, c’est de l’abus de langage commercial !

gigi4lm
Invité

Le coupé 4 portes est un coach

SGL
Invité

Désolé, même pas @gigi4lm. 😉
Définition du Larousse : coach, coaches ou coachs
nom masculin
(anglais coach, voiture)
Automobile fermée, à DEUX portes et à quatre glaces latérales, et dont les dossiers des deux sièges avant se rabattent pour permettre l’accès aux places arrière.

wpDiscuz