Accueil Conducteur du jour Le conducteur du jour : vice inhérent

Le conducteur du jour : vice inhérent

175
5
PARTAGER

Dans les parkings parisiens, on peut trouver des voitures incroyables. La preuve avec cette Volkwagen Karmann-Ghia (type 14.)

La genèse de la Karmann-Ghia n’est pas claire : deux versions s’affrontent. Pour les uns, Karmann (qui produisait la version 4 places de la Cox cabriolet) songeait à un coupé basé sur le scarabée. Pour convaincre Volkswagen, il aurait contacté Ghia, qui réalisa un prototype pour le salon de Paris 1953. D’autres disent que Volkswagen songeait lui-même à une version plus luxueuse de la Coccinelle. Il aurait demandé une proposition à Karmann, qui se serait tourné vers Ghia. Virgil Exner se plaignit que la Karmann-Ghia ressemblait beaucoup à la Chrysler d’Elegance (qu’il avait dessiné pour Ghia.) Mais les premiers croquis du coupé italo-allemand seraient antérieurs aux concept-car italo-américain.
Quoi qu’il en soit, la production débuta en août 1955. La première Karmann-Ghia reprenait la poussif 1200 de la Cox contemporaine. En plus, elle pesait 80kg de plus et à cause de son assemblage quasi-artisanal, elle était beaucoup plus chère. Néanmoins, à la surprise générale (y compris de VW), ce fut un carton outre-atlantique. Un cabriolet arriva en 1957. Puis la voiture suivit les évolution-moteur de la Cox. En 1961, Volkswagen et Karmann proposèrent un autre coupé, basé sur la berline 1500 (dite Type 3.) Trop anguleuse, la Karmann-Ghia « type 34 » s’éteignit en 1969. Officiellement, c’était pour laisser place à la VW-Porsche 914. En fait, elle n’a jamais convaincu. Volkswagen assemblait la « type 14 » et la « type 34 » au Brésil. Karmann proposa un coupé spécifique pour ce marché, la TC. Pour info, il était signé par un tout jeune designer de Ghia, un certain Giorgetto Giugiaro…
Revenons à la « type 14 », la plus connue des Karmann-Ghia. Elle survécut à la « type 34 » (qui devait la remplacer.) De par ses gros feux arrières, celle du jour est née entre 1970  et 1972 (adoption de gros pare-chocs.) Elle recevait le 1600 55ch des Cox 1302S et 1303S. Certes, elle avait davantage de souffle que ses devancières. Mais les 140km/h en pointe et le 0-100km/h en plus de 20 secondes (non, ce n’est pas le chono du 1000m D.A.) étaient indignes de son look sportif. Oui, mais elle savait faire la belle. C’est bien connu, la passion a ses raisons que la raison ignore…

La Karmann-Ghia est sans doute la plus désirable des Volkswagen des années 50-60-70. Avec 445 238 unités produites (dont la moitié vendues aux USA), la Karmann-Ghia « type 14 » n’est pas rare. Comptez environ 10 000€ pour un exemplaire (coupés et cabriolets étant au même prix.) VW KarmannGhia 01 VW KarmannGhia 02 VW KarmannGhia 03 VW KarmannGhia 04 VW KarmannGhia 05 VW KarmannGhia 06 VW KarmannGhia 07 VW KarmannGhia 08 VW KarmannGhia 09 VW KarmannGhia 10

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Le conducteur du jour : vice inhérent"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
CDA
Membre

« Avec 445 238 unités produites (dont la moitié vendues aux USA), la Karmann-Ghia « type 14″ n’est pas rare. »

On en croise pas à tous les coin de rue tout de même.
En tout cas, perso, les quelques modèles que j’ai vu avait souvent été repeint (pas étonnant vu l’âge de la dame) et avec des jantes Fuchs qui lui vont plutôt bien.

Invité

Quand j’étais militaire en 1974 mon capitaine en avait une … (ça ne me rajeunit pas, du coup) .
@+ 😉

panama
Invité

Magnifique automobile dont la carrosserie n’était qu’en une seule pièce !

jifa
Invité

Il va falloir qu’il se depeche de la sortir de son parking car l’an prochain une prune, elle date d’avant 1997 🙂

VDR
Invité
Je surfe par hasard, et je tombe sur cet article. 🙂 Je suis propriétaire d’un coupé de 1966 et administrateur du forum Karmann Ghia francophone, n’hésitez pas à venir y faire un tour, vous pourrez en apprendre encore plus sur les VW produites par Karmann : http://forumkarmannghia.forum-actif.net/forum Je me permets quelques précisions : 10K€ pour un KG est envisageable, toutefois il ne faut pas s’attendre à un exemplaire en parfait état, il s’agit d’un prix « moyen » qui veut dire tout et n’importe quoi à la fois. Pour un coupé en bel état d’origine (rare) ou restauré dans les règles de… Lire la suite >>
wpDiscuz