Accueil Cinéma Le film du samedi : Taxi

Le film du samedi : Taxi

532
19
PARTAGER

Alerte générale ! Vous cherchez un film sympa, avec du rythme et plein de voitures ? Ne cherchez plus, il y a Taxi. Un film à (re)voir absolument.A la fin des années 90, la comédie à la française semble sinistrée. Les producteurs font preuve de conservatisme. On en est donc réduit à revoir encore et toujours deux tandems : Jean Reno/Christian Clavier et Vincent Lindon/Patrick Timsit. Ils tournent à la chaîne des succédanés de leurs succès originels (respectivement Les Visiteurs et La Crise.)

Dire que Taxi apporta un bol d’air frais, c’est un euphémisme.

Taxi 1

Mal parti

Selon les critères de la comédie française des années 90, Taxi aurait du être un flop.

Luc Besson était le réalisateur chéri des années 80-90. Ensuite, il a voulu être producteur. Il a d’abord produit ses propres films (Atlantis, Nikita…) puis il a voulu produire des « comédies populaires »,  allant de bide en bide (d’ailleurs, ces films ont mystérieusement disparu de sa fiche sur Imdb…) Pourquoi en aurait-il été différent avec Taxi ? D’autant qu’il a confié la réalisation à Gérard Pirès. Réalisateur de célèbres pubs TV des années 80 (la 205 GTI sur un lac gelé, c’était lui), cela faisait 10 ans qu’il n’avait plus touché une caméra. D’ailleurs, il a fini par se brouiller avec Besson et c’est Gérard Krawczyk (un « auteur » devenu yesman d’Europa Corp) qui acheva le boulot.

Côté acteurs, point de Reno-Clavier ou de Lindon-Timsit. Sami Naceri, Frédéric Diefenthal et Marion Cotillard sont de parfaits inconnus. A la limite, les cinéphiles connaissaient vaguement Naceri. Il est apparu dans Raï, premier et dernier film « normal » de Tabatha Cash, et dans Bouge, un « véhicule » pour l’éphémère popularité d’Ophélie Winter. Mais pas de quoi déplacer les foules.

En prime, Taxi donnait la part belle au rap français. Or, en 1998, c’était encore les années Hit machine. Trois ans après La haine, le rap se limitait à un public restreint. Un film familial avec une telle B.O., c’était un sacré pari.

Taxi 5

Vent de fraicheur

Le scénario est typique des « buddy movies » US : le blanc-bec et la « minorité visible », que tout sépare. Soit Emilien, le jeune policier droit dans ses bottes et Daniel, le jeune chauffeur de taxi débrouillard. L’un est ultra-timide et coincé (donc gaffeur), l’autre a l’exubérance et la tchatche de la té-ci.

Ensemble, ils doivent coincer une bande de voleurs de voitures. Daniel, pris en grand excès de vitesse, collabore avec la police contre son gré : c’est ça ou perdre son permis. Le film enchaîne scènes d’action et gags. Les 86 minutes passent comme une lettre à la poste et le final est haletant.

Taxi 3

Les voitures

La scène d’introduction est une véritable orgie de deux roues motorisés. Ensuite, les vraies stars, ce sont la Peugeot 406 (le fameux taxi) et les Mercedes 500 E.

Et bien sur, pas d’effets spéciaux ! Les courses-poursuites s’enchaînent et sont autant de prétexte pour froisser de la tôle… Comme à l’époque du spot 205 GTI, Michel Julienne assure les cascades. Parmi les cascadeurs, on trouve Philippe Alliot, Henri Pescarolo, Jean-Louis Schlesser (qui jouera son propre rôle dans Taxi 2.)

Notez par ailleurs que la ville de Marseille est un personnage à part entière du film.

Taxi 2

Conclusion

Taxi est incontestablement dans le haut du panier du film de genre. Besson fait la synthèse entre le buddy-movie US (comme les premiers films d’Eddy Murphy), le polar franchouillard (les films de Bebel) et les BD de Franquin (notamment Les Pirates du Silence, avec ses voitures omniprésentes.)

A priori, Peugeot n’était pas impliqué. Ce fut pourtant une très belle pub pour la 406.

Hélas…

Le problème, c’est n’est pas Taxi en soi, ce sont ses suites. A priori, le film n’aurait pas dû en avoir. D’ailleurs, à l’époque, il n’y avait pas de tradition française de la « sequel ». Mais un film qui a fait 6 millions d’entrée, ça serait dommage de ne pas en profiter, non ? Besson fit tourner Taxi 2, jurant que c’était fini-fini, parce qu’il n’est pas un profiteur… Ce qui ne l’empêcha pas de faire un Taxi 3, un Taxi 4 et un remake US. Forcément, l’idée originale a perdu de son originalité. D’autant plus que les scénaristes étaient plutôt paresseux, se contentent de reprendre les mêmes gags d’un film à l’autre. Et plus question d’apparaitre gratuitement ! Besson devint adepte du placement-produit pour financer ses films. Et la discrétion n’était pas son fort…

Depuis Samy Naceri s’est surtout connaître pour ses frasques extra-cinématographiques. Fréderic Diefenthal a eu du mal à exister au-delà de Taxi. Quant à Marion Cotillard, elle a décroché un Oscar pour La vie en rose et un razzie pour sa mort dans Batman Rises.

Taxi 4

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "Le film du samedi : Taxi"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
ludger
Invité

J’avais pris un malin plaisir à forcer toute ma famille à aller voir ce film au ciné. Ils y allaient vraiment pas de gaieté de coeur, et ils sont ressortis de la salle avec une sacrée banane!

Et malgré les années passées, c’est un film qui me fait toujours passé un sacré bon moment.

Bon les suites, elles ne font vraiment pas honneur au premier. Mais Taxi à marqué l’histoire du cinéma, et c’est un peu le Fast and Furious français.

seb92
Invité

Je n’est pas trouvé ce film rerrible.
Beaucoup de scene pas crédible et ridicule. Bourré de clichés, de scenes prévisible.
C’est dans se film ou a la fin les voitures lancées à 200 sautent sur des piles de pont et freinent sur 10 metres et y restent bloquées? Vachement crédible.
Un film pour ado.

Thibaut Emme
Admin

Il ne doit pas y avoir beaucoup de films qui trouvent donc grâce à vos yeux si tout doit être « crédible », que ce soit en film « de voitures » ou même autre (espace, science fiction, super héros, etc.)
Restent les films dépressifs français ou d’Almodovar…mouais.

GREG
Invité
Putain pour une fois je suis d’accord avec seb92 😉 @Thibaut Emme : tu peux faire un film de science-fiction tout en étant crédible et sans être complètement débile. 😉 J’adore les films de genre, mais celui-là se range dans le bas du panier (de linge sale). Si tu veux voir un vrai film drôle, de genre, délirant, avec courses-poursuites multiples et destructions de voiture, tu as les Blues Brothers. Ou bien le très bon « Gone In 60 Seconds » (appelé « le grand casse » en VF), qui est un mètre étalon en matière de courses-poursuites. Au final si il y a… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
Je crois que Besson n’a jamais eu la prétention de faire autre chose qu’un film comique bon enfant (certains appellent cela par pur snobisme « beauf »), de l’entertainment de base quoi. C’est la même recette que beaucoup de films américains (ou d’autres films français) avec un scénario fin comme un papier OCB, un duo décalé et soit du « pan pan » dans tous les sens, soit de la cascade et de la tôle froissée. Oui il existe des pépites (cultes) mais franchement trouver un film ou toutes les cascades sont crédibles, ou les situations ne sont pas surjouées ou totalement « incrédibles » (ah… Lire la suite >>
seb92
Invité

Exact emme peu de film trouve grace à mes yeux.
Taxi pour faire bien devrait être classé dans la catégorie dessin animé ou comique de science fiction.
J’ai bien aimé certain vieux almodovar.
Greg, comme quoi, tout est possible lol.

beniot9888
Invité

Le premier était vraiment très marrant. Surtout comparé aux suites !

Par contre, je vous suggère de transformer « Ensemble, ils doivent coincer une bande de voleurs de voitures » en « Ensemble, ils doivent coincer une bande de braqueurs de banque qui s’enfuient en voitures »

GREG
Invité

Le premier était aussi con, raciste et caricatural que les trois suites.
La différence c’est qu’il inaugurait la « formule », que l’on va d’ailleurs retrouver dans toutes les productions Europacorp du genre (Banlieue 13, from paris with love, ect…).
Donc forcément y en a beaucoup qui apprécient.
Autant il m’avait amusé quand j’étais ado, maintenant je le trouve irregardable…Au contraire des fameux Buddy-movies dont GrosLuc n’a repris finalement que le côté dégénéré en l’amplifiant.

seb
Invité

Il faudrait que je le re-regarde, je ne me souviens pas de scène de racisme dans Taxi. Tu pourrais me rafraichir la mémoire?

SGL
Invité

Taxi un film raciste !
Le premier était excellent pour l’époque après … c’est du réchauffé et la fin cela en devient débile.
On se moque plutôt du côté franchouillard.
Le terme « Boches/ Frisés » est employé ? Si c’est le cas cela n’a plus la connotation péjorative de l’époque et peut même devenir «affectueux», comme enfoiré avec Coluche !
Faut voir les Chevaliers de Fiel !

Bs
Invité

Quelqu’un sait ou se déroule la scène ou les mercedes s’entraine et ou la 406 va les taquiner sur un ou deux tours de « circuit »

wpDiscuz