Accueil Actualités Entreprise Wendelin Wiedeking ne tient plus qu’à un fil à son fauteuil de...

Wendelin Wiedeking ne tient plus qu’à un fil à son fauteuil de président

58
9
PARTAGER

Selon la presse allemande, le président de Porsche Wendelin Wiedeking vit ses derniers jours à la tête du constructeur de Stuttgart, en passe d’être remplacé à Budapest par un jeune pilote espagnol par Michael Macht, directeur de la production de Porsche. Wiedeking serait la victime expiatoire de la tentative de putsch ratée de Porsche sur VW et de la victoire de l’inaltérable Ferdinand Piëch sur son cousin Wolfgang Porsche.

La saga Porsche VW est en effet une histoire de famille à côté de laquelle Dallas apparaît comme une gentille version de la Petite Maison dans la Prairie avec un peu plus de gens roulant en Mercedes. Pour ceux qui auraient raté les épisodes précédents de cette série qui divertit l’industrie depuis plus d’un an, Frédéric Papkoff qui suit l’affaire depuis le début de très près a parfaitement résumé la situation ici. En gros, l’année dernière, Wiedeking profitait de l’insolente santé financière de Porsche pour tenter avec Wolfgang Porsche son mentor le hold up du siècle sur VW AG grâce à de la monnaie de singe obtenue via un montage financier complexe typique de l’avant-tempête financière. Las, alors que le compte de Ferdinand Piëch, qui résistait à la tête de VW contre le reste des familles Porsche et Piëch bien décidées à le mettre enfin dehors, semblait réglé pour de bon, et que Porsche allait pouvoir accéder au pactole VW, le montage s’effondrait comme un château de cartes avec la finance mondiale et Porsche se retrouvait contraint à trouver le plus rapidement possible de l’argent frais. D’où une négociation avec le Qatar qui propose de reprendre 25% des parts de Volkswagen.

Seulement voilà, si Wiedeking est l’artisan de la négociation avec le Qatar, c’est un certain Ferdinand Piëch qui, en tant qu’actionnaire majoritaire de la holding Porsche SE, doit approuver le deal. Et Piëch n’est pas emballé. Lui préfèrerait en fait renflouer Porsche SE par la vente de Porsche AG, donc les voitures Porsche, à VW AG ! La vengeance est un plat qui se mange froid, mais quand il le faut, chaud n’est pas mal non plus. Bref, la négociation se fait désormais à l’étage au dessus et il semble qu’elle se pourrait se conclure autour du scalp de Wiedeking. Porsche fait savoir qu’il n’en est rien, mais les nuages s’accumulent au dessus de la tête de son PDG. Prochain acte du vaudeville souabe, la réunion du directoire Porsche le 23 juillet à Stuttgart.

Source : WSJ et divers

Lire également:
Du riffifi à Wolfsburg
Derniers développements à Zuffenhausen

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz