Accueil Cabriolet Essai Citroën C3 Pluriel Charleston: t’as le look, coco (1/3)

Essai Citroën C3 Pluriel Charleston: t’as le look, coco (1/3)

717
11
PARTAGER

La Citroën C3 Pluriel Charleston a été présentée peu avant le Mondial de Paris. Mais pour des raisons évidentes, j’ai préféré attendre le retour (supposé) des beaux jours pour la tester.

Héritage:

En fait, Citroën n’a pas une si longue tradition de cabriolets que cela. Si l’on excepte la 2cv (que les fans considèrent comme un cabriolet) et l’éphémère Visa découvrable, la Citroën n’a produit que deux cabriolets dans l’après-guerre. A savoir la DS Cabriolet (à laquelle la C3 Pluriel reprend le côté « popu mais chic »):

Et la Méhari (à laquelle elle reprend l’aspect modulaire):

Look:

Au début, je trouvais les C3 Pluriel trop massives. Le lifting a rendu sa face avant plus harmonieuse.

Honnêtement, j’adore la ligne de la C3 Pluriel Charleston. C’est original dans le bon sens du terme. A une époque où les constructeurs ne jurent que par le noir et le blanc, la Charleston offre sa robe rouge Delage/noir, ses chromes, ses parties argentées… Enfin un peu de gaité!

Et il y a plein de détails sympas, comme l’intérieur des phares teintés en gris, la calandre grises en nid d’abeilles ou les jantes 15 pouces avec le logo Citroën sur fond rouge.

Pour rappel, la Charleston était une série spéciale de la 2cv, en 1980. Citroën a su lui rendre un hommage intelligent, en remettant au gout du jour le concept, au lieu de faire un copier/coller.

Seul reproche: le nuancier. La C3 Pluriel n’est disponible qu’en rouge Delage/noir. Alors qu’il a existé des 2cv Charleston jaune hélios/noir et gris nocturne/gris cormoran:

Décapotage:

Peugeot ayant fait sien le coupé-cabriolet, Citroën devait trouver autre chose. D’où une C3 Pluriel équipée d’un toit coulissant que l’on peut bloquer en plusieurs positions.

La configuration la plus courante est le toit replié jusqu’à la lunette arrière. Un rédacteur du Blog Auto C3-Plurielophile (par respect pour lui, je ne préciserai pas que c’est Nicolas Morlet) m’a souligné que lorsque le toit se replie, un appendice aérodynamique sort. En fait, il ne s’agit que d’un bout de plastique de mauvaise qualité, de la largeur du rétroviseur:

Ensuite, vous pouvez replier le toit sur la lunette arrière:

Problème: vous ne voyez plus rien dans le rétroviseur intérieur.

Citroën souligne que vous avez le droit de rouler comme cela, vu qu’elle dispose de rétroviseur extérieurs. Ce qui est à peu près utile que de savoir que vous avez le droit de vous balader en slip par -20°.

Ensuite, il est possible de basculer la vitre arrière dans le coffre et d’enlever les arches de toit.

Malgré les conseils (par écrits) de trois Citroënophiles du Blog Auto et de deux schémas, je n’ai pas réussi à basculer la vitre arrière.
De toute façon, on est en 2009. Sur toutes les autres voitures à capote électrique, vous avez juste à appuyer sur un bouton! Imaginez qu’on vous dise: « Pour décapoter complètement une 207CC, il faut appuyer sur le bouton. Puis, lorsque le toit s’est replié sur la lunette, sortez du véhicule, ouvrez le coffre, basculez l’ensemble toit+lunette et repliez vous-même. » Vous trouvriez cela normal? Alors pourquoi est-ce que ce serait normal de s’embêter autant pour rabattre le toit d’une C3 Pluriel dans son coffre?

Ensuite, vous pouvez démonter les arches de toit. Mais où les stocker, si l’on ne dispose ni d’un garage, ni d’un box? Pas sur que votre conjoint(e) n’accepte que vous les laissiez dans le salon…

201042201046201049201052201055201058201061201064201067201070

A lire également:
Essai Citroën C3 Pluriel Charleston: space oddity (2/3)
Essai Citroën C3 Pluriel Charleston: just cruisin’ (3/3)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz