Accueil Actualités Entreprise Vente de ChangHe: on en sait un peu plus

Vente de ChangHe: on en sait un peu plus

161
3
PARTAGER

changhe_ideal_2.jpg

Il y a quelques temps, j’évoquais la rumeur d’un rachat de ChangHe, poids-moyen Chinois, par son compatriote ChangAn. Il semblerait que le dossier progresse.

Comme d’habitude, il y a plusieurs niveaux de lectures. D’une part, il y a l’avionneur Aviation Industry Corporation II, propriétaire de ChangHe, qui souhaite se concentrer sur l’aviation, afin de devenir « l’Airbus Chinois ». Ce qui expliquerait la revente de Hafei, l’autre constructeur détenu par Aviation Industry Corporation II. D’autre part, il y a la volonté de Suzuki de regrouper ses deux partenaires Chinois pour interrompre les guerres fratricides.

Ce qui est nouveau, c’est que China Aviation Industry admet que ChangHe possède « des soucis de cash-flow ». En fait, les experts estimaient en début d’année que ChangHe aurait perdu 587 millions de yuans durant l’année 2007 et 267 millions de yuans en 2006… Plus tard, ils revirent leurs estimations à la hausse: 1,067 milliards de yuans de partes en 2007 et 331 millions de yuans en 2006. A titre de comparaison, le CA 2007 de ChangHe est de 1,245 milliards de yuans. Même sans convertir en euros, on voit qu’il y a un problème.

En 2005, China Aviation Industry II a tenté de fusionner Hafei et ChangHe, qui fonctionnaient de manière totalement indépendant l’un de l’autre. Mais la bureaucratie Chinoise et des résistances venant des deux entreprises ont fait capoter le projet.

Aujourd’hui, Zhou Ning, PDG de ChangHe, minimise les problèmes de trésorerie. D’après lui, il n’y a aucun projet de fusion, Suzuki souhaite garder deux partenaires et prochainement, ChangHe va lancer deux nouveaux modèles. Dans les faits, ChangAn était jusqu’ici souvent cité comme repreneur potentiel. Il y aurait un autre candidat: BAIC/BAW. Le rachat de ChangHe ne lui apporterait pas grand chose en terme d’économies d’échelle. Mais BAIC/BAW est détenu par l’état Chinois, qui lui a demandé de grandir coute que coute.

Cette fusion est représentative de l’évolution de l’industrie automobile Chinoise. Entre 2000 et 2005, chaque province, chaque conglomérat d’état, chaque multinationale, chaque homme d’affaires a voulu se lancer dans l’automobile. Un clone de Toyota Hiace, d’Isuzu Trooper ou de Suzuki Alto et c’est marre! A l’époque, 1 constructeur = 1 modèle = 1 carrosserie = 1 motorisation = 1 finition. Ensuite, entre 2006 et 2008, il y a eu une accélération. Les leaders ont diversifié leurs gammes. Le plus significatif est Chery, passé de 2 à 12 modèles différents. 20% de croissance annuelle du marché, cela signifie qu’il faut doubler de volume tous les 4 ans pour rester dans la course. D’où des investissements permanents. Et au moindre passage à vide, le constructeur se retrouve marginalisé. Certains petits constructeurs, lessivé, ont déjà disparu. Aujourd’hui, ce sont les poids-moyens comme ChangHe, Changfeng, Hafei, Huali Tianjin ou NAC qui sont dans l’il du cyclone.
En apparence, ces histoires de fusions entre Changmachintruc et Changmachinchose n’a pas grand intérêt. Mais cela signifie qu’il y a de moins en moins de constructeurs en Chine. Donc, moins de cacophonie. Par ailleurs, les survivants se renforcent, ils rachètent les constructeurs moribonds et disposent d’une plus grande puissance de feu. Cette année, il y aura au moins 5 constructeurs qui fabriqueront plus de 500 000 voitures particulières. Et à moyen-terme, il y a aura des acteurs suffisamment puissants pour partir à la conquête du monde avec des moyens conséquents.

A lire également:
ChangAn-ChangHe: bientôt le mariage?
Ca se bouscule pour racheter Changfeng!
Hafei-Peugeot-Dongfeng: finalement, c’est oui!

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Vente de ChangHe: on en sait un peu plus"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
superstar
Invité
L’industrie automobile chinoise fait penser à celle, balbutiante, qui régnait en Europe au début du XX ème siècle. Au moins, ça commencera à devenir plus clair pour nous de suivre les évolutions de ces constructeurs. Et ça permettra a Joest de se reposer (lol). Mais bon, qu’il ne reste plus qu’une dizaine de constructeurs ne me fera pas changer d’avis sur les voitures chinoises. Certes elles commencent à avoir de la personnalité, mais on ne sait toujours pas quand elle viendront VRAIMENT, à quel prix, ce qu’elles vaudront par rapport aux constructeurs déja implantés et qui s’assurera de l’entretien par… Lire la suite >>
Gilles
Invité

Joest, juste un petit coucou en passant…comme je te l’ai promis, je ne ferai aucun commentaire…désobligeant!

wpDiscuz