Accueil Finance Bye bye PGO ?

Bye bye PGO ?

15420
46
PARTAGER

Cela faisait quelques temps que PGO ne donnait plus de nouvelles. Il était absent au dernier Mondial de Paris. En fait, il semblerait que le sympathique artisan d’Alès ait baissé définitivement le rideau.

PGO est l’héritier des Jidé, Fournier-Marcadier et autres De La Chapelle. Comme ces autres artisans tricolores, il a connu une existence tumultueuse.

En 1985, Gilles et Olivier Prévôt, deux frères, se lancent dans les répliques de Cobra. Ils fondent PGO (Prévôt Gilles Olivier.) A l’époque, les ayant-droits de la Cobra ont d’autres chats à fouetter et un espace s’ouvre. Le Belge Apal est lui spécialisé dans les répliques de Porsche 356 Speedster. En 1995, il arrête cette activité et vend son outillage aux deux frères. En parallèle, les Prévôt songent à commercialiser une voiturette électrique. Une diversification hasardeuse.

En 1998, Laurent Skrzypczak et Olivier Baudouin reprennent PGO, à qui ils évitent de sombrer. Les nouveaux propriétaires décident de monter en gamme. La Speedster II est une interprétation plus moderne de la 356. Ils négocient auprès de PSA Banque la fourniture de moteurs. En 2004, Porsche leur intente un procès en contrefaçon. La Speedster « tout court », celle d’Apal, disparait du catalogue. Néanmoins, PGO entre en bourse, s’offre une usine près d’Alès, où il produit une centaine de voitures par an et il se construit un petit réseau.

En 2005, le fonds Koweïtien Al Sayer prend 51% de la société et il place Zouhir Boudemagh comme PDG. Sous Boudemagh, PGO développe le coupé Hemera. Les mécaniques PSA sont aux normes Euro 4. C’est avec BMW que le PDG négocie l’approvisionnement de moteur Euro 5, en 2012. PGO rêve de grandir. La marque s’offre un stand au salon de Shanghai, espérant trouver sur place un distributeur.

En 2016, la production s’effondre à une vingtaine, puis à une dizaine d’unités par an. Les communiqués se raréfient. Les ouvriers sont au chômage technique. Ils accusent Boudemagh d’avoir dilapidé l’argent de PGO. Il est en effet le mécène de l’Alma Chamber Orchestra, dont Anne Gravoin (Mme Manuel Valls) est alors directrice artistique. De plus, PGO a sponsorisé Gala et un clip de Keen’V.

Le 30 juin 2016, le fond Koweïtiens organise une assemblée générale. Il cherche un repreneur. La société, placée un temps en liquidation, en sort par jugement « prononçant la clôture de la procédure de liquidation judiciaire pour extinction du passif » (plus de créance NDLR) le 19 mars 2017. L’Assemblée Générale est prolongée jusqu’au 30 septembre. A priori, aucun repreneur ne s’est manifesté [Mise à jour : un repreneur se serait finalement manifesté. A suivre ?]. L’artisan pourrait donc être sur le point de disparaître définitivement.

Note : depuis parution de ce sujet, d’autres événement sont survenus sur le dossier PGO… Lire la suite >ICI<

Crédit photo : PGO

Poster un Commentaire

46 Commentaires sur "Bye bye PGO ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Thibaut Emme
Admin
L’Hemera signait déjà la fin du style PGO… Dommage, mais les prix étaient exorbitant. Certes la petite série imposait des coûts à supporter mais quand même. Visiblement, le PDG Boudemagh a démissionné le 26 septembre lors d’une AG. S’en est suivi la démission du Conseil d ‘Administration dans son ensemble ! (publié dans le Réveil du Midi) D’ailleurs, il doit y avoir eu nomination d’un administrateur (on peut en trouver trace dans les greffes). Outre les dépenses somptuaires, il y a eu visiblement fermetures des robinets de la part de l’investisseur quand il a vu le résultat… PGO va rejoindre… Lire la suite >>
Ganier
Invité

Je suis un inconditionnel de cette marque et surtout de l’artisanat français qui fut toujours de grande qualité qu’elle tristesse je pense à Daninos de facel vega et au refus du général de soutenir cette superbe entreprise c’est un mal récurrent du politique en France la très belle ouvrage comme ont dit qui est notre ADN en France (histoire du luxe) est boudé surtout pas vendeur a des électeurs… Alors maintenant que faire et bien créé une association de défense de la marque dans un premier temps je vous laisse mon mail
Très courtoisement Patrick

ART
Invité

Cette bérézina ressemble beaucoup à ce qu’à vécu TVR avec Smolenski… Triste. Et là évidemment, c’est pas comme Mia et une surcommunication de taré de tous les politiques…. Affligeant

amiral_sub
Invité

une bien triste nouvelle. C’était en quelque sorte notre artisan anglais. La hemera était particulières, mais les autres étaient magnifiques

R-motor
Invité

Y’a t’il encore un artisans français digne de ce nom ? Il n’y aurai donc aucun repreneur capable de relancée la marque…c’est bien dommage

Helios
Invité

Secma ?

Gilles
Invité
Bonjour … tout est fait dans notre pay pour bloquer les artisans et ce qui veulent prendre de la place au côté des grosses machines existantes … notre pays se meurt à petits feu et on musèle les petits pour pas gêner les grands …. la vrai question est la France vos elles que l’on se battent pour exister … alors que d’autres pays d’aiderai …. ils veulent garder leur acquis et vont couler le bateaux avec eux dedans si on continue dans cette vois …. bref personnes ne bouge mais tout le monde subira. …
Gilles
Invité

Bonjour Gilles : On dirait qu’il y a 2 Gilles sur ce blog !

David
Invité

C’est bien triste que l’une des dernieres marques tricolores artisanales disparaisse 🙁

Pat
Invité

Snif ! Quelqu’un connait le motif de la chute des ventes ?

Thibaut Emme
Admin

Mon avis, mais cela n’engage que moi, c’est le changement du Speedster vers la Cévennes.
Autant le Speedster (1 ou 2) avait le charme de la 356, autant la Cévennes faisait trop gloubi-boulga néo-rétro. Quant à l’Héméra…

Autre point, la finition n’était pas au niveau du prix…surtout que celui-là a grimpé avec le changement de PSA à BMW pour le moteur.
De mémoire c’était 45 000 euros minimum pour le Speedster 2…

Ganier
Invité

De mauvais choix stratégiques incontestable je suis d’accord

ART
Invité

Bien vu Thibaut, comme d’hab, s le design est moisi dès le départ, quand bien même les qualités intrinsèques du véhicule, ça tape direct un four…. !!

Kero San
Invité

Le pire, c’est qu’il y avait bien un designer en interne !!! Politique de design incompréhensible > attractivité en berne > chute des ventes

wpDiscuz