Accueil Alternatives SOLETAIR : en Finlande, on produit du carburant à partir du CO2...

SOLETAIR : en Finlande, on produit du carburant à partir du CO2 et du soleil

417
23
PARTAGER
SOLETAIR

Le projet finlandais SOLETAIR vient de produire ses 200 premiers litres de carburant synthétiques. Et ce, à partir du soleil, d’eau et du CO2 de l’atmosphère. Le début d’une révolution ?

Sur le papier, le projet SOLETAIR est « simple ». En effet, c’est de la chimie relativement basique qui consiste à prendre du dihydrogène H2 et de le combiner à du CO2 pour obtenir des hydrocarbures CxHy ainsi que du dioxygène O2. Là où cela se complique c’est que le VTT Technical Research Centre of Finland (VTT) qui pilote le projet, souhaite réaliser cela de façon la plus durable et renouvelable possible. Et le tout, bien sûr, sur le même site.

Lancé en 2016, le projet a connu une accélération début juin avec l’inauguration (par Jamie Hynemanin de Mythbuster NDLA)de l’usine prototype. Elle est composée d’un container dénommé Mobile Synthesis Unit (MOBSU). Totalement transportable par la route, le MOBSU comprend la production du H2 à partir d’eau, la capture du CO2 de l’air, et la combinaison des deux. Modulaire, plusieurs MOBSU peuvent être accolés les uns aux autres et d’autres éléments complémentaires peuvent s’ajouter.

De l’air, du soleil et de l’eau

Pour produire le H2, VTT utilise une station photovoltaïque de 1500 m2 de panneaux (*). Cette dernière fournit aussi l’électricité nécessaire à l’équipement de captation et de séparation du CO2 de l’air, ainsi que la (haute) température pour l’équipement qui réalise la synthèse des hydrocarbures (300°C). Une première étape sort des produits qui sont utilisés dans une réaction dite de Fischer-Tropsch (produits FT). Là, ce sont 800°C qui sont nécessaires.

Dès la première étape, on obtient du méthane qui peut être déjà utilisé pour le chauffage domestique, les véhicules, etc. Mais, à la sortie, la micro-raffinerie est capable de sortir du gaz, du diesel, de l’essence ainsi que des produits « pétrochimiques » dits intermédiaires. Ainsi, on peut produire des aromatiques, des plastiques plus ou moins complexes, etc.

La station de production vient de produire ses 200 premiers litres de carburant. Ce fut « lent » car VTT a fait plusieurs réglages et plusieurs expérimentations. Aussi, en marche nominale, le centre de recherche estime pouvoir produire 80 l d’essence par jour. L’expérimentation devrait se poursuivre jusque mi-2018 et VTT a déjà des pistes d’amélioration comme la récupération de la chaleur de certaines réactions, l’amélioration plus fin des réactions, etc.

SOLETAIR = 700 kg de CO2 par heure

Chaque heure, 100 kg de produits FT sont fabriqués. Pour cela, l’usine consomme 3167 kWh d’électricité, 565 kg d’eau mais surtout 352 Nm3 de CO2. 1 Normal m3 de CO2 représente 1,9772 kg de CO2. Donc, on a 696 kg de CO2 qui sont ôtés de l’air par heure. Evidemment, ce CO2 sera rejeté dans l’air partiellement avec le carburant produit.

SOLETAIR devrait être utilisé par différentes recherches universitaires ou d’entreprise et valider la prochaine phase qui devrait être une commercialisation. Le projet dispose d’un budget de 1 million d’euros financés par un organisme finnois et différentes sociétés. Les carburants, huiles et plastiques de synthèse sont une piste sérieuse pour suppléer les réserves fossiles. Reste à voir à quel prix. En effet, des métaux précieux comme le platine et autres sont mis en jeu.

(*) la Finlande s’est lancée dans d’ambitieux chantiers de création de centrales solaires. Le froid aide à une meilleure production des panneaux photovoltaïques et le temps globalement clair du pays assure un bon rendement.

Source et illustration : SOLETAIR

Poster un Commentaire

23 Commentaires sur "SOLETAIR : en Finlande, on produit du carburant à partir du CO2 et du soleil"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
eresse
Invité

Bonsoir,
en fait de platine il s’agit de ruthénium. On s’en sert déjà dans les plateaux des disques en informatique.
C’est un métal considéré comme cancérigène, qui attaque la peau humaine. Il faut traiter 1 tonne de terre pour en extraire 1mg.
Coté production dite écologique, on repassera…
un lien sur une conférence a propos de la « croissance verte » https://www.youtube.com/watch?v=mqhC6uI8TUY

Béret vert
Invité
Toutes les recherches sont intéressantes. Il me semble tout de même que l’hydrogène est une solution plus Gibbie et moins Shadok que celle-ci: Le professeur Shadoko commença son office de scientifique attitré chez les Shadoks, par une belle invention, qui devait apporter le salut à toute la population Shadok : La fusée interplanétaire (version cassante, bien évidemment). Malheureusement il n’avait pas prévu de carburant assez puissant pour alimenter l’appareil, et la fusée se trouva dans l’impossibilité de décoller. Qu’à cela ne tienne notre bon scientifique, avait la solution. Construire une cosmopompe, et ainsi subtiliser le carburant Gibi.  » C’est très… Lire la suite >>
beniot9888
Invité

En quoi l’hydrogène est une meilleure solution ? Lui aussi, il faut le produire, et cela demande beaucoup d’énergie.

Moins, peut être ?

Invité

une question me taraude, il est utilisé 565 kg d’eau.
Et l’eau ne se fabrique pas, donc n detruit de l’eau ici mais ou en fabrique t’on?

beniot9888
Invité

J’avoue que le titre était prometteur, mais j’ai un peu déchanté en voyant qu’on utilise de l’eau, dans le processus. D’un point de vue écologique, utiliser de l’eau (dont on a besoin pour vivre) pour en faire des carburants et plastiques (…) est-il une bonne opération ?

wizz
Membre
Supposons qu’on va consommer 1 litre d’eau pour produire 1 litre de carburant. (on s’en fiche du réalisme, c’est juste pour l’ordre de grandeur des choses) En France, on consomme environ 50MTEP dans le secteur transport environ 50 millions de tonnes équivalent pétrole environ 50 millions de tonnes de carburant environ 60 millions de m3 de carburant, ou d’eau cela représente 1000 litres par personne et par an. De quoi prendre 5 bains, ou de quoi consommer 3 litres d’eau par jour Selon l’info, ce sera un ratio de 5 (100kg produit pour 565kg d’eau consommé), soit 15 litres par… Lire la suite >>
Christophe
Invité
Article intéressant. Merci Thibaut de l’avoir rédigé et publié. Donc là on est sur du cycle court du carbone donc c’est très bien pour lutter contre le réchauffement climatique. Le débat sur le rendement global n’est pas à la hauteur des enjeux. Ce qui m’intéresse c’est de savoir quel est au final la charge carbone d’1 litre d’essence (pour la combustion étant en cycle court on va considérer 0 comme pour le bois). Donc c’est toute la phase amont qu’il faut quantifier et voir le résultat final. A mon avis on peut gagner en utilisant une source électrique encore plus… Lire la suite >>
wpDiscuz