Accueil Essais Essai Ford Fiesta ST : la brute

Essai Ford Fiesta ST : la brute

202
17
PARTAGER

Depuis quelques mois, le marché des citadines sportives est en pleine ébullition avec l’apparition de plusieurs nouveautés. Le segment n’aura jamais été aussi concurrentiel et tous les coups sont permis par ces bombinettes pour s’approprier la plus grosse part du butin. Un remake du titre « Le bon, la brute et le truand » en somme, où le bon serait assuré par une Renault Clio IV RS efficace mais embourgeoisée et où le truand ne serait autre qu’une Peugeot 208 GTI imparfaite mais attachante. La brute, elle, pourrait aisément être représentée par la Ford Fiesta ST. Afin de vérifier si la sportive est à la hauteur de son rôle, nous avons effectué notre casting sur un col du Turini désertique. Moteur, action !

Style et équipement

Pour afficher ses ambitions sportives au premier coup d’œil, la Ford Fiesta ST s’habille d’un kit carrosserie spécifique qui passe par un bouclier avant acéré, une calandre noire badgée « ST », des bas de caisse moulés, un becquet de hayon proéminent, d’un diffuseur couleur carrosserie accompagné d’une double sortie d’échappement et de jantes de 17 pouces qui cachent partiellement des étriers rouges (Pack Performance à 190 €). La Fiesta ST inaugure aussi trois peinture exclusives, le Rouge Racing, le Bleu Performance (650 €) ou le superbe Molten Orange (720 €). L’ensemble pourrait faire tuning pour certains, mais il lui fallait bien ça pour intimider ses concurrentes, au style généralement plus placide.

L’habitacle fait également la part belle au sport en recevant les passagers avant dans deux sièges baquets Recaro semi-cuir (sans doute peu adaptés aux grands gabarits). Le conducteur pourra composer avec un levier de vitesse spécifique, un pédalier en aluminium et un volant siglé du blason sportif de Ford. Si la qualité de finition est au rendez-vous, l’ergonomie perfectible de la Fiesta est toujours d’actualité, notamment au niveau des réglages des sièges ou de la console centrale qui regroupe une armée de boutons. La bombinette est équipée du contrôle parental MyKey, du système Sync, de la radio MP3 et d’un ESC débrayable. En revanche, elle fait l’impasse sur le GPS (490 €), certaines commandes automatiques ou le régulateur de vitesse (220 €), pour lesquels il faudra aller piocher dans le catalogue des options.

Sur la route

Au premier coup de clé, la Ford Fiesta ST n’excite pas les sens et sa sonorité timorée laisse même présager un caractère dans l’air du temps, linéaire et politiquement correct. En revanche, il s’agit bien là de la seule concession que la sportive puisse faire et vous rappel sa véritable vocation dès le premier ralentisseur : sa suspension, trop ferme au quotidien, vous tasse les lombaires et trahit la présence d’un châssis voué au sport. Nous n’osons imaginer nous retrouver sur une rue pavée. Mais la Fiesta ST se démarque de ses concurrentes lorsque la route commence à se transformer en terrain de jeu. Posée sur sa suspension abaissée de 15 mm et sur un carrossage négatif du train avant, la citadine virevolte de virages en virages avec précision, profitant d’une direction électrique recalibrée mais peu informative, hélas. Dans les lacets ou autres courbes lentes, la Fiesta ST peut compter sur l’Enhanced Torque Vectoring Control qui simule l’effet d’un différentiel sur le train avant et d’un ESC qui canalise les ruades du train arrière. A ce propos, deux autres modes sont disponibles : une pression sur le bouton située sur la console centrale permet de sélectionner le mode Sport qui met les garde-fous en veille et repousse l’intervention de l’électronique alors qu’une pression prolongée le désactive totalement, laissant le conducteur seul avec le eTVC. Dans ce dernier cas, la Fiesta exige de l’anticipation avec son arrière train joueur mais très vif au levé de pied ou en reprise de grip.

Même si la Ford Fiesta ST n’accuse que 182 ch et 240 Nm de couple, quand ses concurrentes affichent une écurie plus généreuse, elle peut compter sur la fonction overboost de son calculateur qui, pendant près de 20 secondes en cas de forte sollicitation de l’accélérateur, augmente la pression du turbo et fait passer la puissance à 197 ch et le couple à 290 Nm. Un effet temporaire qui peut être répété à souhait dès que l’on change de rapport et ce à n’importe quel régime. Pour mieux comprendre sa courbe de couple, nous avons emmené la Fiesta sur le banc du préparateur Monstaka, situé à proximité de Cannes.

Comme anticipé, la courbe n’affiche pas la linéarité du bloc M5Mt de la Clio IV RS par exemple. Dès 1 600 tr/min, l’overboost fait grimper le couple à 307 Nm pour 2 693 tr/min et s’essouffle doucement jusqu’à près de 4 850 tr/min où il affiche 262 Nm avant de dégringoler. La puissance de son côté n’est pas affectée par un pic mais elle dispose d’une plage d’utilisation confortable de 4 000 à 6 500 tr/min (régime du rupteur) avec une puissance maximale de 182 ch à 5 375 tr/min. Conformément à nos impressions sur le col du Turini, le moteur est en très bonne santé, surtout dans le bas du compte-tours. Afin de tromper l’intervention de l’ESC ou éviter de brûler inutilement de la gomme, il faudra donc doser avec parcimonie la pédale de droite. Surtout en 1ere, après une épingle par exemple, où près de 300 Nm arrivent instantanément. Heureusement que les remontées de couple dans la direction restent maîtrisées. (NDLR : les valeurs des graphiques indique la puissance brute aux roues)

Dotée de ce supplément d’âme, la Ford Fiesta ST affiche un tempérament explosif, rageur, comme à la grande époque des GTI. L’effet est d’autant plus amplifié avec une commande de boîte précise et ferme, les décharges du turbo et le Sound Symposer, qui par l’intermédiaire d’une membrane active, renvoie les bruits d’admission dans l’habitacle. Cela met tout de suite dans l’ambiance et la Fiesta ST devient véritable machine à sensation. Même son système de freinage à quatre disques se montre inépuisable : malgré nos deux aller-retour consécutifs entre Sospel et le col du Turini, le mordant et les distances de freinage n’ont pas faibli.

Conclusion

Moins équipée que la Peugeot 208 GTI, moins technologique que la Renault Clio RS et, surtout, moins puissante et moins efficace que les françaises, la Ford Fiesta ST n’avait pas toutes les cartes en main pour s’imposer. Et pourtant, la marque à l’Ovale Bleu a réussi à proposer un engin hargneux et physique en conduite musclée. Pour des raisons marketing, elle n’aurait pas pu prétendre au titre de Fiesta RS Turbo, mais Ford aurait pu aisément surfer sur la vague nostalgique en ressortant de l’oubli le patronyme XR2.

De notre côté, nous la surnommerons volontiers « La brute » grâce à son caractère explosif et sa gueule de bandit. Grâce à ses attributs techniques la Ford Fiesta ST est une sportive sans concessions qui maintient haut et fort sa vocation. Histoire d’enterrer ses concurrentes, la mise à prix de cet outlaw est fixée à 23 700 €. Aujourd’hui, il y a donc deux catégories de citadines sportives : la Ford Fiesta ST, et les autres…

+Look
Mécanique vivante et explosive
Boite précise et consistante
Sonorité du 1,6 l
Comportement du châssis
Endurance satisfaisante des freins
Prix
Ergonomie globale
Présentation de certains matériaux
Amortissement beaucoup trop ferme au quotidien
Direction peu informative
Consommation (17 l/100km en conduite sportive)

 

Gamme et prix
Ford Fiesta ST
1,6 l 18223,700 €

 

Ford Fiesta ST
Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne
Cylindrée (cm3)1,596
Puissance (ch) à tr/min182 à 5 700
Couple (Nm) à tr/min240 de 1 600 à 5 000
DistributionCourroie
Transmission
Boîte de vitesseManuelle à 6 rapports
Châssis
Suspension AVRoues indépendantes de type McPherson
Suspension ARSuspension à barres de torsion
DirectionAssistance électrique
FreinsDisque 278×23 ventilés (avant) et 253×10 (arrière)
Jantes et pneus205/40 R17
Performances
Vitesse maximale220 km/h
0 à 100 km/h6,9 s
Consommation
Cycle urbain7,9 l
Cycle extra-urbain4,8 l
Cycle mixte5,9 l
CO2138 g/km
Dimensions
Longueur3 975 mm
Largeur1 978 mm (avec rétroviseurs)
Hauteur1 456 mm
Empattement2 489 mm
Volume de coffre276 dm3
Réservoir42 l
Poids1 163 kg

La galerie complète de cet essai (Crédit photo : Soufyane Benhammouda/Leblogauto) :
[zenphotopress album=14829 sort=random number=5]

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "Essai Ford Fiesta ST : la brute"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Sam Suphi
Invité

« Pour des raisons marketing, elle n’aurait pas pu prétendre au titre de Fiesta RS Turbo, mais Ford aurait pu aisément surfer sur la vague nostalgique en ressortant de l’oubli le patronyme XR2. »

Ce sont surtout les mauvais souvenirs laissés par ces modèles, en termes de chassis et tenues de route, qui ont du inciter Ford à ne pas en reprendre les appellations…

juuhuu
Invité

Sans même taper dans la XR2, le chassis en effet de l’époque était bien ultra mou !!! M’enfin, ça poussait moins à rouler vite et c’était fun, alors l’un dans l’autre…

beniot9888
Invité

Ce serait sans doute mon choix dans cette catégorie, même si le style de la planche de bord ou de la calandre ne me plaisent pas vraiment. La Clio est peut-être plus efficace, mais la Fiesta a l’air beaucoup plus marrante. Et c’est à mes yeux le critère le plus important pour une voiture de ce genre !

En plus, c’est tout de même plus distrayant de cravacher le levier de vitesse que d’appuyer sur un bouton.

Mais il faut voir les choses du bon côté : l’offre est large et variée, il y en a pour tous les goûts.

Yali
Invité

Ouais, enfin ca reste un choix entre des 1.6turbo…Bof, je garde mon 2.0.

Marioli
Invité

Je trouvais le contenu de l’articule plutôt pas mal jusqu’à ce que je lise ceci :
 » – : Consommation (17 l/100km en conduite sportive) »
Qui de Sérieux ou d’intéresser par l’Automobile peut s’occuper d’une consommation de 17l/100…
Vous voulez consommer peu? n’achetez pas de voiture « Sportive » et ne venez pas nous saouler.

yoly
Invité
je ne suis pas d accord avec le commentaire sur la consommation. Cette voiture m’interesse énormément, j’attends le retour sur la consommation pour me décider. Nous sommes tous d’accor pour convenir que pour une utilisation journalière on ne tape pas chaque fois le rupteur? Si en conduite « civilisée » la voiture consomme 7 ou 10 litre est pour mois important. J’ai eu l’occasion d’essayer la focus rs et niveau prix performance, c’est pour moi un must mais une fois que vous avez roulé avec une semaine et que vous vous rendez compte que même en suivant les limitations scrupuleusement et sans… Lire la suite >>
sylver
Invité

Moi

yoly
Invité

oups en effet, je ne me suis pas relu

désolé

Ax sport
Invité

Lorsqu’on lit tous les essais (anglais nottement) sur le net, c’est la Fiesta qui est quasiment tout le temps la mieux notée !!!! C’est la bonne surpises des GTI !!! Et non le moteur essence n’est pas mort !!! Cool !!!! 😉

Valde
Invité

Il ne faut pas oublier que les journaux britanniques sont très pro-Ford, tout comme les journaux français sont très pro-Renault/pro-PSA, et les journaux allemands très pro-VW.
Pour la plupart.

axsport
Invité

C’est pour ça que la Clio 4 RS se fait chahuter par nos journalistes français ??? 😉

Pat
Invité

Oui, AXsport, j’allais faire la même remarque.

Certains médias français sont spécialement anti-françaises pour des raisons capitalistiques : présence de groupe allemand dans le capital (par exemple VAG) ou de conccurent français (Bolloré qui ne veut pas entendre parler de Renault sur les médias qu’il controle) ou pour des raisons financières (VW dépense 150 M€ de plus pour faire sa pub que ses concurrents). ,

Zagato
Invité

Pour une fois que les médias français sont réalistes! La clio rs IV est moins passionnante que la III. C’est comme ca… Pour le reste vous êtes chauvins mais je trouve ca bien de défendre ses produits… sans en faire trop biensur 🙂

wpDiscuz