par Le Blog Auto

Comment fonctionne un embrayage ?

C’est une pièce mécanique cachée à laquelle on ne pense que lorsqu’il faut la changer. L’embrayage est même de plus en plus oublié avec l’avènement des boîtes automatisées double embrayage et la disparition de la pédale de gauche. Mais, au fait, comment fonctionne un embrayage ?

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Dans une voiture, on remplace régulièrement les pneumatiques, les plaquettes de frein, les divers filtres (à air, à huile, à gazole, d’habitacle, etc.), les balais d’essuie-glace, ou autre. Il y a la courroie de transmission pour les modèles qui n’utilisent pas une chaîne, qui revient environ tous les 100 000 à 120 000 km.

Essentiel au bon fonctionnement d’une voiture

Pour l’embrayage, les modèles actuels atteignent 150 000 à 200 000 km avant de devoir s’y pencher. En fonction de la conduite et du type de trajets, certains véhicules n’ont même jamais besoin d’avoir leur embrayage changé. A l’inverse, certains demanderont à être remplacés après 100 000 km seulement.

L’embrayage, c’est un ensemble de pièces qui permet de lier solidairement la sortie du vilebrequin à  la boîte de vitesses et ainsi à l’arbre de transmission. Cet embrayage va pouvoir être débrayé ou désaccouplé. Cela permet alors de changer de rapport de boîte avant de re-embrayer le système et ainsi réaccoupler le moteur à la boîte pour faire avancer le véhicule.

Pour schématiser, un embrayage ce sont deux disques avec un coefficient de frottement élevé qui peuvent frotter l’un sur l’autre ou s’éloigner pour ne plus être liés. L’un des deux disques est le volant moteur, et l’autre, capable de bouger grâce à l’action de la fourchette d’embrayage et d’un plateau de pression qui va venir le plaquer sur le volant moteur est appelé disque d’embrayage.

Pourquoi cela s’use un embrayage ?

Vous l’avez déjà entendu, ou même déjà vécu, à un moment de la vie d’une automobile, il faut procéder à un changement d’embrayage. Mais, pourquoi ? En fait, aux deux phases, embrayé/accouplé, débrayé/désaccouplé, s’ajoute une troisième phase, intermédiaire. C’est la phase transitoire dite de glissement, quand on relâche progressivement la pédale d’embrayage et que le disque commence à frotter sur le volant moteur. C’est le fameux « point de patinage » que l’on apprend lors des cours de conduite d’une automobile.

Cette phase va typiquement user petit à petit la garniture du disque d’embrayage. La garniture est, un peu comme les plaquettes de frein, un composé avec un fort coefficient de frottement. Si on reste trop souvent au point de patinage, ou si on brutalise un peu trop son embrayage en relâchant trop vivement la pédale, ou en accélérant fortement au point de patinage, on va alors user prématurément son embrayage. Il en est de même si on garde le pied légèrement appuyé sur la pédale d’embrayage.

Quand la garniture n’est plus suffisamment présente, le disque d’embrayage va glisser par rapport au volant moteur, même en position embrayée. Le moteur va alors monter dans les tours sans que la vitesse ne varie aussi fortement qu’au début de la vie de l’embrayage. Un autre symptôme peut être de ne plus pouvoir passer facilement les vitesses à l’arrêt.

Il n’existe bien entendu pas qu’un seul type d’embrayage même si le « mono-disque » (un seul disque d’embrayage) est le plus répandu sur nos voitures. On peut aussi avoir 2 disques d’embrayage ou plus. Cette technique permet de passer plus de couple moteur pour un même diamètre ou d’avoir une pièce plus compacte pour un même couple moteur transmis.

Il existe aussi des embrayages centrifuges. Avec la vitesse de rotation de l’axe moteur, des pièces vont s’écarter pour venir créer le frottement sur un disque extérieur. L’intérêt est de se passer de pédale d’embrayage. Il est plus utilisé sur des outils thermiques même si des voitures l’ont utilisé.

Combien cela coûte de changer un embrayage ?

De par sa position entre le moteur et la boîte de vitesses, l’embrayage est une pièce difficile d’accès. Selon les modèles automobiles, ce changement peut demander de déposer plus ou moins d’éléments du compartiment moteur, dont au moins l’axe de transmission et évidemment la boîte de vitesse. Il y a même des voitures où il faut absolument sortir le moteur de sa baie pour pouvoir accéder à l’embrayage et le changer. Résultat, c’est une opération qui demande plusieurs heures de main d’œuvre.

C’est pour cela qu’au prix de la pièce elle-même, il faut rajouter des centaines d’euros pour le temps de travail du mécanicien. Globalement, le changement d’un embrayage coûtera entre 500 et 800 € pour un véhicule généraliste. N’hésitez pas à demander plusieurs devis car certains professionnels n’hésitent pas à gonfler le temps nécessaire au remplacement. Un garagiste indépendant, ou même un centre auto pourraient largement vous surprendre par rapport à un concessionnaire officiel de la marque. Pourtant, les pièces montées sont de la même qualité et sont approuvées par le constructeur.

En conclusion, si vous sentez une pédale d’embrayage au comportement différent de d’habitude, ou si vous entendez votre moteur monter dans les tours sans que votre voiture n’accélère aussi rapidement qu’avant, ou si les vitesses (la marche arrière par exemple) ont du mal à passer de façon fluide, n’hésitez pas et filer voir votre mécano favori. Cela peut éviter une panne qui nécessitera un dépannage coûteux.

Pour résumer

C’est une pièce mécanique cachée à laquelle on ne pense que lorsqu’il faut la changer. L’embrayage est même de plus en plus oublié avec l’avènement des boîtes automatisées double embrayage et la disparition de la pédale de gauche. Mais, au fait, comment fonctionne un embrayage ?

Le Blog Auto
Rédacteur
Le Blog Auto

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.