par Thibaut Emme

Oullins (Lyon) : fermeture des parcs-relais pour récupérer le foncier ?

Le torchon brûle entre élus de la Métropole de Lyon. Des élus écologistes considèrent que les parcs relais du métro sont une incitation à prendre sa voiture...

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

C'est le Progrès qui lève le lièvre dans une entrevue avec Jean-Charles Kohlhaas, le vice-président chargé des Transports de la Métropole. Ce dernier sort de son chapeau un sondage indiquant que 71% des utilisateurs des parcs relais d’Oullins pourraient venir autrement qu’en voiture. Selon lui, une "grosse majorité" de ces utilisateurs ne sont pas des habitants de Oullins, mais de Saint-Genis-Laval.

Saint-Genis-Laval fait partie de la Métropole, mais pour l'élu écologiste, comme ils vont avoir leur propre station de métro fin 2023, avec un parc relais TCL autour, il est temps de regarder pour récupérer le foncier du parc relais d'Oullins. En clair, on refourgue le bébé au voisin.

Le "bébé", ce sont des gens qui viennent de la périphérie de Lyon en voiture, faute de mieux quoi qu'en dise l'élu, pour prendre le métro. Il faut donc bien des parcs relais pour déposer la voiture dans la journée. Mais, l'élu se justifie de son idée qui semble pourtant contreproductive : "La liberté individuelle se heurte à la liberté des autres. Le parc relais devrait être utilisé par ceux qui ne peuvent pas faire autrement. Je pense aux personnes à mobilité réduite, aux personnes âgées ou malades qui se déplacent difficilement à pied. Ceux encore qui n’ont pas de ligne de bus à proximité" dans des propos rapportés par le Progrès.

Sauf qu'il en dit sans doute trop et dévoile l'idée qu'il a derrière la tête. Selon lui, les parcs relais sont "du foncier qui pourrait être utilisé à d’autres activités". Bingo, récupérons les terrains de la Saulaie Nord et Sud, et tant pis pour le métro et ceux qui veulent le prendre (le parc relais étant quasiment tout le temps complet NDLA). Ils n'auront qu'à aller à Saint-Genis-Laval, un peu plus loin. Quant aux terrains (en friche pour certains), ils ne seront sans doute pas transformés en parc verdoyant, mais sans doute plutôt en habitations.

Notre avis, par leblogauto.com

Pour inciter les gens à prendre les transports en commun, il faut qu'ils soient pratiques et nombreux. En voulant supprimer un parc relais important, cet élu montre que l'incitation lui importe guère. Surtout, il considère que c'est à la ville voisine de prendre toute sa part de l'intermodalité au lieu de partager la charge.

Ces bisbilles entre communes d'une agglomération ne sont pas nouvelles. A Grenoble, l’accès au pont Esclangon, en direction de Fontaine a été fermé, pour 2 mois supplémentaires, par le maire Eric Piolle (écologiste) sans concertation avec la ville de Fontaine, ni avec la Métropole visiblement. Cette dernière a attaqué en référé l'arrêté municipal de la ville et Grenoble a perdu. Grenoble a été condamné à verser à la Métropole la somme de 1 500 euros au titre des dépens.

Sauf que le pont Esclangon reste fermé à toute circulation motorisée ! Bien que condamnée, la Mairie de Grenoble continue de bloquer la circulation. La justification est de vouloir protéger les usagers vulnérables pour la traversée du pont. C'est surtout une manière d'obliger les habitants de Fontaine sur un autre trajet. La contrainte plutôt que la concertation.

En Ile-de-France, la ville de Paris fait un peu de même avec ses communes voisines. Surtout, les parcs relais n'ayant pas été prévus plus que cela dans le Grand Paris, l'accès aux transports en commun pour les "banlieusards" n'est pas forcément optimisé ce qui réduit la bascule entre voiture individuelle et TC.

Illustration : copie d'écran Google Street View

Pour résumer

Le torchon brûle entre élus de la Métropole de Lyon. Des élus écologistes considèrent que les parcs relais du métro sont une incitation à prendre sa voiture...

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.