Scandale : 40% des codes de la route frauduleux ?
par Thibaut Emme

Scandale : 40% des codes de la route frauduleux ?

Ces informations émanent du Syndicat national des inspecteurs (Snica FO) qui prêche évidemment pour sa paroisse. Selon le Snica FO, 40% des codes délivrés seraient frauduleux ! Un chiffre important qui pousse le syndicat à réclament un retour en arrière.

Zapping Le Blogauto Essai du Renault Espace - 200 chevaux

Ces 40% de "faux codes" selon le Snica FO désorganisent la suite de la chaîne d'apprentissage du permis puisque les auto-écoles se retrouveraient avec des candidats au permis ne connaissant pas leur code. Plutôt gênant en effet. Toujours selon le syndicat, ces attestations frauduleuses seraient à la fois dues aux conditions des examens, mais aussi à la complicité de surveillants d'examen. Il faut en plus ajouter les attestions obtenues sans même avoir passé l'examen du code.

Et les auto-écoles se plaignent du fait de ne pas pouvoir contrôler la véracité du document produit par les candidats au permis. Certains ne se cachent même pas d'avoir acheté leur code sur Internet.

Pourquoi autant de fraude ?

Selon le syndicat, la fraude aurait explosé avec la privatisation en 2016. A cette date, les centres d'examen qui étaient publics ont été ouverts au privé (huit opérateurs La Poste, ObjectifCode, Code’nGo!, Pointcode, Dekra, France Code, Exacode et My Easy Code). Le but était de créer plus de place et de fluidifier le passage de l'examen. Et cela a porté ses fruits puisque les données gouvernementales indiquent que 142 000 places supplémentaires ont été créées pour les candidats. Plus de dates, plus de places, plus d'heures disponibles.

Sauf que cette bonne nouvelle s'accompagnerait donc de plus de fraudes. Evidemment, le syndicat prêche pour sa paroisse et réclame le retour dans le domaine public de l'examen. Selon Simon Bergue, secrétaire général du Syndicat national des inspecteurs Snica FO, le privé serait donc favorable aux fraudes, mais le public non.  "Nous savons que lorsque c'était l'administration qui faisait passer l'examen, la fraude était presque inexistante", assure Simon Bergue.

Oui, la fraude augmente, c'est un fait connu et reconnu de la Sécurité Routière. Mais, contrairement à ce qu'avance le syndicaliste, ce n'est pas la privatisation qui en est à l'origine. Il est désormais plus simple de trouver des fausses attestations via les réseaux sociaux. De plus, la corruption est autant le fait du privé que du public.

Comment fraude-t-on ?

La fraude au code de la route peut donc passer par un achat d'un faux document sans passer l'examen. Mais, on peut aussi envoyer quelqu'un d'autre le passer. Il semble, toujours selon le syndicat qu'il est "simple" d'envoyer une autre personne sans que l'identité ne soit vraiment vérifiée. Il arriverait même que ce soit l'examinateur qui passe le test à la place du candidat. La Sécurité Routière ne nie pas que cela existe et c'est d'ailleurs pour cela que les contrôles se renforcent d'année en année.

Selon l'institution, la fraude ne serait pas de 40% contrairement à ce qu'avance Snica FO. Sur les 1,8 million de candidats qui passent le code chaque année, cela ferait plus de 700 000 fraudes. La SR ne donne pas de chiffre mais parle d'un ratio très faible.

Enfin, dans la triche au code, il y a le basique "copiage" sur le voisin. C'est le propos de Damien Mascaras, secrétaire général adjoint et délégué régional des Pays de la Loire au Snica FO : "les conditions de passage de l’examen ont été fortement dégradées, avec des petites salles sans espace entre les candidats et avec peu de surveillants qui ne contrôlent pas systématiquement les identités.". Et là, à part avoir bien plus de surveillants (publiques ou privés) ou mettre 10 mètres entre chaque candidat, il n'y a guère de solution. Enfin si : pourquoi pas un examen individuel ? Mais là, il faudrait 30 ou 40 fois plus d'examinateurs.

Notre avis, par leblogauto.com

Les chiffres avancés par le syndicat sont à prendre avec des pincettes. En effet, Simon Bergue accentue forcément la fraude pour "faire peur" et militer pour le retour dans le giron du public de l'examen. Or, la fraude n'est pas une question de public ou privé. La preuve, il y a des fraudes à tout un tas d'examens publics (BAC ou autres).

Une des solutions pourrait être de faire passer un examen du code régulièrement, tous les 5 ans par exemple. Cela permettrait en plus de remettre à niveau les conducteurs, et de bien vérifier leur aptitude à conduire sur la route en sécurité.

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men Life
 

Pour résumer

"Nous voudrions un retour de l'examen du code de la route dans le giron public. Il faudrait à peu près 90 inspecteurs du permis de conduire pour pouvoir faire tous ces examens", estime Simon Bergue, secrétaire général du Syndicat national des inspecteurs Snica FO.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.