par Thibaut Emme

Incendies de bus électriques : la RATP stoppe les BlueBus Bolloré

Il y a quelques jours, un premier bus Bolloré BlueBus avait pris feu et avait été détruit par les flammes. Un deuxième vient d'être également victime d'un incendie et la RATP a décidé de suspendre le temps d'une enquête les BlueBus.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

La régie des transports urbains de la région parisienne, la RATP, connait un nouvel incendie de bus 100% électrique en moins d'un mois. Comme le 4 avril 2022, c'est un bus Bolloré qui a été entièrement consumé. "Par mesure de précaution", la RATP a annoncé quasi immédiatement suspendre provisoirement du service ces bus. Cela représente près d'un tiers de sa flotte d'autobus électriques.

Heureusement, le machiniste a réagi promptement et a évacué immédiatement les voyageurs. Aucun blessé n'est à déplorer, bien que le conducteur a été pris en charge par son encadrement. Les bus touchés sont des "Bluebus 5SE" (12m 360 km d'autonomie). La flotte de la RATP en compte 149 de cette série.

Faire toute la lumière sur ces deux incendies

Bien entendu, Ile-de-France Mobilités (l'instance publique de gestion des transports publics dans la région parisienne) demande à la RATP de diligenter une enquête pour faire toute la lumière sur ces incendies. Il faudra voir techniquement si c'est un souci avec ces bus en particulier, le type de bus, ou si c'est le hasard.

De son côté, 'Association des Usagers des Transports/FNAUT Ile-de-France réclame des actions "correctrices rapides de la part du constructeur". On ne sait à ce stade pas du tout si le constructeur est en cause. La RATP demande au groupe Bolloré de se pencher sur ces cas d'incendie et de voir la marche à suivre pour pouvoir remettre rapidement en exploitation les BlueBus.

C'est une loi des série étrange puisque la RATP exploite des bus électrique depuis 6 ans, avec près de 500 bus 100% électriques de trois constructeurs, sans qu'aucun incident majeur n'ait été à déplorer jusqu'alors.

Refroidir les batteries en feu

Le problème des véhicules électriques à batterie lithium, c'est que le feu des batteries est quasiment impossible à éteindre. Cela dégage en plus des produits dans l'atmosphère. Bolloré n'est pas le seul constructeur touché par des incendies. Un autre bus, un e-Atak de la marque turque Karsan, selon le quotidien local L'Indépendant, a pris feu aujourd'hui dans l'Aude, sans faire de victimes.

Sauf qu'ici on en connait la cause, le conducteur du bus en test a dû dévier de sa trajectoire pour éviter un autre véhicule et a accroché une pile de pont. Cela a visiblement endommagé la batterie. C'est un autre souci des batteries li-ion, une fois une cellule endommagé, l'incendie est quasi systématique.

Les incendies de véhicules, et notamment de bus, n'est pas rare. Le 24 janvier dernier, un bus "accordéon" thermique a entièrement brûlé dans un incendie accidentel à Arcueil. La différence entre les bus thermiques et les bus électriques est la difficulté des pompiers face à la batterie lithium et aux nouvelles procédures face à ces incendies.

Face à une batterie li-ion en feu, il y a la possibilité de recouvrir de sable, mais surtout il existe de nouveaux extincteurs mousse+additif. Difficile à étouffer car il génère son propre oxygène, le feu de batterie demande surtout d'être refroidi fortement pour être contrôlé. Chez Bolloré, on utilise la batterie tout-solide LMP® Blue Solutions (lithium métal polymère).

Pour résumer

Il y a quelques jours, un premier bus Bolloré BlueBus avait pris feu et avait été détruit par les flammes. Un deuxième vient d'être également victime d'un incendie et la RATP a décidé de suspendre le temps d'une enquête les BlueBus.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.