par Thibaut Emme

Le camion hydrogène de Nikola ne roulait pas vraiment ?

Le cabinet Hindenburg Research publie un rapport accablant selon lequel, le camion Nikola que l'on voyait rouler dans une vidéo promotionnelle n'avançait pas tout seul.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Décidément, Nikola est sur le devant de la scène en ce moment. Il y a une semaine, General Motors (GM) et Nikola annonçaient un accord sur la production du pickup Badger. Déjà, nous nous interrogions sur ce que Nikola avait réellement à vendre si ce n'est des idées (mais pas de technologie). Il semble donc que Hindenburg Research corrobore cette opinion. Mais, Nikola réplique et accuse le cabinet d'être un vendeur à découvert (*).

En effet, le cabinet a publié un rapport étayé par des preuves nombreuses (appels téléphoniques, sms, mails, et même des photographies) qui montreraient que Nikola et Trevor Milton son fondateur ont menti. Si cela s'avère, ce serait grave. Déjà car le mensonge aux USA est très mal vu dans la société (cf. parjure, etc.) mais également car Nikola aurait réalisé son IPO (introduction en bourse) et signé l'accord avec GM "sur du sable".

Selon le cabinet, Nikola a déjà menti par omission sur les batteries. La technologie promise s'est révélée un "vaporware" (technologie qui s'évapore) mais la startup n'a jamais fait machine arrière. Ils compilent une liste à la Prévert de mensonges ou omissions supposés assez intéressantes à consulter (voir ici).

Une pente, et roule le Nikola One !

Venons-en au camion qui ne roulait pas par lui-même. En 2018, Nikola a dévoilé une vidéo dans laquelle on voit leur semi-remorque évoluer à bonne allure sur une route. Selon les informations de Hindenburg Research, le camion a en fait été tracté en haut d'une colline puis poussé et entraîné par sa seule inertie ! Il roulait à l'énergie potentielle en fait...

Pour rappel, le camion Nikola One était sur le papier électrique avec une pile à combustible à hydrogène. Nikola clamait "Regardez, le Nikola One en mouvement". En mouvement...voilà. Nikola n'a jamais dit qu'il avançait par lui-même mais simplement qu'il était en mouvement.

Hindenburg Research a même retrouvé la portion de route du tournage. Ils ont placé un gros SUV Honda en haut de la pente et l'on laissé rouler au point mort. 56 mph en vitesse de pointe (90 km/h) et un véhicule qui parcourt seul 2,1 miles (soit 3,4 km). Nikola n'a pas vraiment menti (c'est leur défense) mais n'a pas du tout démenti les articles qui ont suivi, supposant que le véhicule fonctionnait réellement.

Une liste à la Prévert

Et ce ne sont pas les seuls "arrangements" avec la réalité qui seraient fait par Nikola. Batteries innovantes ("game changer"), autarcie électrique du QG avec des panneaux photovoltaïques fantômes, recrutements familiaux (et/ou d'amis) qui questionnent, etc. Il y a même 5 exemplaires du Nikola Tre qui seraient prêt pour ce mois de septembre, sauf que le partenaire Bosch indique qu'ils ne sont pas prêts, et loin de l'être.

Le cabinet n'y va pas par quatre chemins, Nikola serait donc du vent, organisé sur des dizaines de "mensonges". A la fin de la lecture de ce rapport, on en vient à se demander ce que GM vient faire dans cette galère. A moins que le constructeur américain sait où il met les pieds et se sert de Nikola pour produire des crédits EV. La technologie et le cycle produit viendront de GM. Et de Nikola ? La communication sans doute.

Nikola réplique contre le cabinet "vendeur à découverte"

En revanche, Nikola risque d'avoir à affronter des attaques d'investisseurs si le cabinet Hindenburg Research a vu juste. L'action Nikola (NASDAQ:NKLA) est passé par un plus haut à près de 94 dollars, avant de chuter et de s'établir à l'heure actuelle sur les 30 dollars. Le gendarme de la bourse américaine, la US Securities and Exchange Commission (SEC), se penche sur les allégations du cabinet pour voir s'il y a du vrai derrière tout cela.

Du côté de Nikola, on indique que le rapport du cabinet est diffamatoire. Pour la société, le rapport tombe de façon opportune pile après l'annonce de l'accord avec GM. Nikola accuse directement le cabinet Hindenburg d'être un "activist short-seller", à savoir un vautour financier qui fait des allers-retours sur des titres en bourse, quitte à jouer à la baisse (vente à découvert) et annoncer de mauvaises nouvelles pour influer les marchés.

En revanche, Nikola admet que le camion ne pouvait pas se mouvoir par lui-même dans la vidéo puisque la société a décidé de basculer la R&D sur le Nikola Two et n'avait donc pas de système propulsion fonctionnel.

Une guerre à plusieurs milliards de dollars

"Ces allégations du vendeur à découvert sont fausses et trompeuses et visent à manipuler le marché afin de profiter d'une baisse fabriquée du cours de l'action de Nikola".

La guerre des communiqués et potentiellement des procès devrait continuer de plus belle. Il faut dire qu'il y a des sommes colossales en jeu, des deux côtés. Lors de l'introduction, la valorisation de la société (qui ne produit rien pour le moment rappelons-le) était de 30 milliards de dollars ! Des milliards qui se sont en partie évaporés avec un cours divisé par trois.

Pour la réponse de Nikola à Hindenburg, c'est à lire ici. Nikola continue d'affirmer que le Nikola Tre (semi à batterie) sera présenté "bientôt" et doit toujours arriver courant 2021. Le Nikola Two pour sa part (à hydrogène) est attendu pour le deuxième semestre 2023.

(*) le vente à découvert consiste à "jouer à la baisse". On vend une action à un prix P1. On ne détient pas l'action au moment de la vente, mais on a un délai pour la livrer. Puis, on espère une baisse. On achète alors une action à un prix P2 plus bas pour couvrir la vente. On empoche la différence. En anglais, on les appelle les personnes qui font cela des "short sellers" ou "short" car ils n'investissent pas dans l'entreprise (comme un investisseur à moyen ou long terme).

Pour résumer

Le cabinet Hindenburg Research publie un rapport accablant selon lequel, le camion Nikola que l'on voyait rouler dans une vidéo promotionnelle n'avançait pas tout seul.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.