Essai Volvo EX30 de 428 ch
Lancer le diaporama
Essai Volvo EX30
+20
LANCER LE DIAPORAMA
par Pierrick Rakotoniaina

Essai Volvo EX30 de 428 ch

Volvo sera devenue une marque 100% électrique d’ici 2030. Avec la nouvelle EX30, la seconde électrique du catalogue, le constructeur d’origine suédoise marque le point de départ d’une nouvel ère, comme le XC90 en son temps. Nous en avons pris le volant sur les routes de Camargue.

Zapping Le Blogauto Essai de l'Abarth 500E

Une nouvelle ère

Essai Volvo EX30 de 428 ch - Une nouvelle èreLancer le diaporama
Essai Volvo EX30
+20

Il faut remonter à la compacte C30 pour retrouver une « petite » Volvo au catalogue. Avec l'EX30, le constructeur pourrait bien s’imposer encore un peu plus dans les rues qu’auparavant. Il inaugure surtout le nouveau design de la maison. Ce petit SUV aux airs futuristes a du charme. La signature lumineuse de jour à leds garde l’esprit du marteau de Thor. 

 

L’EX30 n’apparait pas très imposant, avec ses modestes cotes: 4,23 m de long, et 1,54 de haut. Il se glissera sans trop de difficultés dans les plus parkings les plus difficiles. La voiture semble robuste avec ses larges flancs. L’arrière surprend, avec des feux à deux étages à lamelles entourant l’inscription « VOLVO ». La petite vitre arrière complique un peu la visibilité. 

Un habitacle au style dépouillé

Essai Volvo EX30 de 428 ch - Un habitacle au style dépouilléLancer le diaporama
Essai Volvo EX30
+20

Pour ceux qui ne le savent pas, la voiture partage nombre d’éléments avec la Smart #1 ou la ZeekR X. Les trois blasons étant propriétés du groupe chinois Geely, on pourrait s’attendre à quelques similitudes. Il n’en est rien, au point même de carrément l’oublier. Le Suédois joue la carte d’un intérieur hyper dépouillé, peut-être un peu trop au goût de certains. Le constructeur fait la part belle aux matériaux recyclés. Elle parait du coup un peu moins chic que ce que l’on connait d’habitude chez Volvo. 

 

Pour autant, on navigue dans une ambiance plutôt zen, qui va assez bien à cette voiture électrique très silencieuse. Vous l’avez déjà remarqué, l’instrumentation se contente d’un écran central, que l’EX30 vous décourage d’observer avec une alerte de vigilance assez intrusive. Une caméra derrière le volant veille sur vos yeux, et active une alerte sonore s’ils quittent trop la route. La vitesse s’affiche au-dessus de l’écran. L’ergonomie des menus déroute, mais on peut imaginer que l’on finit par s’y faire. On se sent un peu à l’étroit à l’arrière. On regrette un coffre de seulement 318 l de contenance, faisant moins bien que des citadines. 

Accrochez-vous!

Essai Volvo EX30 de 428 ch - Accrochez-vous!Lancer le diaporama
Essai Volvo EX30
+20

On peut dire ce que l’on veut des électriques, mais il faut reconnaitre que beaucoup d’entre elles rendent la haute performance moteur accessible. Dans le (futur) monde d’avant, il fallait payer encore plus cher que l’EX30 pour avoir 428 chevaux, assurant un 0 à 100 km/h en seulement 3,6 secondes. Pour profiter du maximum de la puissance, il faut activer en passant par quelques manipulations sur l’écran, dans un mode activant les 4 roues motrices de manière permanente. Même sans ça, la voiture décolle en un clin d’oeil. 

 

Il n’a ainsi absolument peur de rien, et dépasse sans aucune difficulté tout ce qui se présente devant lui, sportives comprises. Attention au permis de conduire… Mais sécurité oblige, cette Volvo dispose de tous les ADAS nécessaires pour veiller au grain, et limiter vos pulsions. Nous n’avons pas conduit la voiture suffisamment longtemps pour tirer des conclusions sur l’autonomie. On a noté toutefois sur route une consommation dépassant les 20 kWh aux 100 km, sans jouer le jeu de l’éco-conduite non plus. 

80% en 27 minutes

Essai Volvo EX30 de 428 ch - 80% en 27 minutesLancer le diaporama
Essai Volvo EX30
+20

Finalement, la haute performance offerte par les deux moteurs finit par rendre malade les malheureux passagers qui subissent vos envies de sensations. Quand on ne se presse pas, on apprécie alors le bon niveau de confort, « matchant » parfaitement avec l’ambiance zen qui règne à bord. Volvo s’est fait d’ailleurs l’économie d’un système audio à multiples haut-parleurs, pour une barre de son à la base du pare-brise. L’idée semble intéressante, mais sa qualité reste à perfectionner. 

 

Toutefois les suspensions pompent parfois sur les routes les plus dégradées. Rien de rédhibitoire, mais certains concurrents sont mieux amortis que lui dans ces situations. Au volant, on ne ressent pas tant son poids, l’EX30 faisant preuve dans bon équilibre en virage. On en devient même gourmand, et l’on regrette une direction un peu trop déconnectée de la route. Comptez 27 minutes pour passer de 10 à 80% en sur une DC. Nous le reprendrons prochainement pour mieux évaluer son autonomie. 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

La Volvo EX30 a de bons arguments pour convaincre une partie de sa propre clientèle qui ne trouvait pas jusqu’ici d’électrique compacte dans la gamme. Le segment voit arriver une nouvelle concurrente qui ne fait peut-être pas mieux que les autres. Son charme suédois apporte toutefois son lot de fraicheur. La gamme démarre à 37 500 € en deux roues motrices. Notre version hyper équipée et performante réclame plus de 56 000 €. Un dernier mot sur son lieu de production. Aujourd’hui les exemplaires nous arrivent de Chine, mais dans quelques mois les modèles européens sortiront de l’usine de Gand en Belgique.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos