par Elisabeth Studer

Embargo de l’UE sur le pétrole russe imminent selon l’Allemagne

L’embargo de l’Union européenne sur le pétrole russe devrait se concrétiser d'ici quelques jours. C’est en tout cas ce qu’a déclaré le ministre allemand de l'Économie Robert Habeck. Reste qu’à l’heure actuelle le sujet ne fait toujours pas l'unanimité au sein des 27. Un prérequis toutefois indispensable pour qu’une décision finale puisse être entérinée.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Embargo sur pétrole russe : « une percée d'ici quelques jours »  affirme  Robert Habeck

"Il n'y a plus que quelques États, surtout la Hongrie, qui ont signalé des problèmes", a déclaré  Robert Habeck Habeck lundi soir à la télévision publique allemande ZDF. Indiquant que les discussions se poursuivaient.  « Je pense que nous allons réussir une percée d'ici quelques jours"  a-t-il estimé.

Si les membres de  l’UE  ont d’ores et déjà annoncé la fin des importations de charbon russe à partir d'août prochain, un embargo sur le pétrole d'ici la fin de l'année est encore en cours de discussion. Mais il est désormais « à portée de main", selon le ministre allemand. Alors que les sanctions européennes devant être décidées à l'unanimité.

La Hongrie exige des garanties

À l'origine, Bruxelles prévoyait un arrêt des importations de pétrole brut russe dans les six mois et des produits raffinés d'ici la fin de l’année 2022.

Mais pour l’instant, la Hongrie refuse de donner son aval  sur ce sixième paquet de sanctions proposé par la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, en l’absence d’obtention de  garanties sur le maintien de son approvisionnement.

Le Premier ministre Victor Orban, qui a avalisé jusqu'à présent toutes les sanctions européennes, redoute également une hausse des prix. Et ce, même  s’il s’était montré proche de Vladimir Poutine, le maître de Kremlin, avant que la Russie n’envahisse l’Ukraine.  Une invasion  qui suscite désormais les craintes de la Hongrie, le pays redoutant que Moscou  veuille  remettre  dans son giron  les anciennes républiques soviétiques.

Pays enclavé, sans accès maritime  qui aurait faciliter des solutions alternatives, la Hongrie dépend fortement du pétrole acheminé de Russie par l'oléoduc Droujba. Confronté à cette problématique, Budapest a demandé une exemption pour son approvisionnement via cette voie.  Un volume représentant, avec 0,7 de 2,8 millions de barils par jour, une faible partie des achats européens.

Le gouvernement hongrois juge  insuffisant la dérogation de deux ans qui lui a été proposée ainsi qu’à la Slovaquie et la République tchèque. Demandant l’octroi d'un délai d’au moins quatre années  pour s’affranchir des livraisons russes et près de 800 millions d'euros en financements européens pour adapter ses raffineries et augmenter la capacité de l'oléoduc Adria qui vient de Croatie.

 Sources : AFP

Pour résumer

L’embargo de l’Union européenne sur le pétrole russe devrait se concrétiser d'ici quelques jours. C’est en tout cas ce qu’a déclaré le ministre allemand de l'Économie Robert Habeck. Reste qu’à l’heure actuelle le sujet ne fait toujours pas l'unanimité au sein des 27. Un pré-requis toutefois indispensable pour qu’une décision finale puisse être entérinée.
Reste donc à convaincre la Hongrie en lui offrant notamment des garanties d’approvisionnement.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.