par Elisabeth Studer

FCA : pas de réduction ou d’annulation du dividende exceptionnel

Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a tenu à indiquer que les termes de sa fusion avec le groupe PSA n'avaient pas changé. Une déclaration qui fait suite aux informations relayées par le journal économique italien Il Sole 24 Ore laissant entendre que le constructeur cherchait à se départir d'actifs pour réduire le versement de dividendes de 5,5 milliards d'euros qu’il prévoyait d’effectuer à ses actionnaires dans le cadre de sa fusion avec PSA.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

FCA s’en tient à l’accord conclu avec PSA

FCA a déclaré qu'il s'en tenait à l'accord conclu avec PSA en décembre dernier avant que la crise du Covid-19 ne freine lourdement la demande de véhicules. "La structure et les termes de la fusion sont convenus et restent inchangés", a déclaré un porte-parole du constructeur automobile.

PSA a déclaré pour sa part être resté "lucide face aux spéculations régulières auxquelles ce projet de fusion est soumis". Ajoutant qu'il mettait en œuvre l'accord contraignant signé par les deux sociétés en décembre.

Rumeurs de réduction voire d’annulation du versement de dividendes exceptionnels

En fin de semaine dernière, le quotidien italien Il Sole 24 Ore indiquait que FCA étudiait les différentes options qui pourraient être envisagées pour pouvoir réduire le dividende exceptionnel qu'il doit verser à ses actionnaires dans le cadre de l’opération. Le journal ajoutant que le constructeur envisageait notamment d'éventuelles cessions d'actifs.

FCA chercherait à contourner le versement du dividende exceptionnel

Selon le quotidien, FCA chercherait à réduire voire même à annuler le versement de ce dividende exceptionnel de 5,5 milliards d'euros afin que la nouvelle entité issue de la fusion puisse disposer d'une meilleure trésorerie pour faire face aux difficultés actuelles générées par la crise du coronavirus.

Le journal économique a déclaré que FCA pourrait chercher ainsi à économiser en réduisant la valeur du dividende exceptionnel, tout en envisageant de remettre des actifs aux actionnaires à titre de compensation.

Il Sole 24 Ore affirmait encore que les pourparlers n’étaient qu’à un stade très précoce et qu’aucune décision n'avait été prise, ajoutant que l'objectif était de maintenir la valeur de 5,5 milliards d'euros du dividende exceptionnel mais de transformer sa "nature" de trésorerie en actifs.

Rumeurs de scission de Sevel

Selon le journal italien, FCA et PSA étudieraient notamment la possibilité de scinder leur coentreprise Sevel, qui produit des fourgons. Sevel, qui produit des camionnettes dans l'usine d'Atessa dans le centre de l'Italie, la plus grande usine d'assemblage de fourgonnettes d'Europe, pourrait être évaluée entre 2,5 et 3 milliards d'euros, selon Il Sole.

La scission de l’entité pourrait également aider à répondre aux préoccupations de l'Union européenne concernant les conséquences de la fusion sur la concurrence dans le segment des petits utilitaires.

Cette option semblerait cependant compliquée, avait ajouté Il Sole, exigeant en effet que PSA transfère sa participation de 50% dans Sevel à FCA.

Rumeurs autour de Faurecia

Autre scénario envisageable selon le journal italien : l'abandon du désengagement programmé de PSA de l'équipementier Faurecia, dont le constructeur sochalien est pour l'instant l'actionnaire majoritaire.

Une source proche du dossier a déclaré que PSA pourrait plutôt vendre sa participation dans Faurecia avant la fusion et conserver en cash le produit de la vente au sein de la nouvelle société fusionnée.

Autre éventualité évoquée par le quotidien : une sortie du groupe FCA des marques Alfa Romeo et Maserati.

Le gouvernement italien frileux pour un versement en cash

FCA vient de consentir un prêt de 6,3 milliards d'euros soutenu par Rome  pour aider son unité italienne et l'ensemble de l'industrie automobile du pays à traverser la crise. Même si cet accord financier n’interdit pas à FCA de verser un dividende, celui-ci ne devant pas être versé avant 2021 et étant payé par la société mère néerlandaise Fiat Chrysler Automobiles NV, la classe politique italienne a toutefois remis en question un tel versement en cash.

Notre avis, par leblogauto.com

L’enjeu du dossier :  la valorisation des titres. Laquelle a grandement fluctué depuis les tractations initiales, suite notamment à la crise du coronavirus et les difficultés accrues du secteur automobile.

Si une révision du contrat s’avère difficile sans remettre en cause le planning initial, les cours boursiers – malmenés par la pandémie – ont modifié l’équilibre financier de l’accord.

FCA a beau démentir …. le sujet pourrait tout de même être bel et bien sur la table  …

Sources : Reuters, Automotive News, FCA, Il Sole 24 Ore

Pour résumer

Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a tenu à indiquer que les termes de sa fusion avec le groupe PSA n'avaient pas changé. Une déclaration qui fait suite aux informations relayées par le journal économique italien Il Sole 24 Ore laissant entendre que le constructeur cherchait à se départir d'actifs pour réduire le versement de dividendes de 5,5 milliards d'euros qu’il prévoyait d’effectuer à ses actionnaires dans le cadre de sa fusion avec PSA.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.