Accueil Politique Fonderies du Poitou : grève et appel à Renault « pour sauver » les...

Fonderies du Poitou : grève et appel à Renault « pour sauver » les emplois

0
2
PARTAGER

Une grande partie des 300 salariés du site Alu des Fonderies du Poitou d’Ingrandes (Vienne), en redressement judiciaire, se sont mis en grève et ont manifesté vendredi à Châtellerault pour appeler le groupe Renault à « sauver » les emplois, a-t-on appris de source syndicale.

Les salariés, en grève à l’appel de la CGT et de la CFE-CGC jusqu’à samedi après-midi, ont « arrêté toute production » avant qu’un rassemblement soit organisé devant la sous-préfecture pour « demander une table-ronde avec Renault et l’Etat pour parler de l’avenir du site », selon Géry Begeault, élu CGT.

Renault « délocalise toute sa production », a dénoncé le responsable, interrogé par l’AFP, alors que le site fabrique des culasses exclusivement pour Renault.

« Il faut que Renault nous accompagne et continue à nous donner des volumes », a ajouté l’élu selon qui « en dix jours, Renault vient de baisser son volume (de commandes) de 25% ».

 Lire également :
 Faut-il sauver les fonderies en France ?
Les Fonderies de Bretagne sont dans l’actualité. Plus généralement, ce sont les fonderies de France qui sont menacées. Mais pourquoi ?

Soutien de la Préfecture et de la Sous-Préfecture

La préfecture de la Vienne a confirmé qu’une délégation des grévistes avait été reçue par Christophe Pecate, sous-préfet de Châtellerault, « qui leur a indiqué que Mme la préfète de la Vienne et lui remonteraient à Paris leur demande de table-ronde avec Renault ».

Interrogé par l’AFP au moment de l’appel à la grève, le groupe Renault s’est refusé à tout commentaire.

Totalisant quelque 850 salariés, les deux unités aluminium et fonte des Fonderies du Poitou, ainsi qu’Alvance Aluminium Wheels, à Diors près de Châteauroux, sont les premières sociétés du groupe Alvance de l’Indo-Britannique Sanjeev Gupta, magnat de l’acier, à déposer le bilan depuis la chute de la société financière britannique Greensill, à qui le conglomérat doit des milliards d’euros.

Par AFP – ff-kd/swi/bow

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Fonderies du Poitou : grève et appel à Renault « pour sauver » les emplois"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Dom
Invité

Renault , c’est pas la SPA ou l’Abbé Pierre.
Et Toyota Valenciennes , jamais , non c’est pas pour eux .
pourtant vu le matraquage médiatique de Yaris made in France.
Le gouvernement a dit : les bons fournisseurs pour le Japonais et les croutes pour Renault.

Scal
Invité

Alors que Renault cherche à vendre les Fonderies de Bretagne, cette supplique semble complètement hors de propos.

wpDiscuz