Accueil Hydrogène Faurecia met les gaz sur l’hydrogène en Chine

Faurecia met les gaz sur l’hydrogène en Chine

0
14
PARTAGER

Faurecia vient d’acquérir la majorité des parts de CLD, l’un des principaux fabricants chinois de réservoirs d’hydrogène à haute pression.

L’équipementier automobile souhaite ainsi rapidement se faire une place au soleil sur le prometteur marché chinois.

La transaction sera conclue une fois les approbations réglementaires obtenues en Chine.

Faurecia prend le contrôle de CLD

Faurecia vient d’annoncer la prise de contrôle en tant qu’actionnaire majoritaire de CLD, une société chinoise spécialisée dans la conception et l’industrialisation de réservoirs à hydrogène. Cette acquisition permettra à l’équipementier d’intensifier sa présence sur le marché chinois.

Doté d’une équipe de 200 personnes et de deux usines, CLD affiche une capacité de production de 30 000 réservoirs par an.

Développement et production conjoints

Faurecia et CLD développeront et produiront des réservoirs homologués de stockage d’hydrogène de type III et IV pour le marché chinois.

CLD, dont le siège social est à ShenYang, compte près de 200 collaborateurs et 2 usines à Liaoning d’une capacité de production de 30 000 réservoirs par an.

Alors que la mobilité hydrogène prend rapidement de l’ampleur, Faurecia développe quant à lui des systèmes de stockage d’hydrogène et des services de distribution, ainsi que des systèmes de piles à combustible (par l’intermédiaire de Symbio, une coentreprise détenue avec Michelin). Ce périmètre représente 75 % de l’ensemble de la chaîne de valeur complète du système.

La Chine : un marché porteur pour l’hydrogène

« CLD est le partenaire idéal pour permettre à Faurecia d’accélérer la mobilité hydrogène en Chine. D’ici 2030, la Chine représentera un marché d’au moins un million de véhicules à piles à combustible », a déclaré à cette occasion Mathias Miedreich, le vice-président exécutif de l’activité Clean Mobility de Faurecia.

La société s’impose déjà comme un acteur établi et reconnu, fournissant des réservoirs homologués d’hydrogène aux principaux constructeurs asiatiques de véhicules commerciaux et utilitaires légers.

Notre avis, par leblogauto.com

A noter que l’équipementier est déjà très présent en Europe dans le domaine de l’hydrogène où il multiplie les projets. Une manière de maintenir une forte activité que la fin du diesel pourrait diminuer.

D’ici 2030, Faurecia prévoit une production annuelle de deux millions et demi de véhicules à hydrogène. Le groupe souhaite investir de manière significative dans le secteur avec pour objectif de devenir un leader mondial de la mobilité hydrogène.

Sources : Faurecia

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Faurecia met les gaz sur l’hydrogène en Chine"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Mwouais
Invité

Faurecia et H2 dans un titre et un camarade de jeu adepte toujours absent pour commenter.

Blague à part, la révolution H2 décidée suite de la révolution électrique à batterie risque de nécessiter encore plus de primes pour s’imposer si j’en crois l’attrait par ici.

SGL
Invité

On fait tellement peu dans le h2 que cela ne doit pas bien nous coûter bien en France… Surtout quand l’on se compare à nos voisins

Mwouais
Invité

Déjà quelques millions de subsides locaux.

Christophe
Invité
Et combien de subsides locaux pour développer une technologie qui est aberrante en terme de pollution et d’atteinte de la neutralité carbone. En effet, il faut intégrer les données suivantes : – une étude récente confirme une étude de 2016 selon lesquelles une voiture électrique plus lourde de 300 kg n’émet pas moins de particules qu’une voiture thermique. Le gain potentiel provenant du freinage régénératif étant soumis à certaines conditions. – une étude récente indique que les particules d’usure des freins et des pneus seraient les plus toxiques après les particules de combustion du chauffage au bois, – les particules… Lire la suite >>
beniot9888
Invité

Ah ouais ?
Parce que moi, j’ai lu « une étude récente » qui disait pile l’inverse. Et en plus, « une étude récente » démontre que l’énergie du futur, c’est le pet de licorne.
Alors si je rajoute une dose de « tout le monde sait que » et une autre de « évidemment que », je pense que la démonstration est claire.

Mwouais
Invité

@benoit :en effet, les études sont désormais comme la mode vestimentaire : tout le monde crois que son affirmation est bonne une fois le déguisement fait à son style, à sa mesure.

Les licornes ne pètent pas, c’est bien là le problème. Faudrait essayer de les nourrir au cassoulet nappé de humous ?

Christophe
Invité
Christophe
Invité
Christophe
Invité

https://www.sera.asso.fr/index.php/le-pouvoir-oxydant-des-particules-fines-de-lair-accredite-les-risques-sanitaires/
« Les particules les plus toxiques seraient celles issues du chauffage au bois et de l’usure des freins et des pneus »

Christophe
Invité

@beniot9888
On attend donc ton étude récente qui dit tout l’inverse.
Pour l’usure des pneus, cela va être compliqué d’aller à l’encontre de la physique.

r.burns
Invité

Une étude de 2016… certains n’ont pas honte de leurs arguments…

Mwouais
Invité

Qu’est ce qui a changé entre maintenant et 2016 pour les particules des VE ? Par contre les véhicules thermiques sont théoriquement plus vertueux.

Le bien fondé de cette étude est autre chose mais pointer la date ????

Christophe
Invité

@Mwouais
Ce qui a changé : des VE de plus en plus lourds puisqu’embarquant de plus en plus de batteries.
Par contre sur les VT (hors HEV et PHEV) on remarque un allégement après une augmentation continue.

Christophe
Invité

@r.burns
« une étude récente confirme une étude de 2016 » donc 2 études qui confirment ce que d’autres ont aussi indiqué : IFPEN, ANSES, ADEME, etc.

wpDiscuz