Accueil Constructeurs chinois VE chinois : nouvel adversaire de l’industrie auto allemande

VE chinois : nouvel adversaire de l’industrie auto allemande

0
53
PARTAGER

Les constructeurs chinois exportent de plus en plus de voitures électriques ( VE) vers l’Europe. Un constat dressé par des experts dans un article du réputé journal allemand Der Spiegel.

Lequel titre ni plus ni moins que « les groupes de l’Empire du Milieu sont les nouveaux adversaires de l’industrie automobile allemande ». Pointant tout particulièrement du doigt MG, Polestar  et Aiways

La Chine grignote petit à petit le marché européen des VE

Si certes un peu moins de 18 000 véhicules électriques battant pavillon chinois ont été immatriculés en Europe de janvier à novembre 2020 – selon le fournisseur d’analyse de marché Jato Dynamics –  Der Spiegel fait état d’une progression fulgurante : au cours de la même période 2019, seules 391 avaient été vendues !

Les constructeurs européens devraient prendre la concurrence chinoise au sérieux

Bien que les chiffres restent faibles jusqu’à présent, les constructeurs automobiles européens devraient prendre la concurrence au sérieux, ont déclaré des experts à Der Spiegel.

« Ce que nous vivons actuellement ne sont que des prémices  » a déclaré Stefan Bratzel, spécialiste du domaine. « Les voitures chinoises actuellement sur le marché européen doivent être prises au sérieux », a quant à lui ajouté le consultant Jochen Siebert.

Ces spécialistes prévoient qu’en 2025, la Chine produira 2 millions de véhicules électriques par an, contre 4 à 5 millions en Europe.

Le vent tourne, l’Europe attire la Chine

Le mouvement que les experts avaient prédit depuis des années voit désormais le jour : les fabricants chinois s’attaquent désormais à leurs concurrents occidentaux sur leurs propres marchés nationaux.

L’industrie automobile chinoise avait auparavant connu une croissance rapide sur son territoire d’origine, la Chine représentant le premier pays automobile au monde en terme de ventes.

En parallèle, le marché chinois est extrêmement important pour les constructeurs allemands, ils y vendent la majorité de leurs voitures et y possèdent de grandes usines.

Mais désormais, cette route autrefois à sens unique semble s’ouvrir dans la direction opposée …. Et une question majeure se pose : les véhicules bon marché importés d’Asie peuvent-ils mettre en danger les emplois en Europe à long terme ?
Car si Der Spiegel s’inquiète de l’impact d’un tel phénomène sur l’industrie automobile allemande, il va de soi que c’est l’ensemble du secteur européen qui est concerné.

La transition énergétique vers l’électrique : un atout de taille pour la Chine

Comme le précise Der Spiegel, la transition des moteurs thermiques vers les moteurs électriques constitue un élément clé du dossier.

Par le biais de ce changement radical, les cartes de l’industrie sont en cours de remaniement. Cette révolution technique remet en effet en cause l’avance des entreprises occidentales en termes de technologie et de réputation.

Une offre plus diversifiée pour les consommateurs

Si les constructeurs européens pourraient faire grise mine devant ce nouveau « péril jaune », les acheteurs européens pourraient s’en trouver ravis. Ils devraient en effet profiter à l’avenir d’une plus grande diversité. En partie parce que l’UE est considérée comme l’un des prochains marchés de croissance pour les voitures électriques.

Reste que les consommateurs pourraient ainsi à terme se faire hara-kiri …. Tuant à petits feux les constructeurs qui pourraient leur procurer des emplois ….

Notre avis, par leblogauto.com

Effectivement, avec bas prix, large gamme et agressivité commerciale, les constructeurs chinois disposent de sérieux atouts. Les experts ont raison d’appeler les groupes automobiles allemands à la vigilance. Plus largement, c’est tout le secteur européen qui pourrait être menacé ….

Prévu pour un lancement au printemps, le SUV électrique Aiways U5 est ainsi arrivé en Europe à l’été 2020. Et c’est en Corse que les 500 premiers exemplaires ont été livrés, suite à un partenariat avec Hertz. Pour lancer son SUV électrique, le constructeur chinois Aiways a décidé de le faire essayer à des clients potentiels durant les vacances …

Le U5 sera non seulement disponible en France, mais aussi en Allemagne, Suisse, Norvège, Pays-Bas.

Sources : Der Spiegel

Poster un Commentaire

53 Commentaires sur "VE chinois : nouvel adversaire de l’industrie auto allemande"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Kaizer Sauzée
Invité

Les allemands pris à jour propre piege. Ne pensant qu’à leurs sacro-saintes exportations, ils n’ont pas vu arriver le retour de bâton.
Celui-cj risque d’être sévère.

greg
Invité

C’ est sur que les francais qui ne pensent qu’ a augmenter dette, depenses et deficit de la balance commerciale sont bien mieux lotis 🙂
C’ est profondement idiot ce que tu dis…

zeboss
Invité
le dieselgate est considéré par de nombreux observateurs comme la clé idéale du point d’entrée du VE, sur un marché, l’Europe absolument pas préparé. La Chine et ses industriels fonctionne en meute, et les dirigeants chinois conscients qu’ils ne feront jamais rien dans le thermique classique dans un pays sans culture auto, avait une carte à jouer dans le VE. Merkel n’y a vu que du feu, Merkel si souvent considérée comme un phare dans la vie allemande, n’a surtout rien fait d’autres que de privilégier la situation courante du pays, comptant sur sa supériorité industrielle pour dominer le monde.… Lire la suite >>
Mwouais
Invité

@Zeboss : les japonais ont été les plus malins en Europe et aux USA puis remplacés partiellement par les Coréens. Aujourd’hui les chinois n’est rien d’autre qu’une logique de développement progressif de la zone Asie.

Mais diabolisez ce qui vous fait peur si cela va faire progresser le schmilblik, ou produire mieux des trucs fiables et bien construits avec des interfaces modernes et la répartition des ventes restera naturellement sur des achats aux goûts régionaux.

greg
Invité

« Car si Der Spiegel s’inquiète de l’impact d’un tel phénomène sur l’industrie automobile allemande, il va de soi que c’est l’ensemble du secteur européen qui est concerné. »
Je suis parfaitement d’ accord, mais alors pourquoi vous n’ avez pas mis en titre « VE chinois : nouvel adversaire de l’industrie auto europeenne » a la place? A part attirer les germanophobes primaires comme Kaizer Sauce je vois pas trop le sens de la demarche.

SGL
Invité

Cela va être en partie l’héritage de Merkel.

Mwouais
Invité

@SGL : ben non, pourquoi ?

SGL
Invité
Merkel a été une femme ultra compétente pour l’économie de l’Allemagne … mais au détriment de l’Europe. Et pour garder des très bonnes positions de l’industrie allemande en Chine, ils ont dû faire des concessions énormes depuis 20 ans. Alors, oui, durant ses mandats, le résultat est ultra positif pour les Allemands sauf pour le long terme, et pour l’Europe, la montée en puissance de la Chine s’est faite au détriment de l’Europe… qui reste la zone économique la plus importante avec le plus grand nombre de consommateurs solvables mais qui dépende énormément des produits Chinois … Rien que cela… Lire la suite >>
Mwouais
Invité

Une catastrophe qu’un marché actuel de plus de 20 milliards pour la France ( même avec une balance déficitaire encore plus grande.)

Bref, on n’aurait pas la Chine comme marché est-ce que ça n’irait pas encore plus mal ?

amiral_sub
Invité

SGL: vous n’allez pas reprocher à Merkel les carences de la France ? Pour rappel l’Allemagne fabrique des bagnoles, de sacrées bagnoles, et se met à fabriquer des id3 pendant que PSA délocalise sa production de VE. Et tesla s’installe en Allemagne. C’est bien qu’il y a un problème dans certains pays en Europe!

SGL
Invité

Attention @ amiral sub, je reproche à Merkel des points très précis… J’aurais aimé qu’elle soit à la tête de la France… Bien que son bilan vis-à-vis de la Chine soit plus que mitigé.
Rien n’est totalement noir ou totalement blanc, pour 80 % des Allemands, c’est leur Churchill à eux !

Klogul
Invité

une taxe carbone applique sur les produits non europeens devrait resoudre ce probleme

amiral_sub
Invité

elle n’existe pas et rappelons le mouvement des GJ contre la taxe carbone…

Emmanuel
Invité

Les importations chinoises sont taxées à l’entrée en Europe.
J’ai déjà lu 15%, mais je ne sais pas si c »est le bon taux.

Jean-Pierre
Invité

Der Spiegel n’est pas un journal, mais le magazine hebdomadaire le plus réputé d’Allemagne.
.

wpDiscuz