Accueil Samsung Renault Samsung Motors : baisse de production, le début de la fin...

Renault Samsung Motors : baisse de production, le début de la fin ?

1976
10
PARTAGER

Renault Samsung Motors (RSM)  a annoncé qu’il allait réduire la production de son unique usine coréenne à partir du mois prochain. Raisons avancées : la baisse de la demande enregistrée pour ses véhicules.

Réduction du volume d’unité produite par heure

Renault Samsung envisage ainsi de réduire le volume d’unités par heure (UPH) à 45, contre 60 actuellement, et ce, à compter du 7 octobre. Une mesure qui fait suite à la baisse des ventes et du manque de nouveau modèle pour l’exportation, a déclaré par téléphone un porte-parole de l’entreprise.

Impact direct sur l’emploi de  Renault Samsung

Avant d’envisager cette réduction de production, le constructeur a proposé au début du mois un programme de retraite volontaire à ses 1 800 employés, le premier depuis 2012. Néanmoins, seuls quelques dizaines de salariés ont montré leur intérêt.

Au final Renault Samsung Motors estime qu‘environ 400 personnes devraient être au chômage technique après les mesures de réduction de la production opérées le mois prochain.

« La société rencontrera le syndicat pour discuter des moyens de gérer efficacement la main-d’œuvre, y compris la relocalisation des ouvriers de la chaîne de montage et l’arrêt de l’embauche de contractuels », a déclaré le porte-parole.

Baisse des allocations de production de la Nissan Rogue

Lors d’une réunion avec le syndicat le mois dernier, la société a déclaré qu’il serait difficile de maintenir les effectifs actuels. Il prévoit en effet que le volume de production du SUV Rogue de Nissan devrait fortement chuter l’an prochain par rapport aux 60 000 unités de cette année.

Renault Samsung produisait jusqu’à présent environ 100 000 Rogue dans son usine de Busan, située à 450 km au sud de Séoul, des véhicules destinés à l’exportation dans le cadre d’un contrat de fabrication conclu avec Nissan.

La compétitivité de l’uisne fortement impactée par les grèves

Mais le constructeur automobile japonais a ramené de 100 000 à 60 000 les quotas de l’usine de Busan au début de cette année. Dégât collatéral de la baisse de production causée par les nombreuses grèves organisées par les syndicats.

Les mouvements sociaux qui ont secoué le site ont réduit sa compétitivité, le site ayant été paralysé durant des mois par des arrêts de travail. De quoi rendre frileux les partenaires de l’Alliance, soucieux de se prémunir contre tout problème.

En mars dernier, Nissan a ainsi annoncé à la direction de l’usine coréenne qu’il allait réduire de 40 % ses allocations de production de Rogue. La production annuelle de l’usine devrait ainsi passer sous les 200.000 véhicules en 2019.

Sécuriser les allocations  du XM3 : un enjeu vital

De janvier à août, les ventes de RSM ont plongé de 39% à 114 705 unités, contre 157 313 durant la même période 2018. La gamme Renault Samsung comprend la SM3 compact, la berline tout électrique SM3 ZE, le petit SUV QM3 et les berlines SM5, SM6 et SM7.

Pour compenser l’abandon de la production Rogue, Renault Samsung doit impérativement sécuriser ses allocations de production du SUV XM3 destiné à l’exportation vers l’Europe. Mais la société est toujours en pourparlers avec sa société mère, Renault et aucune décision n’a encore été prise.

L’avis de Leblogauto.com

Fortement concurrencé par Hyundai, Kia et GM sur le marché sud-coréen, RSM n’arrivait  à résister jusqu’à présent que par le biais de ses exportations et des allocations de production fournies par les autres entités de l’Alliance. Un important bras de fer avec les syndicats a toutefois rompu cet équilibre.

En avril dernier, le PDG de Renault Samsung Motors, Dominique Signora, avait promis lors d’une réunion confidentielle que l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors n’envisageait pas à cette date de quitter le pays ou de fermer son usine locale, laquelle génère 20 % des exportations de la région.
Mais désormais, c’est l’existence même de l’entreprise qui est sur la sellette.

Sources : Yonhap, Les Echos

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Renault Samsung Motors : baisse de production, le début de la fin ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Xavier
Invité

De janvier à août, les ventes de RSM ont plongé de 39% à 157 703 unités, contre 157 313 durant la même période 2018.
J’ai du mal à suivre 😉

SAM
Invité

Samsung immatricule entre 3 500, 4 500 ou 5 000 unités de son « Koléos » sur le sol coréen par mois …. Il tarde à donner une remplaçante à la SM3 pour ne pas concurrencer les SM5 et SM6. Le prochain XM3 arrive et sûrement le Clio SUV électrique dévoilée l’année prochaine. Alors c’est le traité de libres échanges avec l’Europe qui a une incidence sur les ventes …. GM chute tout autant mais depuis quelques mois Renault Samsung remonte la pente. Les ambitions de Renault en Chine pourrait tuer la marque coréenne.

amiral_sub
Invité

les greves impacteraient la compétitivité? La cgt ne peut le croire

elisabeth studer
Invité

Et encore le texte originelle était moins soft …

zeboss
Invité

bah non, la cgt est toujours persuadée que c’est le chan-mé patron qui impacte la prod..
nan mais quoi ….

Invité

le méchant patron … et le démoniaque président qui fait des réformes dévastatrices pour les ouvriers !

rakihoney92
Invité
Dans son plan moyen terme courant jusqu’en 2022, Renault annonce qu’il sera n3 du marché Coréen. C’est à dire devant Chevrolet et SsangYong. Jusqu’à présent aucun véhicule n’a été lancé et, hormis Koleos et Talisman, la gamme produite sur place est hors d’âge. L’Arkana est annoncé et quitte à investir dans une 2eme plateforme dans l’usine, on peut s’attendre à au moins un deuxième modèle. Ce n’est pas en fermant leur usine qu’ils y arriveront. Par ailleurs, la production en parallèle côté Chine peut permettre de mutualiser les approvisionnements fournisseurs depuis la Chine. Ça sent la dramatisation et le trou… Lire la suite >>
Invité

Donc en gros il n’y a pas qu’en France où les syndicats font ch**r le monde, et font risquer aux entreprises des fermetures qui crées de l’hémoragie sociale ! Je suis sur que là-bas aussi, ils jurent après leurs méfaits que #SaitDeLaFauteDesAutres ?

wpDiscuz