Accueil Droit routier Vincigate : les concessionnaires d’autoroute marchent sur des oeufs

Vincigate : les concessionnaires d’autoroute marchent sur des oeufs

2240
61
PARTAGER
Vinci_autoroutes

Et si Vinci avait déclenché quelque chose de plus grave qu’une simple grogne en réclamant le paiement du péage à la lecture des plaques ? Cet imbroglio remet sur le devant de la scène la re-nationalisation des autoroutes et pourrait vite partir en quenouille.

Après plusieurs épisodes de violences qui ont vu plusieurs péages incendiés et des opérations « barrières levées » se dérouler, Vinci a tenté de bomber le torse lundi 17 décembre 2018. En effet, l’empire BTP-parking-autoroute a annoncé vouloir faire payer aux automobilistes passés durant ces manifestations sans bourse délier, le prix de l’octroi, pardon, du péage.

Pour cela, Vinci s’appuie sur une loi de 2013 modifiant le code de la route (article R330-2) l’autorisant à identifier les auteurs d’infraction. Ainsi, certains salariés sont assermentés pour avoir accès au SIV et demander par la suite les poursuites pénales. Quand on « force » un péage, on risque une amende de 2e classe soit 35 euros (minorée à 22 euros si paiement dans les 15 jours). Cette disposition concerne, théoriquement, les vrais fraudeurs, ceux qui collent le véhicule de devant pour passer la barrière.

Erreur de communication, un cas d’école

Mais, ici, la plupart des gens sont passés « de bonne foi » (ou avec un peu d’opportunisme). Magnanime, Vinci indiquait ne pas vouloir lancer de poursuite pour ces gens, mais simplement récupérer le montant du péage. Tollé général, dans le public comme sur les bancs de l’assemblée nationale. Vinci aura beau arguer qu’ils ont fait cela suite à la demande d’automobilistes responsables les ayant contacté pour savoir comment se mettre en règle, personne ne croit à leur carabistouilles.

En « off », il se dit surtout que ce sont des automobilistes avec le badge de péage, qui ont donc été débités pour leur passage qui ont porté réclamation auprès de Vinci (entre autres), trouvant anormal d’avoir payé quand les autres ont pu passer « gratis ». Et surtout d’avoir dû payer pour un service non rendu.

Hier, 18/12, rétropédalage en règle de la part de Vinci qui tente un saupoudrage de poudre de perlimpinpin pour endormir les foules. Mais, c’est trop tard, la machine médiatique est lancée. Un « bad buzz » comme on dit pour faire branchouille. Déjà, plusieurs avocats et spécialistes du droit ont pointé du doigt l’idiotie de Vinci de vouloir accéder au SIV (système d’immatriculation des véhicules) sans déclencher de plainte. C’est contraire à la loi selon eux. De plus, le service n’étant pas assuré, il serait « facile » selon ces mêmes conseillers de justifier d’un péage gratuit ou pour le moins fortement réduit.

Pas rentable

En outre, pour réclamer le paiement du péage (10 ou 20 euros maximum), Vinci va devoir débourser beaucoup d’argent. Surtout si les impétrants font la sourde oreille comme leur conseillent les avocats. A ce moment, Vinci devra passer par un recommandé, augmentant un peu plus la facture. Récupérer les quelques péages non perçus va donc leur coûter plus cher que ce que cela rapportera. Et niveau image, c’est bon, Vinci qui n’avait déjà pas une super image auprès du public vient d’enfoncer le minimum possible en terme de popularité.

« Pouce pouce ! On dirait qu’on avait rien dit » dit en substance Vinci. Dans un communiqué officiel, la société déclare que l’on a mal compris. Revoilà l’excuse du « vous êtes trop BIIIIP pour comprendre » que l’on entend un peu trop souvent en ce moment. Il n’empêche, même des députés de la majorité, même le gouvernement trouvaient Vinci très (trop) gonflé de réclamer son dû. Légalement, chez Vinci, ils étaient sans doute en droit de le faire. Après tout, ce n’est pas parce qu’un magasin a été vandalisé qu’on a le droit de se servir. Mais, moralement et légitimement c’est autre chose.

Vinci aurait sans doute dû faire le dos rond

Surtout, Vinci s’est peint une cible sur son front (virtuel). Dans la nuit du 18 au 19 décembre, « Un bâtiment de Vinci à Bessan (Hérault), à 20 km à l’Est de Béziers, a été incendié (…), a-t-on appris auprès des pompiers. Des gilets jaunes ont revendiqué cette action auprès d’un correspondant de l’AFP. Ce bâtiment, situé au niveau du péage et qui servait de local technique et de réfectoire, avait déjà été incendié au cours du week-end ».

D’autres installations Vinci (mais pas que eux) ont connu des dégradations importantes ces derniers jours. La réaction de Vinci est aussi à l’origine d’une nouvelle revendication des « gilets jaunes », la re-nationalisation des autoroutes concédées. Vinci a ouvert la boîte de Pandore, reste à voir ce qu’il en sortira. D’autant plus que les hausses des péages arrivent et que cela va se rajouter à la grogne. En attendant, cela crame au niveau des péages.

Illustration : Vinci

Poster un Commentaire

61 Commentaires sur "Vincigate : les concessionnaires d’autoroute marchent sur des oeufs"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
beniot9888
Invité
Oui, les péages sont chers. Non, on aurait probablement pas du vendre les autoroutes, ou alors sous d’autres conditions. Il n’empêche qu’utiliser un bien payant sans payer, c’est frauder, que ce soit dans un bus ou sur une autoroute. Il n’empêche que les gilets jaunes ont été généreux avec l’argent des autres, même si « ouimé du pognon, ils en ont plein C pas grave ». Il n’empêche que non, brûler des barrières de péage (et du matériel, des véhicules…) ce n’est PAS normal. L’autoroute, on es pas obligé de la prendre, on peut prendre la route. Vinci aurait du faire le… Lire la suite >>
shanks
Invité

Votre comparaison n’a aucun sens …

beniot9888
Invité

En quoi ?

Lee O Neil
Invité
« On trouve toujours plus pauvre que soi. Et je ne pense pas que vous accepteriez qu’un « plus pauvre que vous » vous pique votre télé parce que quand même, vous, vous avez la chance d’en avoir une. Et puis l’assurance paiera, de toute façon. » La comparaison n’a pas beaucoup de sens puisque s’il fallait comparer avec la situation des péages « gratuits de force », on pourrait plutôt dire :  » vous allez dans un magasin pour acheter une télé et là, il y a un gars en gilet jaune (et pas le gilet marron de la FNAC) qui vous dit… Lire la suite >>
shanks
Invité

En tout … En 2 mois ils retrouveront le flouze qu’ils ont perdus avec le benef qu’ils se font sur notre dos hein … De toute façon, ils n’ont qu’à augmenter le prix de leurs péages ils s’y retrouveront, comme ils le font chaque année …

The Stig
Invité
@ Thibaut, je vais me faire l’avocat du diable, au hasard, parce que c’est un service qui est rendu, et pas un bien matériel? 😉 Je reprends en modifiant un peu votre exemple : – votre opérateur téléphonique oublie de vous compter des communications hors forfait, vous allez lui signifier que si si, vous devez les payer? – vous oubliez de payer le parking en ville, et aucune pervenche ne vient vous verbaliser par le fameux FPS, vous allez vous dénoncer à la Police Municipale? – autre et dernier exemple, vous prenez un parking souterrain (Vinci, tiens, au hasard), et… Lire la suite >>
Lee O Neil
Invité
Si on répond « oui » à toutes les questions de The Stig, je dirais qu’on ne révèle pas seulement un côté légaliste mais aussi un côté un peu con-con. Désolé pour le terme, il ne s’agit nullement d’une attaque personnelle mais je veux juste dire qu’il ne faut pas chercher à avoir raison à tout prix en sortant des exemples absolument pas représentatifs : passer un péage « offert » par des gilets jaunes = braquer une banque = voler son voisin qui gagne plus que soi = participer au pillage d’un magasin = voler le repas d’un collègue dans le frigo du… Lire la suite >>
Lee O Neil
Invité
Donc l’automobiliste qui allait emprunter l’autoroute et s’est retrouvé face à une barrière levée aurait dû faire demi-tour et emprunter les nationales ou départementales pour faire son trajet parce qu’une bande de gilets jaunes avait décidé de faire une opération « péage gratuit » ??? Je continue à dire qu’il y a là une grosse exagération. L’exemple du smartphone volé dans un Apple Store est encore une fois hors sujet : si on accepte en connaissance de cause de prendre ou d’acheter ce téléphone, cela s’appelle du recel de biens volés et c’est effectivement un délit. Pas de débat là-dessus. Pourquoi Vinci… Lire la suite >>
Michel
Invité

Surtout, que VINCI ne faisait rien pour vous dissuader de passer par l’autoroute.
Le seul message affiché « attention piétons sur la chaussée », pas « route fermée – manifestation »

DiZeL
Invité

@Thibaut : j’approuve une grande partie de tes propos. Mais concernant le paiement lors du passage des barrières ouvertes, j’ai vécu le cas. Quand je me suis retrouvé avec face à une centaine de gilets jaunes au péage, je n’ai pensé qu’à sortir rapidement d’une situation qui pouvait rapidement dégénérer.

Les provoquer en payant quand même le passage c’était un coup à me faire caillasser ma voiture par les inévitables crétins qu’on retrouve au sein de n’importe quel groupe.

zafira500
Invité

@DiZeL
Oh la belle excuse. 😉

Lee O Neil
Invité
@Thibaut Emme : vous disiez hier : « barrière levée ne signifie pas que l’automate ne fonctionne pas. » Et moi encore avant, j’avais écrit hier : L’automobiliste qui arrive au péage et qui a devant lui des dizaines de gilets jaunes qui lui disent de passer car « aujourd’hui c’est gratuit ». Que peut-il faire ? S’arrêter, sortir de son véhicule et aller demander à payer pour entrer sur l’autoroute ? Soyons réaliste, on passe et puis c’est tout. Certes par opportunisme mais j’imagine aussi parce que tous les automobilistes ne cherchent pas à discuter avec les gilets jaunes. Car on… Lire la suite >>
miké
Invité

@lee, en poussant par la, ne pourrait on pas dire que vinci est un receleur d’un bien volé par des politique à l’état ? #arroseurarrosé.

zafira500
Invité

« Donc l’automobiliste qui allait emprunter l’autoroute et s’est retrouvé face à une barrière levée aurait dû faire demi-tour et emprunter les nationales ou départementales pour faire son trajet parce qu’une bande de gilets jaunes avait décidé de faire une opération « péage gratuit » ??? »
Ils pouvaient payer tout simplement.

Lee O Neil
Invité

@zafira500 :
avez-vous vécu personnellement la situation pour dire que les automobilistes auraient payer « simplement » ?
avez-vous pu vous personnellement dire à des gilets jaunes : « c’est gentil de votre part mais je souhaite m’acquitter de ma dette vis à vis de Vinci. Je veux payer ».
Et tout s’est très bien passé.

Si oui, alors très bien, tous les automobilistes qui sont passés sont malhonnêtes.
Si non, je ne vois pas comment vous pouvez affirmer que c’était si simple que ça.

miké
Invité

@emme, pour rester sur apple, si ils payaient leurs impots, comme vous et moi; les cons-omateurs auraient peut etre un meilleur salaire, moins de dette publique, etc etc. Karma.

zafira500
Invité

« Je le redis : pour moi les fautifs sont les gilets jaunes. »
C’est 50/50.

miké
Invité

@emme : 1 : oui, quoi que j’en ai rien a foutre d’un smartphone.
2 : non.

nithael70
Invité

Les autoroutes n’ont pas été vendues, elles sont « louées » à Vinci… Et la concession prends fin en 2025 pour les premières: http://routes.wikia.com/wiki/Liste_des_soci%C3%A9t%C3%A9s_concessionnaires_d%27autoroutes_fran%C3%A7aises
Surtout que, sous pression du peuple, peux remettre en cause les termes des contrats. Et ça, vinci a peur de perdre la poule aux oeufs d’or.

Invité

Et donc, à vous écouter, beniot, quand les Gilets Jaunes ont proposés aux automobilistes le péage gratuit, ceux-ci auraient du refuser prétextant vos pseudo arguments, au risque de voir leurs voitures dégradées sous prétexte qu’on contredisait les Gilets Jaunes ?

koko
Invité

@Benio
Comme c’est touchant. J’ai presque envie de pleurer.😢
Tu travaillerais pas chez Vinci par le plus grand des hasards ?

beniot9888
Invité

Même pas. Pour toi, Vinci ne doit rien dire après avoir été fraudé et vandalisé ? Pourquoi ne devraient ils rien dire ?

Lee O Neil
Invité
Vinci peut dire quelque chose ou faire quelque chose : c’est demandé les paiements de péage non réalisés à ceux qui ont « offert » la gratuité, c’est à dire les gilets jaunes. L’automobiliste qui arrive au péage et qui a devant lui des dizaines de gilets jaunes qui lui disent de passer car « aujourd’hui c’est gratuit ». Que peut-il faire ? S’arrêter, sortir de son véhicule et aller demander à payer pour entrer sur l’autoroute ? Soyons réaliste, on passe et puis c’est tout. Certes par opportunisme mais j’imagine aussi parce que tous les automobilistes ne cherchent pas à discuter avec les… Lire la suite >>
gigi4lm
Invité

@Lee O Neil :
Celui qui achète à un prix anormalement bas un article dont il devine qu’il a été acquit frauduleusement est qualifié de receleur et donc condamnable. Là c’est plus qu’anormalement bas, c’est donné.

Lee O Neil
Invité
@gigi4lm : donc vous, vous auriez fait demi-tour et remis à une autre jour votre déplacement ou pris la nationale ou les départementales. C’eut été normal donc de subir cette contrainte ? On a donc des gilets jaunes qui décident d’empêcher la libre-circulation des personnes et des biens, qui nuisent au commerce en bloquant les accès à des centres commerciaux et qui décident de faire des opérations « péages gratuits » mais au final, les hors-la-loi sont les automobilistes qui ont roulé sur autoroute sans payer le péage. Pendant ce temps, ceux qui ont mis le feu à des péages courent toujours.… Lire la suite >>
gigi4lm
Invité

@Lee O Neil ::
J’ai un abonnement au télé péage. Il ne m’est pas venu à l’idée de placer mon boîtier en un endroit qui le rendrait indétectable. J’ai donc payé mes trajets et ai trouvé cela normal.
Je sais que pour quelques uns être « dans les clous » c’est être con. J’assume.

koko
Invité

Vinci qui crie au vol…
C’est l’hôpital qui se fout de la charité.
Comment il s’appelait le président petit et nerveux avant Hollande, qui leur a servi les concessions sur un plateau d’argent ?

Invité

Comme si Vinci ne fraudaient pas eux-même ?

seb
Invité

Pourquoi dès que quelqu’un va dans le sens d’une entreprise c’est qu’il travaille pour cette entreprise?

Lolo
Invité

Et donc pour les télépayages qui ont été débités (alors que ce sont probablement les meilleurs clients), ils l’ont profond…

The Stig
Invité

Totalement. En ayant un de mon côté, je pense que par étourderie je l’aurais laissé sur le pare-brise.

J’ai d’ailleurs vu quelques photos où les gilets jaunes mettaient une pancarte avec marqué « Aujourd, c’est gratuit ! Pensez à enlever le badge télé péage ! »

pas
Invité

j’en fais partie et m’en fou j’ai bien pris l’autoroute et je n’ai pas été bloqué donc ras.

Lolo
Invité

Attention, je suis ok qu’ils aient payé mais c’est plutôt le problème deux poids deux mesures qui me dérange

Rickyspanish
Invité

Les pauvres, on va les plaindre… Les tarifs vont augmenter de 2% en février, ils ont un contrat en béton (comme les autres concessionnaires) avec l’Etat qui se fait avoir dès qu’il essaye de déroger à un article…
Ils ont à chaque fois la bonne excuse des investissements importants en travaux… Il n’y avait pas un rapport de l’AREFER qui indiquait que les concessionnaires « prélevaient » chaque année plusieurs centaines de millions en trop par rapport aux besoins des besoins et de leur fonctionnement ?

gabriel
Invité

la nationalisation des autoroutes ne me parait pas réalisable d’un point de vue économique. les sociétés d’autoroute demanderaient des compensations et je n’imagine pas le montant que cela représenterait.

Allegra
Invité
Surtout que l’État ne perd – à priori – pas d’argent dans l’histoire. Les seuls qui demandent à ce que les autoroutes soient nationalisées, ce sont ceux qui passent à la caisse au péage. Donc finalement à quoi bon ? Quant à Vinci, ils ont bien raison de demander à ce que les péages soient payés. Même si ils empochent un beau pactole à la fin de l’année, ce n’est jamais que justice, de quel droit les priverait-on de cet argent ? Reste que nombre de gens auraient été prêts à payer si il n’y avait pas eu les gilets… Lire la suite >>
ablicot
Invité

effectivement les gilets jaunes qui ont offert le péage devraient payer et ceux qui ont détruit devraient réparer sinon c’est trop facile

Lolo
Invité
@Gabriel, j’ai entendu des chiffres à ce sujet aujourd’hui, sous Chirac et De Villepin, les concessions auraient été vendu pour 15 Milliards d’euros et il en couterait 40 Milliards pour les récupérer aujourd’hui. Sachant que depuis 12 ans les sociétés ont en plus engrangé les bénéfices (8 milliards d’euros rien que pour l’entité de Vinci sur le dernier exercice). C’est clair qu’il y a un gros problème, il y a eu un Gros cadeau fait par certains élus envers ces entreprises, les gilets jaunes s’ils voulaient être vraiment utiles plutôt que de casser (ce qui ne mène nulle part) devraient… Lire la suite >>
greg
Invité

Techniquement ce n’est pas une vente, mais une concession. Autrement dit, les sociétés d’autoroute sont censées rendre le réseau à expiration du contrat, et ils versent des dividendes annuelles à l’Etat.
Sous Hollande toutefois, la durée du contrat a été rallongée.

wpDiscuz