Accueil Sécurité Le permis selon Macron : les professionnels inquiets

Le permis selon Macron : les professionnels inquiets

1304
25
PARTAGER

Alors qu’Emmanuel Macron vient d’annoncer que le coût du permis de conduire allait baisser de manière drastique, si les futurs élèves sont certes ravis (mais tout de même un peu sceptiques), les professionnels s’alarment d’ores et déjà d’une telle mesure. Certains affirmant ni plus ni moins qu’il s’agit d’une véritable déclaration de guerre.

Des mesures en faveur des jeunes

Lors d’un déplacement dans le Pas-de-Calais,  le chef de l’Etat a ainsi annoncé plusieurs mesures en faveur de la jeunesse. Au delà d’une baisse phénoménale du prix du permis, les délais d’obtention devraient – nous dit-on – être diminués.

Emmanuel Macron a également déclaré que le gouvernement allait « aider à l’acquisition du premier véhicule ». Le code devrait quant à lui être intégré « à la partie scolaire ».

Des mesures qui devraient être intégrées au projet de loi d’orientation des mobilités. Fin octobre, la ministre des Transports, Élisabeth Borne avait indiqué que ce projet de loi actuellement examiné par le Conseil d’État devrait être présenté fin novembre au conseil des ministres.

Une annonce inquiétante si elle est fiable

Les trois organisations professionnelles de l’éducation routière CNPA-Éducation routière (majoritaire), Union nationale intersyndicale des enseignants de la conduite (Unidec) et Union nationale des indépendants de la conduite (Unic) ne l’entendent pas vraiment de la sorte, et devraient discuter  rapidement  d’une éventuelle réponse à apporter au Président.
Passé l’effet de surprise suscité par une telle annonce, les professionnels s’interrogent désormais sur la fiabilité à accorder aux propos d’Emmanuel Macron … «  Si cette annonce est raisonnée et vraie, nous sommes inquiets », vient ainsi d’affirmer Richard Zimmer, vice-président du CNPA-Éducation routière.

Selon lui, s’il est certes « populaire et facile d’annoncer » que l’apprentissage du code va être réalisé à l’école, et qui plus est gratuitement, l’aspect sécurité a été écarté pour ne voir au final que l’aspect financier. Or, tient-il à rappeler, « le permis n’est pas un bien de consommation », il est en effet question de « sécurité routière », il s’agit bien d’une formation, mettant en jeu la vie des gens.

Mission parlementaire en cours sur la qualité de la formation au permis

Autre point d’interrogation : Richard Zimmer a tenu à rappeler l’existence d’une mission parlementaire sur la qualité de la formation au permis de conduire. Laquelle doit rendre son rapport mi-décembre . Laissant entendre à demi-mots que soit Emmanuel Macron semble n’en avoir que faire … soit il ne serait pas au courant. Serait-il même capable d’annoncer de telles mesures sans avoir finement préparé le dossier ?

« Les auditions sont en cours, donc si on annonce les résultats avant le rapport, c’est une méthode étonnante », a déploré quant à lui le président de l’Unidec Patrick Mirouse. Qui considère que ce projet est « une très mauvaise idée ».

D’autres leviers possibles

Selon l’Unidec, le prix du code est loin d’être l’élément financier le plus impactant. Son patron, Patrick Mirouse estime qu’il faut au contraire agir sur le volet pratique et que d’autres leviers existent.

Une de ses suggestions : supprimer la TVA, ce qui permettrait de gagner de l’ordre de 400 euros par formation. Un pied de nez au gouvernement pour rappeler que sur les frais engagés par l’élève …. 400 euros vont donc directement dans la poche de l’Etat sous formes de taxes. A rapprocher de la polémique concernant la hausse des prix à la pompe.

Une annonce populiste ?

Si l’Unidec fait ainsi une allusion discrète à l’ensemble des ponctions fiscales opérées sur les automobilistes, le président de l’Unic Philippe Colombani, n’y va pas par quatre chemins. Se déclarant sceptique et inquiet, il voit dans les propos du Président une « annonce populiste » destinée à montrer que le gouvernement « agit pour le pouvoir d’achat, après les polémiques sur le gasoil. Selon lui, il ne s’agit ni plus ni moins qu’ »une déclaration de guerre ».

Le code de la route à l’école : vieux serpent de mer

Autre sujet de désaccord entre Emmanuel Macron et Unic : l’apprentissage du code de la route à l’école. Selon lui, il s’agit d’un « serpent de mer qui revient régulièrement ». Un projet qui toutefois a déjà été retoqué par l’Éducation nationale  elle-même.

Mais au final, la question demeure : comment va -t-on organiser tout cela ? Qui payera ? Sur quel budget les cours seront-ils financés ? Car selon le président de l’Unic, les professeurs ne disposent pas à l’heure actuelle de la compétence et des connaissances nécessaires pour l’enseignement du code de la route.

Le souhait d’Emmanuel Macron  serait-il donc que les professionnels de la conduite interviennent dans les écoles ? Mais dans quel cadre ? Comment sera réalisée la sélection des prestataires ? Via appels d’offres ? En totale transparence et concurrence ?  Et comment seront-ils rémunérés ? Sur quel budget …. et avec quel financement ? Des taxes  et des impôts  ? …. une hausse des prix à la pompe ?  ….

Sources : AFP, Unic, Unidec, CNPA-Éducation routière

Poster un Commentaire

25 Commentaires sur "Le permis selon Macron : les professionnels inquiets"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Hotil
Invité

Encore un cartel qui vois son business se faire tailler, c’est comme les pharmaciens, notaires ou la SNCF : faible valeur ajoutée (ce qui justifie le prix c’est juste l’absence de concurrence) mais ca se prend pour dieu le père

r.burns
Invité

Encore un spécialiste de la discussion de comptoir qui met son grain de sel en mélangeant tout, les secteurs que tu évoques n’ont pas attendu Dieu le père (notre président) pour être dans la concurrence… par ex 90% des frais de notaire que l’on paie c’est des taxes, hé oui

zeboss
Invité

encore un bel exemple que la France est toujours un pays krypto communiste…
Des qu’on dérange un petit comité organisé en lobby ça fait boum…
Faut changer les choses, mais chez les autres, hein ….

Beniot9888
Invité

Ça veut dire quoi « krypto » ?

r.burns
Invité

idem

ART
Invité

Pourquoi toujours jouer au teubé ou ne même pas prendre la peine de chercher…

Crypto-communism is a secret support for, or admiration of communism. An individual or group keeps this support or admiration hidden to avoid political persecution or political suicide.[1] Crypto-Bolshevism is a prominent form of crypto-communism, asserting secret Bolshevism.

Invité

c’est le syndrome NIMBY 😉

Vache à lait
Invité

Mais quel amateurisme ! Passé les quelques mois d’esbroufe, la réalité saute désormais aux yeux de tous..
Baisse du carburant de 20centimes en une nuit pour éviter les manifs… Qui se gavaient avant ca ? L’état ? Les pétroliers ? Les deux ?
Il s’agit de sécurité là, pas de philosophie… Il ne s agit pas de donner le permis à des jeunes qui ne savent même pas lire !
Heureusement pour manu qu’il n’y a pas de mid term ;-)!

zeboss
Invité
genre de pseudo qui correspond bien à la philosophie de troll qui est la tienne… pas ma peine de préciser à quoi ressemble ta championne.. mais arroser les blogs de contre vérités ne sert à rien… le cours du baril suit un rythme contre lequel l’état ne peut rien. A partir de là vouloir sans cesse influer sur les facteurs extérieurs ne sert à rien, au contraire il faut privilégier la souplesse et l’adaptation aux éléments. mais ça c’est du ressort du citoyen, pas du fumeur dans son diésel… Le citoyen à gilet jaune est le parfait représentant de l’assisté… Lire la suite >>
miké
Invité
T’es tellement dans le faux @zeboss, pas entierement, mais en en partie. Et personnelement je jubile. Pour moi le gilet jaune c’est le prolo tf1, qui n’a jamais foutu les pieds en manifs, et se pleind des mecs au rsa alors que son patron le payes au smic depuis 15 ans mais payait l’isf. Et c’est rigolo de voir cette tranche de la population, ouvrir les yeux, et etre choqués, de la maniere dont son traités les manifestant en france. Donc si tout ça pouvait générer un enorme bordel, ce serai le pied.. Quand a dire que les gilets jaunes… Lire la suite >>
ART
Invité

Et puis faut arrêter de se foutre du monde avec le prix du baril hein !!! qu’est ce qui fait le prix à la pompe in fine, le brut ou ces taxes ???

SGL
Invité

Les taxes sont plus ou moins grosses en valeur absolue suivant le prix du brut à la base.
70 % de taxes sur un baril à 48 $ (octobre 2017) ne sont pas la même chose qu’avec un baril 76 $ (octobre 2018)

ART
Invité

Merci captain obvious… C’est bien justement ce que je reproche !!! Cf. la TIPP flottante supprimée…

SGL
Invité

Avec la TIPP flottante, c’était un encouragement à consommer autant quand le pétrole était plus cher.
Avec à la clé, un déficit budgétaire encore aggravé, une pollution qui se maintient, etc.
Bref, une mesure populiste pour faire réélire pour les hommes politiques.
Je comprends Macron pourquoi il ne le pas reproposé, on ne va pas subventionner le pétrole pour les dictatures pétrolières.

Jc juncker
Invité

Vous oubliez la conversion. €$ .

Sinon sans être mesquin , demain baisse sur le carburant sp . Ça va durer 2 3 jours et remonter vu que l Arabie s va couper le robinet

Lolo
Invité
@Vache à lait, La sécurité … argument du bout du monde lorsque 99,9% des auto-écoles mettent leurs élèves seuls dans une salle devant des séries de photos ; voilà ce qu’est une « séance de code » en auto-école, en réalité c’est l’élève qui avec son petit bouquin de code fait le boulot de mémorisation et de compréhension, ce qui n’est pas choquant, mais qui ne nécessite pas de payer autre chose que le prix du bouquin. La vrai valeur ajoutée d’une bonne auto-école c’est la formation à la conduite, et si l’état et les autos-écoles coupaient la poire en 2 ça… Lire la suite >>
Rowhider
Invité
Entièrement de ton avis Lolo: la formation c’est une excuse bidon. Dans les auto-écoles, on file un code internet pour les élèves fassent les cours depuis leur PC. Que les élèves apprennent le code à l’école, chez eux ou dans une auto-école: le résultat est exactement le même. Le truc c’est que les auto-écoles facturent environ 250€ pour filer un bouquin sur le code de la route et un compte de connexion internet pour faire des exercices! La seule crainte, c’est que les auto-écoles se vengent sur le coût de l’heure de conduite: ce sera sans doute le cas. Ma… Lire la suite >>
labradaauto
Invité
…à l’école primaire, le code de route était jadis enseigné ; C’est un bon enseignement pour les très jeunes qui font aussi du 2 roues avant l’âge du permis. Personnellement , je suis pour un permis de conduire aux plus jeunes gens comme on voit ailleurs 16, 17 ans! pourquoi pas ? Des pays voisins autorisent aussi un peu différemment de la conduite accompagnée à la française, l’enseignement, l’initiation à la conduite avec des voitures possédant gros panneautage à l’arrière. Il faut protéger les centres d’enseignements à la conduite . ils ont des charges professionnelles conséquentes . ils sont des… Lire la suite >>
zeboss
Invité

la technologie des voitures évolue si vite que d’un modèle à l’autre il est parfois nécessaire de revoir ses fondamentaux…
Invité par mon concessionnaire à essayer un nouveau modèle sur un circuit, il était offert à tout le monde des ateliers découverte. C’est fou le nombre de conducteurs qui utilisent mal en AFU / ABS.
Rien que cela rend nécessaire un petit passage par l’école de conduite…

momo
Invité

Quant on voit la manière de conduite des voitures arborant un A, on se demande à quoi servent ces très cheres écoles de conduite!

wpDiscuz